Ryōtei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Entrée du Kanetanaka, un célèbre ryōtei (日本語: 金田中本店(料亭)), situé à Tokyo

Un ryōtei (料亭?) est un type de restaurant japonais luxueux. Leur fonctionnement diffère d'un restaurant de haute cuisine occidental, un accent particulier étant mis sur la sélection de la clientèle et la discrétion de leur accès, de leur façade et de leur personnel. La clientèle est généralement cooptée par des habitués, permettant ainsi à des hommes d'affaires ou des hommes politiques de se retrouver discrètement pour des réunions informelles éventuellement autour d'un repas dans une ambiance potentiellement discrète et feutrée.

Ces endroits étaient connus autrefois pour être un lieu de tenue des banquets nommés zashiki où des geishas avaient pour rôle de divertir leurs clients, en dansant et en jouant des airs traditionnels, ou simplement en discutant et en jouant à divers jeux de société ; l'argent dépensé dans ces soirées excédait les 100 000 yens [1]. De nos jours ses pratiques tombent peu à peu en désuétude : les tenanciers comme les geishas s'ouvrent à une clientèle moins huppée, parfois même étrangère [2].

Durant l'histoire, le terme de a aussi désigné des établissements où des femmes offraient divers services sexuels aux clients [3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le ryōtei Kaigaro en 1875.

Parmi les réunions les plus célèbres qui se sont tenues dans des ryōtei, on peut citer la Conférence d'Osaka de 1873 qui s'est déroulée au ryōtei Kaigaro encore en activité de nos jours [4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « "In Tokyo's Ryotei, The Art of Service" », sur The New York Times (consulté le 23 juin 2013)
  2. « The Traditional Ryotei Are in Danger », sur japaninc.com (consulté le 23 juin 2013)
  3. Japan and Singapore in the World Economy: Japan's Economic Advance into Singapore 1870-1965 (Routledge Studies in the Modern History of Asia), Hitoshi Hirakawa, Hiroshi Shimizu, page 231, ISBN 0415192366, ISBN 978-0415192361, [1]
  4. « Kaigaro », sur Site officiel du ryōtei Kaigaro' (consulté le 23 juin 2013)