Ryōkan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ryokan.

Ryōkan
良寛

Description de cette image, également commentée ci-après

Statue représentant Ryōkan

Nom de naissance Eizō Yamamoto
Autres noms Ryōkan Taigu
Activités poète, calligraphe
Naissance 1758
Izumozaki, Niigata, Japon
Décès 6 janvier 1831
Japon
Langue d'écriture japonais
Genres waka, haïku

Ryōkan Taigu (大愚 良寛, Taigu Ryōkan?, 1758-1831) était un moine et ermite, poète et calligraphe japonais. Né Eizō Yamamoto (山本 栄蔵, Yamamoto Eizō?), il est plus connu sous son seul prénom de moine Ryōkan (良寛?, signifiant « Grand-Cœur »). Ryōkan est l'une des grandes figures du bouddhisme zen de la fin de la période Edo. Au Japon, sa douceur et sa simplicité ont fait de lui un personnage légendaire.

Sa vie d'ermite est souvent la matière de ses poèmes. Un soir que sa cabane a été dépouillée de ses maigres biens, il compose ce qui deviendra son haïku le plus connu et dont il existe de nombreuses traductions en diverses langues ; en voici deux en français :

« Le voleur parti / n'a oublié qu'une chose – / la lune à la fenêtre. »

— (trad. Titus-Carmel, 1986)[1]

« le voleur / a tout pris sauf / la lune à la fenêtre »

— (trad. Cheng et Collet, 1994)[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Copie d'un portrait et de calligraphie de Ryōkan.

Ryōkan est né à une date incertaine, en 1758, à Izumozaki, petit village sur la côte ouest du Japon, dans l'actuelle préfecture de Nīgata, le pays des neiges. Son nom de naissance est Eizō Yamamoto (山本 栄蔵, Yamamoto Eizō?). Son père est chef du village et prêtre shinto. Enfant, il étudie les classiques japonais et chinois. Vers l'âge de 20 ans, Ryōkan se rend dans un temple zen Sōtō du voisinage et devient novice. Il y rencontre un maître de passage, Kokusen, et part avec lui pour le sud du pays. Pendant douze ans, il se forme à la pratique du zen. En 1790, Kokusen le nomme à la tête de ses disciples et lui confère le nom de Ryōkan Taigu (大愚 良寛, Taigu Ryōkan?, « esprit simple au grand cœur », ou litt. « grand benêt bien gentil »). À la mort du maître un an plus tard, Ryōkan abandonne ses fonctions et entame une longue période d'errance solitaire à travers le Japon. Il finit par s'installer, à l'âge de 40 ans, sur les pentes du mont Kugami, non loin de son village natal, et prend pour domicile une petite cabane au toit de chaume, Gogōan.

Dans la forêt verdoyante,
mon ermitage.
Seuls le trouvent
Qui ont perdu leur chemin.
Aucune rumeur du monde,
le chant d'un bûcheron, parfois.
Mille pics, dix mille ruisseaux,
pas une âme qui vive.

Mendiant chaque jour sa nourriture selon la stricte règle monacale et pratiquant assidûment la méditation assise ou zazen, Ryōkan cependant ne célèbre aucun rituel ni ne dispense aucun enseignement. Jamais non plus il n'évoque un point de doctrine ou ne fait état d'un quelconque éveil, petit ou grand. En été, il se promène ; en hiver, il souffre, trop souvent, du froid, de la faim et la solitude. Parti pour mendier, il s'attarde pour jouer à cache-cache avec les enfants de ses voisins, cueillir un brin de persil au bord d'un sentier, soigner un malade au village ou partager un flacon de saké avec les fermiers du pays.

Demain ?
Le jour suivant ?
Qui sait ?
Nous sommes ivres
de ce jour même !

Les calligraphies de Ryōkan, aujourd'hui très prisées par les musées, suscitaient déjà bien des convoitises autour de lui. Aussi, chaque fois qu'il va en ville, c'est à qui, petit boutiquier ou fin lettré, se montrera le plus rusé pour lui soutirer quelque trésor issu de son pinceau. Ryōkan, qui a pour émule Hanshan, le grand ermite chinois de la dynastie Tang, calligraphe et poète comme lui, n'en a cure.

Moine benêt l'an passé,
cette année tout pareil.
Tombeau de Ryōkan

Au bout de vingt ans passés dans la forêt, affaibli par l'âge, Ryōkan doit quitter Gogōan. Il trouve alors refuge dans un petit temple un peu à l'écart d'un village. Il soupire après la montagne, compare sa vie à celle d'un oiseau en cage. À l'âge de 70 ans, il s'éprend d'une nonne appelée Teishin, elle-même âgée de 28 ans. Ils échangent de tendres poèmes. À Ryōkan qui se lamente de ne pas l'avoir vue de tout l'hiver, Teishin répond que la montagne est voilée de sombres nuages. Ryōkan lui réplique qu'elle n'a qu'à s'élever au-dessus des nues pour voir la lumière. Il meurt entre ses bras le 6 janvier 1831, âgé de 72/73 ans.

Son mode de vie non conformiste, sa totale absence de religiosité, ont suscité bien des querelles d'érudits. Son bouddhisme était-il authentique ? Était-il oui ou non un homme éveillé ? À ces questions, Ryōkan, pour qui le zen ne pouvait être que profonde liberté, avait livré sa réponse :

Que laisserai-je derrière moi ?
Les fleurs du printemps,
le coucou dans les collines,
et les feuilles de l'automne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions originales[modifier | modifier le code]

Éditions d'époque
  • 1835. Hachisu no tsuyu (蓮の露?, trad. La Rosée d'un lotus) — Compilation posthume par sa compagne Teishin.
Éditions modernes
  • 1977. Ryōkan no haiku (良寬の俳句?, litt. « les haïkus de Ryōkan », trad. Les 99 haiku de Ryōkan), éd. Yukawa Shobō

Éditions en français[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire (l'anthologie de 1978), toutes les traductions sont directement depuis le japonais.

Monographies
  • 1986. Les 99 haiku de Ryōkan (trad. Joan Titus-Carmel de Ryōkan no haiku, 1977 ; bilingue), éd. Verdier, ISBN 2-86432-053-3
  • 1988. Le Moine fou est de retour (trad. CHENG Wing-Fun et Hervé Collet ; bilingue), éd. Moundarren, ISBN 2-907312-02-2 — Sélection de sa poésie chinoise, précédée d'un portrait.
  • 1994. Recueil de l'ermitage au toit de chaume (trad. CHENG Wing-Fun et Hervé Collet ; bilingue), éd. Moundarren, 96 pages, ISBN 2-907312-24-3 — Sélection de sa poésie waka, précédée d'un portrait.
  • 1994. Pays natal (trad. CHENG Wing-Fun et Hervé Collet ; bilingue), éd. Moundarren, 82 pages, ISBN 2-907312-25-1 — Sélection de sa poésie haiku, précédée d'un portrait.
  • 2001. Contes zen : Ryôkan, le moine au cœur d'enfant (trad. Claire S. Fontaine et Kasono Mitsutane ; texte français seulement), éd. Courrier du livre
  • 2002. La Rosée d'un lotus (trad. Alain-Louis Colas de Hachisu no tsuyu, 1835 ; bilingue), éd. Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient » — Recueil posthume de waka et de longs poèmes, tel Le Lapin de la lune, compilé et publié par sa compagne Teishin.
  • 2003. Le Chemin vide : vie et poèmes d'un moine Zen (trad. Catherine Yuan et Erik Sablé ; texte français seulement), éd. Dervy, coll. « Chemins de sagesse », 108 pages, ISBN 978-2-84454-210-6 — Choix de poèmes, précédé d'une biographie.
Anthologies
  • 1978. Haïku (retrad. depuis l'anglais par Roger Munier d'après R. H. Blyth (en), Haiku, 1950-1952 ; texte français seulement), éd. Fayard, coll. « Documents spirituels », 210 pages ; rééd. 2006, Haïkus, coll. « Points poésie » no 1450, 231 pages, ISBN 978-2-02-086387-2, 116 auteurs, 568 haïkus (dont 3 de Ryōkan)
  • 2002. Haiku : anthologie du poème court japonais (trad. Corinne Atlan et Zéno Bianu ; texte français seulement), éd. Gallimard, coll. « Poésie » no 369, 239 pages, ISBN 2-07-041306-3, 978-2-07-041306-5, 133 auteurs, 504 haïkus (dont 10 de Ryōkan)

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Abe, Ryuichi, et Haskel, Peter (1996). Great Fool: Zen Master Ryokan: Poems, Letters, and Other Writings, University of Hawaii.
  • (fr) Blain, Dominique (2007). Ryōkan, l'oublié du monde, éd. Les deux océans, ISBN 978-2-86681-158-7.
  • (fr) Ishigami-Iagolnitzer, Mitchiko (1991). Ryôkan, moine zen, Éditions du CNRS, Paris.
  • (fr) Shunkin, « Bibliographie des œuvres de Ryōkan traduites en français » (Archive.org du site disparu en 2013), Shunkin, littérature japonaise, www.shunkin.net, consulté en décembre 2009 — Base pour la liste, complétée et recoupée d'autres sources documentaires.
  • (en) Stevens, John (1993). Three Zen Masters: Ikkyū, Hakuin, and Ryōkan, Kodansha, Tokyo.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Bibliographie, monographie 1986, Les 99 haiku de Ryōkan.
  2. Voir Bibliographie, monographie 1994, Pays natal.

Liens externes[modifier | modifier le code]