Ruthénie rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ruthénie rouge

Description de cette image, également commentée ci-après

Ruś Czerwona (Russia)

Histoire et événements
981 la Rus’ de Kiev prend le territoire sur la Pologne
1018 reprise par la Pologne
1031 reprise par la Rus’ de Kiev
1340 reconquête par la Province de Petite-Pologne
1918 appartient à la Pologne

La Ruthénie rouge, ou Russie rouge[1] (en russe Червонная Русь, en ukrainien Червона Русь, en polonais Ruś Czerwona, en latin Ruthenia Rubra ou Russia Rubra) est le nom qui a été utilisé depuis le Moyen Âge jusqu’à la Première Guerre mondiale pour désigner la Galicie orientale.

À l’origine, la Ruthénie rouge désignait le territoire compris entre le Bug et le Wieprz. Cette région est mentionnée pour la première fois en 981, quand Vladimir Ier le Grand de la Rus’ de Kiev reprend cette région à la Pologne de Mieszko Ier. En 1018, Boleslas Ier le Vaillant récupère ce territoire qui sera repris par la Rus’ de Kiev en 1031.

En 1340, sous Casimir III le Grand, la région est reconquise par la Pologne suite à l’effondrement de la Rus’ de Halych-Volodymyr. Depuis cette époque, l’appellation Ruthénie rouge (en polonais Ruś Czerwona) est utilisée pour nommer le territoire allant jusqu’au Dniestr, avec Przemyśl comme ville principale. À l’époque de Ladislas II Jagellon, la voïvodie de Przemyśl a été rebaptisée voïvodie de Ruthénie (województwo ruskie), avec la ville de Lwów qui a progressivement pris l’ascendant sur Przemyśl. La voïvodie était subdivisée en cinq territoires : Lwów, Sanok, Halicz, Przemyśl et Chełm. La ville de Halicz a donné le nom de Galicie.

Entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, cette région a appartenu à la Pologne. Aujourd’hui, cette région est partagée entre la Pologne et l’Ukraine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette région est dénommée Russie rouge par exemple dans l’Atlas universel et classique de Géographie ancienne, romaine, du Moyen Âge et contemporaine de MM. Drioux et Ch. Leroy, Belin (1881), pour les époques 1095-1270, 1328-1435, 1715.