Russophobie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La russophobie est une aversion, une crainte, voire une attitude hostile envers la culture russe, les Russes, leur identité ou leurs coutumes, ou encore envers la langue russe, également décrites comme sentiments anti-russes. Le terme est employé dans deux contextes de base : dans des conflits ethniques avec la participation des Russes (citoyens de la Fédération de Russie ou de nationalité (ethnie) russe), et dans la politique internationale.

« Russophobe » est un adjectif employé pour dénoter les sentiments anti-Russes, le plus souvent dans la politique et la littérature. Certains quotidiens sont aussi taxés de tentation russophobe pour leur propension à ne recenser que les événements négatifs impliquant les Russes ou survenant en Russie.

Citation :
« N'importe quel Anglais arrive en Russie en russophobe et repart en russophile. »
Marquis George Nathaniel Curzon, ancien vice-roi des Indes (1899 - 1905) et ministre britannique des Affaires étrangères.

Hegel et toute une partie de l'idéalisme allemand en venaient à dénier aux peuples slaves et à la Russie en particulier tout apport à la civilisation européenne et même tout droit à une existence historique indépendante.

Les revendications des attitudes envers la Russie et les Russes[modifier | modifier le code]

En octobre 2004, la Gallub Organisation Internationale a annoncé que, selon un sondage, le sentiment anti-russe est resté encore relativement fort en Europe et surtout en Occident. Elle a constaté que la Russie était le pays le moins populaire du G-8 dans le monde occidental. Le pourcentage de la population ayant une perception négative de la Russie était de 62 % en Finlande, 57 % en Norvège, 42 % en République tchèque et en Suisse, 37 % en Allemagne, 32 % au Danemark et en Pologne, 23 % en Estonie et 73 % au Kosovo.

Ukraine[modifier | modifier le code]

Dans un sondage réalisé par l'Institut International de Sociologie de Kiev en mai 2009, en Ukraine, 96 % des Ukrainiens étaient satisfaits des Russes en tant que groupe ethnique, 93 % étaient favorables à la Russie et 76 % étaient favorables à la politique de la Russie.

Pologne[modifier | modifier le code]

Les responsables russes affirment que des sentiments négatifs envers la Russie sont très répandues en Pologne. Jakub Boratyński, le directeur des programmes internationaux à "la crois-tank indépendant polonais" admet également que de nombreux Polonais semblent toujours soucieux de la politique étrangère russe et ont peur de la Russie cherche à "recréer un empire sous une forme différente."

Pays Baltes[modifier | modifier le code]

Dans les Pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), il y a eu et il y a encore de nombreuses dégradations d'anciens monuments soviétiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]