Rurice de Limoges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Ruricius
Naissance c.440
Décès 507 

Saint Ruricius (né vers 440 ; mort en 507 ou peu après 507), évêque de Limoges en Haute-Vienne (484 ou 485507), lié à la gens gallo-romaine des Avitii et des Anicii[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

On connaît peu de chose de la vie de saint Ruricius, et ce que l'on connaît n'est pas tout à fait sûr. Il est l’un de ces aristocrates gallo-romains des cinq et sixième siècles dont bon nombre de lettres ont été conservées ; les autres sont Sidoine Apollinaire, préfet de Rome en 468 et évêque de Clermont (mort en 485), Alcimus Ecdicius Avitus, évêque de Vienne (mort en 518) ; et Magnus Felix Ennodius, (mort en 534), évêque de Ticinum, ville aujourd'hui appelée Pavie. Tous étaient liés aux grandes familles gallo-romaines d’où étaient issus les évêques de la Gaule[2]. Leurs liens étaient aussi culturels : Hesperus, l’ami de Sidoine, était le précepteur des enfants de Rurice[3]. Rurice fit bâtir le monastère et l’église St-Augustin à Limoges, après 485.

Écrits[modifier | modifier le code]

Il nous est parvenu un ensemble de 83 lettres, le Codex Sangallensis 190 ; douze d'entre elles sont adressées à Rurice, les autres sont de lui. Elles couvrent une période d'environ trente ans et décrivent ce qui est arrivé en Gaule après le retrait de Rome, qui s'est produit peu avant 480. Nous y trouvons un aperçu de ce que pouvait être, sous la domination barbare, la vie des gens éduqués, ce qui avait changé, ce qui demeurait. Par exemple, on n'y trouve presque rien de l'effet des Wisigoths sur la vie et les activités locales, ce qui nous porte à nous demander s'il y en avait un. La plupart des lettres de Rurice étaient adressées à des évêques des évêchés voisins ou à des membres de sa famille ; peu de ses correspondants sont bien connus de nous.

Les lettres de Rurice éclairent les circonstances de la bataille de Vouillé, près de Poitiers, en 507, bataille importante dans l'histoire de la Gaule puisque les Francs y défirent les Wisigoths.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Hagendahl, Harald. "La correspondance de Ruricius", Acta Universitatis Gotenburgensis 58.3 (Göteborg) 1952.
  • Krusch, B. Ruricii Epistolae in Mon. Ger. Hist. AA8 (Berlin) 1887; A. Englebrecht, ed. Ruricii Epistolarum Libri Duo (Vienna) 1891. Il n'y a pas d'éditions contemporaines.

Sources[modifier | modifier le code]

  • D. R. Bradley Review: The Letters of Ruricius, The Classical Review, New Series 4, no. 3/4 (1954): 268-269.
  • Frank Gilliard, The Senators of Sixth-Century Gaul, Speculum 54, no. 4 (1979): 685-697.
  • Grégoire de Tours, Historia Francorum (The History of the Franks) (London, England: Penguin Books, Ltd., 1974).
  • R. W. Mathisen, Ruricius of Limoges and Friends: A Collection of Letters from Visigothic Gaul, Liverpool: Liverpool University Press, 1999, ISBN 0-85323-703-4. Traduction en anglais des lettres de Rurice qui nous sont parvenues.
  • R. W. Mathisen. Barbarian Bishops and the Churches "in Barbaricis Gentibus" during Late Antiquity, Speculum 72, no. 3 (1997): 664-697.
  • R. W. Mathisen. Roman Aristocrats in Barbarian Gaul: Strategies for Survival in an Age of Transition, Austin, TX: University of Texas Press, 1993.
  • R. W. Mathisen. Studies in the History, Literature, and Society of Late Antiquity, Amsterdam: Hakert, 1991.
  • R. W. Mathisen. Ecclesiastical Factionalism and Religious Controversy in Fifth Century Gaul, Washington, D.C.: Catholic University of America Press, 1989.
  • R. W. Mathisen. The Theme of Literary Decline in Late Roman Gaul, Classical Philology 83, no. 1 (1988): 45-52.
  • R. W. Mathisen, Emigrants, Exiles and Survivors: Aristocratic Options in Visigothic Aquitania, Phoenix 38, no. 2 (1984): 159-170.
  • R. W. Mathisen, Epistolography, Literary Circles and Family Ties in Late Roman Gaul, Transactions of the American Philogical Association 111, (1981): 95-109.
  • R. W. Mathisen, et Danuta Shanzer, Society and Culture in Late Antique Gaul: Revisiting the Sources, Michigan: Ashgate, 2001.
  • Luíz Paulo Manuel de Menezes de Mello Vaz de São-Payo, A Herança Genética de Dom Afonso I Henriques (Portugal: Centro de Estudos de História da Família da Universidade Moderna do Porto, Porto, 2002).
  • T. Stanford Mommaerts, et David H. Kelley, The Anicii of Gaul and Rome In Fifth-Century Gaul: A Crisis of Identity?, sous la direction de John Drinkwater et de Hugh Elton. Cambridge, 1992.
  • Christian Settipani, Les Ancêtres de Charlemagne (France: Éditions Christian, 1989).
  • Christian Settipani, Ruricius, Ier évêque de Limoges et ses relations familiales (peut être consulté en ligne)
  • Sidoine Apollinaire, The Letters of Sidonius (Oxford: Clarendon, 1915) (orig.), pp. clx-clxxxiii; List of Correspondents, Notes, V.ix.1.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. The Gallic emperor Eparchius Avitus had without doubt the most prominent career among the clan. See: T. S. M. Mommaerts & D. H. Kelley, The Anicii of Gaul and Rome, in Fifth-century Gaul: a Crisis of Identity?, ed. by John Drinkwater and Hugh Elton, (Cambridge University Press, Cambridge & New York, 1992) 111-121.
  2. Ralph W. Mathisen, "Epistolography, Literary Circles and Family Ties in Late Roman Gaul" Transactions of the American Philological Association 111 (1981), pp. 95-109; M. Heinzelmann, Bischofsherrschung in Gallien (Munich) 1976.
  3. Epistolae, 1.3.5-6, signalé par Mathisen 1988:51.