Rupture prématurée des membranes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RPM.
Rupture prématurée des membranes
Classification et ressources externes
CIM-10 O42
CIM-9 658.1
DiseasesDB 10600
eMedicine med/3246 
MeSH D005322
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La rupture prématurée des membranes (la RPM) est l'ouverture de l'œuf avant le début de l'accouchement appelé « travail ». La rupture prématurée des membranes avant le terme de huit mois est la première cause d'accouchement prématuré.

Causes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Une cause n'est identifiée que dans 40 % des cas : infection génitale, béance cervico-isthmique, hydramnios, amniotite, hauteur utérine excessive, amniocentèse, carence en vitamine C, etc.

Mécaniques[modifier | modifier le code]

  • Traumatisme direct ou indirect (coup porté au niveau abdominal, accident de circulation, rapports sexuels, etc.)
  • Cause obstétricale : grossesse gémellaire, hydramnios
  • Iatrogène : complication d'une amnioscopie, de la pose d'un laminaire au cours d'une interruption volontaire de grossesse (IVG).

Infectieuses de la filière génitale[modifier | modifier le code]

C'est la principale urgence à éliminer devant toute RPM :

Cause inconnue[modifier | modifier le code]

Soixante pour cent (60 %) des RPM. Ce qui a fait discuter la possibilité d'une fragilité constitutionnelle de la poche amniotique de certaines femmes, responsable de RPM répétées lors des différentes grossesses.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic est essentiellement clinique : l'examen au spéculum visualise un écoulement de liquide amniotique ou il existe un écoulement de liquide amniotique au refoulement abdominal prudent de la présentation.

Dans les autres cas on pourra s'aider de tests diagnostiques comme :

  1. Test détectant l'IGFBP-1[1],[2],[3]
  2. Test à la nitrazine (en)
  3. Test à la diamine oxydase

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le pronostic pour l'enfant dépend de trois paramètres :

  1. Âge gestationnel au moment de la rupture
  2. L'existence ou non d'un oligoamnios
  3. L'existence ou non d'une chorioamniotite

Les investigations à l'entrée comporteront :

  1. Pouls et température maternels
  2. Recherche d'une activité contractile de l'utérus (examen cardiotocographique)
  3. Examen bactériologique du vagin (prélèvement vaginal)
  4. Échographie pour vérification de la présentation et appréciation de la quantité de liquide amniotique
  5. Hémogramme et dosage de la CRP
  6. Ablation du fil de cerclage si besoin

L'hospitalisation est systématique : la moitié des ruptures prématurées des membranes accouchent dans la semaine.

Avant cinq mois[modifier | modifier le code]

En cas d'anamnios ou de signes de chorioamniotite, les risques de dysplasie pulmonaire ou de maladie des brides amniotiques sont très importants, pouvant éventuellement justifier une interruption médicale de grossesse. Les futurs parents seront associés à la décision.

Dans les autres cas, il n'y a pas lieu d'envisager une interruption médicale.

Entre cinq mois (24 semaines) et sept mois et demi (34 semaines)[modifier | modifier le code]

La patiente en grossesse à haut risque (GHR) est admise au sein d'un service hospitalier. Sa température corporelle est mesurée 3 fois par jour, des prélèvements bactériologiques sont effectués chaque semaine, une analyse de sang à la recherche d'un processus inflammatoire chaque jour et une échographie toutes les deux semaines. La patiente est mise au repos strict et on assure une tocolyse.

Entre sept mois et demi (34 semaines) et huit mois (37 semaines)[modifier | modifier le code]

Si une rupture prématurée des membranes survient après 34 semaines, on procède à l'accouchement de la patiente.

Après huit mois[modifier | modifier le code]

Le seul risque pour le fœtus est le risque infectieux.

En l'absence de signe ou de risque infectieux, on peut admettre une expectative de 48 heures maximum. Durant cette période, aucun toucher vaginal ne sera effectué, afin de réduire le risque infectieux. Après douze heures de rupture une antibiothérapie sera prescrite à la patiente pour limiter la contamination néonatale à streptocoque B. Passé ce délai, le déclenchement du travail sera systématique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rutanen E-M, Pekonen F, Kärkkäinen T. « Measurement of insulin-like growth factor binding protein-1 in cervical/vaginal secretions: comparison with the ROM-check Membrane immunoassay in the diagnosis of ruptured fetal membranes » Clinica Chimica Acta 1993;214:73-81.
  2. (en) Kubota T, Takeuchi H. « Evaluation of insulin-like growth factor binding protein-1 as a diagnostic tool for rupture of the membranes » J Obstet Gynecol Res. 1998;24:411-7.
  3. Forzy G et al. « Place du Prom-Test dans la prise en charge de la rupture prématurée des membranes » Ann Biol Clin. 2007;65:313-6.