Rundetårn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rundetårn
Image illustrative de l'article Rundetårn
Présentation
Nom local Rundetårn
Type Tour
Architecte Hans van Steenwinckel
Date de construction 1642
Commanditaire Christian IV
Dimensions 41.55
Destination initiale Observatoire astronomique
Site web www.rundetaarn.dk
Géographie
Pays Drapeau du Danemark Danemark
Région Hovedstaden
Localité Copenhague
Localisation
Coordonnées 55° 40′ 53″ N 12° 34′ 33″ E / 55.681389, 12.575833 ()55° 40′ 53″ Nord 12° 34′ 33″ Est / 55.681389, 12.575833 ()  

Géolocalisation sur la carte : Copenhague

(Voir situation sur carte : Copenhague)
Rundetårn

Rundetårn (ou Rundetaarn, littéralement « la tour ronde ») est une tour du XVIIe siècle à Copenhague au Danemark. La tour fait partie de l’ensemble du Trinitatis, qui fut construit pour fournir aux érudits de l’époque un observatoire astronomique, une église et une bibliothèque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le couloir en colimaçon de la Rundetårn.
Adi Holzer: Rundetårn 1999.

Cette célèbre tour fut construite par ordre du roi Christian IV sur la suggestion de l'astronome Christian Sørensen Longomontanus[1](1562-1647) et conçue par l’architecte Hans van Steenwinckel le Jeune. La première pierre fut posée le 7 juillet 1637, et la tour fut achevée en 1642. L’église ne fut pas achevée avant 1656 et la bibliothèque avant 1657. L’observatoire qui est le plus ancien observatoire astronomique encore en service en Europe, et la bibliothèque faisaient partie de l’université de Copenhague jusqu’en 1861. Parmi les astronomes qui ont utilisé l'observatoire, on peut citer Ole Rømer (1644-1710). L’astéroïde (5505) Rundetårn commémore cet édifice.

Architecture[modifier | modifier le code]

Un couloir en hélice (7½ tours) mène au sommet de la tour, où se situent l’observatoire et un petit planétarium. Le couloir permet d'accéder également à l’église et à la bibliothèque.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. R. Radau, « L'observatoire de Paris depuis sa fondation », Revue des deux mondes, vol. XXXVIII, seconde période, t. 73,‎ février 1868

Lien externe[modifier | modifier le code]