Rumaila

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

30° 09′ 22″ N 47° 24′ 28″ E / 30.156112, 47.407722

Des pompiers koweïtiens luttent contre un feu sur le site pétrolier de Rumaila le 27 mars 2003 pendant l'opération liberté irakienne.

Rumaila est un gisement pétrolier situé à la pointe sud de l'Irak, dont une petite partie déborde en territoire Koweïti. Découvert en 1953, il est généralement considéré comme le deuxième plus grand gisement iraquien après Kirkouk, qu'il dépasse en termes de production. Beydoun[1] estime le pétrole originellement en place à 51 Gbbls, ce qui semble cohérent avec les chiffres de l'ordre 20 Gbbls récupérables que l'on rencontre dans de nombreuses sources.

Selon une présentation donnée par un représentant du gouvernement irakien[2], la moitié sud du gisement serait sévèrement déplétée, ayant produit plus de 8 Gbbls sur les 11 initialement récupérables. La présentation ne donne pas de quantités pour la moitié nord, qui semble largement moins déplétée, la production totale du gisement étant de l'ordre de 11 Gbbls à ce jour. On peut donc estimer que Rumaila, dans son ensemble, est à moitié épuisé.

Le gisement a été plusieurs fois impliqué dans l'histoire du pays. L'Iraq accusa le Koweit de forer dans ses réserves, ce qui fut l'une des causes de la deuxième guerre du Golfe. Les puits furent incendiés par les forces iraquiennes en retrait à la fin du conflit. Au début des années 2000, le gisement, comme Kirkouk, fut surexploité avec des moyens de fortune, et soumis à des pratiques anormales, comme la réinjection de pétrole dégazé. Ces deux derniers épisodes pourraient avoir endommagé le réservoir.

Juste avant le conflit récent en 2003, lors duquel les forces irakiennes avaient enfoui 100 000 mines afin d'entraver la progression coalisée, la capacité de production du gisement était estimée à 1.3 Mbbls/j, soit 40 % environ de la capacité du pays. Actuellement, la production est moindre, pénalisée par le manque de pièces, le sabotage, le manque de main-d'œuvre, etc. Des travaux de réhabilitations sont en cours sur de nombreux puits.

Source[modifier | modifier le code]

  1. Z. R. Beydoun, The Middle East : Regional Geology and Petroleum Resources, Scientific Press Ltd., 1988
  2. http://www.spe.org/specma/binary/files/5743773special_session_ghadhban_thamir.pdf, slide 4