Ruggero Maria Santilli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ruggero Santilli (août 2010).

Ruggero Maria Santilli, né le 8 septembre 1935, est un physicien italo-américain. Il a enseigné et fait de la recherches pour plusieurs universités et organismes gouvernementaux américains.

Il a fondé les revues Hadronic Journal, Hadronic Journal Supplement et Algebras, Groups and Geometries, dans lesquelles il publie ses travaux ainsi que ceux d'autres chercheurs. Ces revues sont éditées par Hadronic Press, une firme dirigée par son épouse Carla Santilli[1].

Santilli est CEO et scientifique en chef de MagneGas Corporation[2]. Certains de ses travaux sont jugés comme étant de type fringe science[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ruggero Maria Santilli naît à Capracotta, en Italie. Il étudie la physique à l'Université de Naples. Il fréquente par la suite l'Université de Turin, de laquelle il obtient un diplôme en 1966.

En 1967, il est invité à l'Université de Miami pour y faire de la recherche subventionnée par la NASA. En 1968, il enseigne la physique et les mathématiques à l'Université de Boston tout en faisant de la recherche pour l'Air Force.

Du mois d'août 1974 au mois d'août 1977, il est invité au Center for Theoretical Physics (en) du Massachusetts Institute of Technology. Du mois de septembre 1977 au mois d'août 1981, il est invité au département de mathématiques de l'Université Harvard[4]. En septembre 1981, Santilli fonde et devient président de l'Institute for Basic Research (en)[5].

Recherches[modifier | modifier le code]

Mécanique et chimie hadronique[modifier | modifier le code]

Santilli développe une nouvelle théorie théorie du tout appelée hadronic mechanics, dont le nom est inspiré du hadron. Bien qu'accueillie froidement par ses contemporains, Santilli, un auteur prolifique, publie des centaines d'articles et de livres sur ce sujet ainsi que sur des sujets connexes tels la chimie, la supraconductivité, la biologie et la cosmologie[5],[6],[7]. La plupart de ses travaux sont publiés dans le Hadronic Journal, une revue dont il est l'éditeur en chef.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Earthfirst Technologies Inc · 10QSB · For 3/31/02 », SEC Infoannée=2007
  2. (en) « MagneGas Company », MagneGas Corporation,‎ 2011
  3. (en) Carrie Weimar, « Snubbed By Mainstream, Scientist Sues », St. Petersburg Times,‎ May 7, 2007 (lire en ligne)
  4. (en) S. Sternberg et R. M. Santilli, « Integrability conditions for the existence of a Lagrangian in Newtonian mechanics and field theory », Annual Progress Report, Harvard University,‎ 1979 (résumé)
  5. a et b (en) CV on Institute for Basic Research
  6. (en) « Conceptual, theoretical, and experimental foundations of hadronic mechanics, superconductivity and chemistry », IBR staff,‎ 2007
  7. (en) Erik Trell, « Book review: Foundations of hadronic chemistry with applications to new clean energies and fuels:R.M. Santilli; Kluwer Academic Publishers », International Journal of Hydrogen Energy, Boston, Dordrecht, London, December 2001, ISBN=1-4020-0087-1, vol. 28, no 2,‎ février 2003, p. 251–353 (DOI 10.1016/S0360-3199(02)00031-9)

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]