Ruffiac (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ruffiac.
Ruffiac
Blason de Ruffiac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Malestroit
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Oust et de Lanvaux
Maire
Mandat
Thierry Gué
2014-2020
Code postal 56140
Code commune 56200
Démographie
Gentilé Ruffiacois, Ruffiacoise
Population
municipale
1 414 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Population
aire urbaine
16 453 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 09″ N 2° 16′ 50″ O / 47.8191666667, -2.2805555555647° 49′ 09″ Nord 2° 16′ 50″ Ouest / 47.8191666667, -2.28055555556  
Altitude Min. 10 m – Max. 102 m
Superficie 36,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Ruffiac

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Ruffiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ruffiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ruffiac
Liens
Site web http://www.ccvol.com/

Ruffiac [ʁyfjak] (Rufia en gallo) est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Ruffiac est une commune du canton de Malestroit. Elle est située sur les axes routiers Malestroit-Guer et Ploërmel-Redon.

Géographie[modifier | modifier le code]

En dehors de bandes orientées ouest-est au nord et au sud de la commune, soit une bande de grès armoricain et une de la formation de Pont-Réan au sud et moins étendues au nord, le sous-sol est constitué de schistes Briovériens. Le sol est dans ces secteurs nord et sud, d'une valeur agricole plus faible que dans la partie schisteuse où elle est globalement excellente [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ruffiac était au Moyen Âge un prieuré. Le prieuré de Ruffiac appartenait dès le IXe siècle à l'abbaye de Redon.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

CoA fr Ruffiac.svg

Les armoiries de Ruffiac se blasonnent ainsi :

D'azur à la croix engrêlée d'or cantonnée en chef à dextre d'une tête et d'un col de bouc du même ; à l'écusson de gueules chargé de trois bourdons d'argent brochant en abîme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2001 Mars 2008 Alain Jégat    
Mars 2008 Mars 2014 Odile Lerat    
Mars 2014   Thierry Gué    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 414 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 630 1 515 1 608 1 437 1 694 1 756 1 721 1 723 1 650
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 673 1 733 1 763 1 735 1 783 1 817 1 827 1 807 1 835
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 846 1 877 1 803 1 718 1 772 1 765 1 697 1 668 1 588
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 563 1 479 1 482 1 428 1 374 1 311 1 381 1 401 1 414
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Pitié ou dite « du prieuré » (1932)
  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul (1920)
  • Croix des Arches (1719)
  • Manoir de Balangeard (1634), dont les façades et toitures sont inscrites au titre des monuments historiques par arrêté du 2 mars 1990[4]
  • Château de La Ruée (1632)
  • Maison de Lores (1630)
  • Chapelle Saint-Jean-des-Bois ou Saint-Jean-Baptiste (XVIIe siècle)
  • Croix de la Rivière (XVIIe siècle)
  • Croix de Saint-Jean-des-Bois (XVIIe siècle)
  • Chapelle Saint-André élément (XVe siècle)
  • Manoir des Greffins (XVe siècle)
  • Manoir de Coëtion (1315)
  • Manoir de la Ville-Robert (XIVe siècle)
  • Moulin à eau des Arches (N/D)
  • Moulin à vent du Prieuré (N/D)
  • Moulin à vent de La Ville-Robert (N/D)
  • Menhir de la Roche Piquée (époque néolithique)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Beaudoux : général de division aérienne de l'Armée de l'air française et commandant la région aérienne Atlantique depuis le 1er décembre 1997

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. * Grenville Astill, Wendy Davies, Un paysage breton ; De l'archéologie à l'histoire dans le sud de la Haute-Bretagne, Les Dossiers du Ce.R.A.A., suppl. X, 2001, 214 p.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. « Notice no PA00091812 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :