Rue du Marché aux Fromages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rue des Pitas)
Aller à : navigation, rechercher
La rue du Marché aux Fromages, dessin par Léon van Dievoet.

La rue du Marché aux Fromages, jadis Smaelbeek, aujourd'hui également désignée sous le nom de rue des Pittas[1], est une très ancienne rue bruxelloise.

Après avoir été renommée par les édiles communaux, rue du Cercueil, elle a heureusement retrouvé son nom historique.

Elle commence rue des Chapeliers et finit rue des Éperonniers.

Dans la rue du Marché aux Fromages, débouchent deux antiques impasses: l'impasse du Dragon (Draeckenganck), et l'Impasse du Poivre (Peperganck).

Maisons remarquables[modifier | modifier le code]

La "nouvelle, grande et belle maison" nommée au Dragon de Fer ou den Eyseren Draeck, construite en 1709, actuel 15-17 du Marché au Fromage. Le rez-de-chaussée a été défiguré en 1882 pour en faire un espace commercial, on y voyait jadis au XVIIIe siècle, des boiseries avec des peintures encastrées et des cuirs dorés dans la pièce avant du rez-de-chaussée vers la rue. Sur la façade pendait comme enseigne un dragon de fer. Photo 2007.

Le Marché aux Fromages a conservé de nombreuses maisons anciennes, la plupart reconstruites après le bombardement de Bruxelles de 1695 ont subi de lourdes transformations au XIXe siècle mais sans perdre leur aspect original.

L'on y remarque les maisons nommées:

  • Zeepeerd (au Cheval Marin), actuel n° 1 au coin de la rue des Chapeliers. Encadrement de porte de style Louis XV.
  • Drij Pagekens (aux Troix Pages), actuel n° 5-7. Façade en briques et grès récemment décapée.
  • den Eijseren Draeck (au Dragon de Fer), actuel 15-17. Vaste maison de maître construite en 1709, et située à droite de l'Impasse du Dragon, le rez-de-chaussée a malheureusement été totalement défiguré en 1882 et transformé en deux devantures commerciales. On peut le regretter quand on lit dans les Wyckboeken[2] ou livre des Quartiers de Bruxelles, la belle description qui en est faite: "une nouvelle grande et belle maison que l'acheteur a fait construire peu de temps après l'achat du terrain (en 1709)[3] et où actuellement pend le Dragon de Fer située sur le Marché aux Fromages". L'acte précise plus loin: "avec toutes les boiseries incluant les peintures qui y sont encastrées et les cuirs dorés qui sont tendu dans la pièce avant du rez-de-chaussée vers la rue, tout comme les menuiseries qui sont clouées dans ladite maison". Ce nom plonge son origine dans l'histoire la plus ancienne de Bruxelles puisque, selon la tradition, cette maison est située au lieu même où Saint Géry vainquit le Dragon qui semait la terreur sur le territoire de la future cité et dont l'antre était situé à cet endroit près du ruisseau appelé Smaelbeek[4].
  • De Kat (au Chat), actuel n° 35 formant le coin avec la rue des Éperonniers où elle porte le n° 43. Immeuble élevé[5] en 1697.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Des Marez et A. Rousseau, Guide illustré de Bruxelles, 1979, pp.30, 32, 62,151, 152.
  • Eugène Bochart, Dictionnaire historique des rues, places...de Bruxelles, Bruxelles, 1853.p. 281.
  • Le patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Pentagone, tome 1B, Bruxelles, 1993, pp. 404-406.
  • Albert Mehauden et Michel Vanwelkenhuyzen, La Ville de Bruxelles. Ses habitants, leurs métiers et leurs adresses vers 1767, Bruxelles, 1998.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. N. G., « La rue des Pittas relookée », sur La Dernière Heure/Les Sports,‎ 26 septembre 2012 (consulté le 13 mars 2013)
  2. Archives Générales du Royaume, Wyckboecken de Bruxelles, SMALBEECK WYCK. N° 23: « schoonen grooten nieuwen huijse die den transportant corts naer sijn vercrijge daer op heeft doen maecken alwar tegenwooordigh is uijthanghende den eijseren Draeck gestaen ende geleghen op de Casemerckt....nieuwen grooten huijse genoemt den Eijseren Draeck ende dat met allen de boiseringhen in den selven huijse wesende beneffens de schilderijen in de selve boiseringhen sijnde ende de goude leiren hanghende in de voor camere beneden ter straete alsmeede de schrapprijen staende naghelvast in den voors. huyse »
  3. Lors du bombardement de 1695, la maison au Grand Dragon, (den Grooten Draeck) située Marché aux Fromages, avait été détruite et sur son emplacement ainsi que sur celui de la maison à sa droite également bombardée appelée au Petit Dragon (den Cleijnen Draeck) appelée ensuite de Witte Roose, avait été construite en 1709 la maison au Dragon de Fer (den Eijseren Draeck) sur un grand terrain, actuel n° 15 et 17 du Marché aux Fromages (Archives Générales du Royaume de Belgique, Notariat Général de Brabant, Notaire Van den Eede, protocole n° 1159, acte du 4 mai 1709, n° 69) : « Heer ende meester François Heymans, advocaat van den Souvereynen Raede van Brabant cum suis », vend « een groote erve gelegen op de Caesemerckt » pour une valeur de 3.000 florins. Cette maison qui y sera construite est décrite comme étant une nouvelle belle et grande maison appelée au Dragon de Fer (Den Eyseren Draeck): een groote schone nieuwe huys appelée "Den Eyseren Draeck" ou "Dragon de Fer" d'où pendait comme disent les wijckboecken un dragon de fer: "waer hangt een eyseren draeck" (Archives Générales du Royaume, Wijckboeken, n° 23, Coop « Sekere groote gebombardeerde hoffstadt ofte erve waar op desen twee huijsen hebben gestaen genoemt den Grooten ende den Cleijnen Draeck, behoudelijck dat het huijs den Cleijnen Draeck daer naer is geheeten geworden de Witte Roose metten erve van het achterste huijsken gelegen in t' Draeckstraetien achter de voors. groote hoffstadt....metten schoonen grooten nieuwen huijs die den transportant corts naer sijn vercrijge daerop heeft doen maecken alwaer tegenwoordig is uijthangende den Eijseren Draeck ».Nous donnons ici la retranscription complète de l'acte des Wijckboecken de Bruxelles: Archives Générales du Royaume, Wijckboeken de Bruxelles. « SMALBEECK WYCK. N° 23 COOP Item 7 April 1740 voermiddagh ten thien ure heeft Sr Joannes Bapta van Dievoet den Jonghen ende Joe Elisabeth van der Meulen sijne huijsvrouwe vercreghen weghens Sr Joannes Bapta van Dievoet den Ouden, sekere groote gebombardeerde hoffstadt ofte erven waerop voor desen twee huijsen hebben gestaen genoemt den Grooten ende den Cleijnen Draeck, behoudelijck dat het huijs den Cleijnen Draeck daernaer is geheeten geworden de Witte Roose metter erve van het achterste huijsken geleghen int’ Draeckstraetien achter de voors groote hoffstadt beneffens alnoch sekere erffken ofte plaetsken in de lenghde ende breede geleijck dat aldaer geleghen was achter den wonhuijse des transportants met een ander erffken twelff voeten buijten s’muurs ende breedt tusschen de 5 a 6 voeten allent t’welck ineen is geincorporeert metten schoonen grooten nieuwen huijse die den transportant corts naer sijn vercrijge daer op heeft doen maecken alwar tegenwooordigh is uijthanghende den eijseren Draeck gestaen ende geleghen op de Casemerckt comende met d’eene zeijde ter kercke van St Jans weerts teghens eenen ganck aldaer sijnde ende metter andere zeijde ter merckt weerts aen de goeden der weduwe Walravens Meeus ende nu Segher Goossens Item alnoch sekere onder erve alwaer teghenwoordige de kokene oft eteplaetse van Sr Claudius Empereur ende Joe Maria Joanna Michelle sijne huijsvrouwe op is staende van sekeren hunnen achter huijse geleghen in de Hoedemaeckers straete in eenen ganck achter den huijse den Rooden Houdt wesende de selve onder erve breedt elft voeten salvo justo die is lanck 14 ½ voeten salvo justo is comende teghens de ete plaetse des transportants van het welck hij heeft gemaeckt een kelderken die hij heeft geunieert aen sijnen voors. nieuwen grooten huijse genoemt den Eijseren Draeck ende dat met allen de boiseringhen in den selven huijse wesende beneffens de schilderijen in de selve boiseringhen sijnde met buffet rebbanck ende de goude leiren hanghende in de voor camere beneden ter straete alsmeede de schrapprijen staende naghelvast in den voors. huyse, voor vrij suijver ende onbelast et prout latius in his..St Stadts Pontpengen. Gepassert sub G. van Veen 5 April 1740. COOP Item 24 Januarij 1777 naer middagh ten drij ure hebben D’heer Joannes Baptista van Dievoet ende Joe Anna Maria Lambrechts gehuijschen vercreygen teghens Joe Anna Maria Francisca van Dievoet geassisteert van d’hr Henricus Josephus vander Borcht haeren man ende momboir, Item teghens D’heer Petrus Jacobus Josephus ende D’heer Franciscus Josephus van Dievoet ende Jo Maria Elisabeth ende Maria Anna Josepha nvan Dievoet ieder van hun voor een sesde paert van ende in de naerbes(schreve) goederen waervan het resterende sesde paert aen den acceptant is competerende, dats te weten vijff sesde paerten van ende in sekere groote gebombardeerde hoffstadt ofte erven in den wijckboeck gequ(oteert) n° 23 Smaelbeeckwijck hier voren breeder vermelt. St Stadts Pontpengen f 17500 out. Gepasseert sub H. T’kint 17 Januarij 1777. Verte. CONSTITUTIE Item ijsdem die et hora hebben den heere Henrikus T’kint secretaris deser stadt Brussel ende Joe Maria Theresia Josepha, Joanna Barbara ende Joe Maria Cornelia T’kint huijsvrouwe van d’heer Lucas Joannes de Roovere die bij den voors. instrumente present sijne huijsvrouwe ten effecte naerbes. heeft geauthoriseert vercreghen teghens D’heer Joannes Baptista van Dievoet ende Joe Anna Maria Lambrechts gehuijsschen eene erffelijcke rente van drij hondert sestige guldens courant geldt s’jaers a rate den penninck xxv gemodificeert op drij hondert vijffthien guldens courant gelt s’jaers ende also teghens drij ende een halff per conto in capitael neghen duijsent guldens wissel geldt, Item alnoch eene erffelijcke rente van twee hondert veertige gul(den)s courant gelt s’jaers aen den voors. D’heer Lucas Joannes de Roovere ende Joe Maria Cornelia T’kint gehuijsschen gemodifieert op twee hondert thien guldens courant gelt s’jaers ende alsoo a rate van drij ende een helff par cento altijt beijde de respective renten achthien Januarij vallende in cappitael sesse duijsent guldens beset ende bewesen op den huijse hiervoren vermelt ende ist’selve geschiet met consent der naeste vrinden et prout latius in his. Non debet pontpeningen. Gepasseert sub P. W. de Fraye 18 Januarij 1777. »
  4. Victor Devogel, Légendes bruxelloises, illustrations de C.-J. Van Landuyt, Bruxelles, p.29 à 36. Voir p. 34: « Un dragon dévastait Bruxelles, ses campagnes, ses bois et ses marais. D'aucuns affirment même que l'allée du Dragon, qui existait autrefois dans notre cité, tirait son nom du séjour qu'y fit cet animal fabuleux. ». L'allée du Dragon s'appelle maintenant impasse de la Poupée.
  5. Le patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Pentagone, 1B, Bruxelles, 1993, p. 24 (rue des Éperonniers).

Voir aussi[modifier | modifier le code]