Rue de Lappe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
11e arrt
Rue de Lappe
Vue vers l'est, vers la rue de Charonne.
Vue vers l'est, vers la rue de Charonne.
Situation
Arrondissement 11e
Quartier Roquette
Début 32 rue de la Roquette
Fin 13 rue de Charonne
Morphologie
Longueur 265 m
Largeur 10 m
Historique
Création déjà présente sur le plan de Gomboust (1652)
Dénomination 26 février 1867
Ancien(s) nom(s) Rue Gaillard
puis rue Louis-Philippe
(de 1830 à 1867)
Géocodification
Ville de Paris 5271

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Lappe
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 51′ 13″ N 2° 22′ 23″ E / 48.8535641, 2.3729726

La rue de Lappe est une voie parisienne située dans le 11e arrondissement adjacente à la rue de la Roquette dans le quartier de la Roquette.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rue de Lape ou de Naples en 1760 (plan de Vaugondy)

La rue doit son nom à un maraîcher, Gérard de Lappe, qui possédait à cet endroit des jardins, au XVIIe siècle. Elle existait déjà en 1652.

Elle s'appelait autrefois rue Gaillard, en hommage à l'abbé Gaillard qui avait fondé une petite communauté destinée à l'éducation des enfants pauvres du faubourg Saint-Antoine tout proche.

En 1830, Louis-Philippe y fit une visite appréciée par les riverains qui demandèrent le changement de dénomination qui prit le nom de rue Louis-Philippe jusqu'en 1867 où un arrêté lui donna le nom de son propriétaire d'origine. Toutefois, en souvenir, un passage porte le nom de Louis-Philippe.

Dans cette moitié du XIXe siècle, la petite rue était surtout consacrée à la ferraille[1]. La plupart des boutiques distribuait toutes sortes de métaux, du zinc des bistrots au cuivre des tuyaux en passant par le fer des instruments de travail du bois. Peu à peu, ce furent les activités festives qui prirent le dessus, à deux pas de la Bastille. Les Bretons, puis les Auvergnats y installèrent des troquets "bois et charbon" en nombre. La rue de Lappe fut alors le repaire des apaches, voyous et truands en tous genres qui fréquentaient les nombreux cafés-charbons, au pied de hauts bâtiments noircis et lézardés par le temps. Les cabrettes auvergnates s'associèrent aux accordéons diatoniques des Italiens, autres immigrés, pour former dès 1880 les premiers bals musette, où l'on danse la bourrée en claquant des talons.

Vieilles enseignes et décorations de bistrots

Dans les années 1930, 17 bals y étaient installés, dont Le Chalet, La Boule Rouge, Les Barreaux Verts, Le Bal Chambon. L'un d'entre eux ouvrit au no 9 de la rue, en 1936 sous le parrainage de Mistinguett : le Bal à Jo, du nom de son propriétaire, Jo France, qui avait déjà créé un petit cabaret cinq ans plus tôt, la Bastoche, dans la même rue, mais qui venait de reprendre les locaux du Bal Vernet. Au son de l'accordéon, il fera danser la java au tout-Paris. En juin 2011, l'établissement, qui a enregistré plus de 5 millions d'entrées depuis sa création, célèbre son 75e anniversaire[2].

Description[modifier | modifier le code]

La rue de Lappe relie la rue de la Roquette à la rue de Charonne. Très réputée pour sa vie nocturne, elle est devenue aujourd'hui le cœur du quartier branché de la Bastille.

Culture[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative

Francis Lemarque, né au no 51, a donné le nom de cette rue à une de ses chansons : Rue de Lappe, reprise par Mouloudji.

Littérature[modifier | modifier le code]

Paru en 1997, sous le titre, La Bastoche - Bal-musette, plaisir et crime aux éditions du Félin et, en 2011, relu et amélioré, sous celui de La Bastoche - Une histoire du Paris populaire et criminel chez Perrin-Tempus, le livre de Claude Dubois raconte l'histoire de la musique et du bal musette à Paris depuis le début du XIXe siècle. Et particulièrement rue de Lappe, longtemps surnommée « le saint des saints » de ce genre musical et des danses qui l'accompagnaient. Les accordéonistes y sont mis à l'honneur, en particulier Jo Privat qui, près de cinquante ans, a été l'âme du fameux « Balajo », dernier bal-musette de la rue.

La rue de Lappe au cinéma[modifier | modifier le code]

  • 1949 : Le Cœur sur la main d'André Berthomieu. Léon Ménard (Bourvil), fraîchement débarqué à Paris y cherche un emploi d'accordéoniste dans un bal musette. On y découvre la rue de Lappe dans son aspect encore assez misérable d'après-guerre. On y voit le « Musette » et le « Balajo. »
  • 1984 : Amour rue de Lappe, film documentaire de Denis Gheerbrant. De bistrot en bistrot, le cinéaste nous invite à faire la connaissance des habitués. Une plongé dans une rue encore très populaire, et ou les clients, aux origines culturelles très diverses, nous offrent une parole rare et touchante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les ferrures des fiacres arrivés en fin de vie faisaient le bonheur des Auvergnats de la rue selon l'édition de mars 1896 du Journal des connaissances utiles qui consacre un article au « Numérotage des fiacres ».
  2. « Le Balajo toujours au plus haut », Jean-Pierre Thiollet, France Soir, 24 juin 2011.