Rue de Charenton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
12e arrt
Rue de Charenton
Vue de la fin de la rue, au niveau de la promenade plantée
Vue de la fin de la rue, au niveau de la promenade plantée
Situation
Arrondissement 12e
Quartier Quinze-Vingts, Picpus, Bercy
Début 2 rue du Faubourg-Saint-Antoine
6 place de la Bastille
Fin 15 boulevard Poniatowski
Morphologie
Longueur 3 150 m
Largeur 16 m
Historique
Création Époque romaine
Ancien(s) nom(s) Rue de la Planchette (en partie, XVIIIe siècle)
rue de la Vallée-de-Fécamp (en partie, XVIIIe siècle)
Rue de Marengo (1800-1815)
Géocodification
Ville de Paris 1799
DGI 1794

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Charenton

48° 51′ 08″ N 2° 22′ 17″ E / 48.85222, 2.37139

La rue de Charenton est une voie du 12e arrondissement de Paris, en France. Partant de la place de la Bastille, elle atteint la limite de Paris près de Charenton-le-Pont, dont elle tire son nom.

Historique[modifier | modifier le code]

Plaque marquant les anciennes limites de Paris, installée en 1762 et actuellement située au 304 rue de Charenton.

La rue de Charenton existe depuis l'époque romaine ; elle est à cette époque en dehors de la cité de Lutèce. Elle est tracée sur la rive du lit supérieur de la Seine, ce qui signifie que toutes les constructions bâties entre la rue de Charenton et la Seine sont en zone inondable (ce qui s'est d'ailleurs produit pendant la crue de 1910).

Avant son annexion en 1860, la portion de la rue située actuellement après le boulevard de Reuilly fait partie du territoire de l'ancienne commune de Bercy. Elle constitue également alors une partie de la route nationale 5[1].

En 1972, la partie située entre les rues de Rambouillet et Érard est englobée dans la place du Colonel-Bourgoin.

Description[modifier | modifier le code]

Façade de boulangerie inscrite au titre des Monuments historiques - Rue de Charenton

La rue de Charenton est orientée globalement nord-ouest/sud-est, dans le 12e arrondissement de Paris. Elle débute au nord-ouest au niveau des 2 rue du Faubourg-Saint-Antoine et 6 place de la Bastille, et se termine 3 150 m au sud-est au 15 boulevard Poniatowski. Elle traverse la quasi-totalité du 12e arrondissement suivant une de ses diagonales.

Débutant dans le quartier d'Aligre, le long de l'Opéra Bastille, puis de l'hôpital des Quinze-Vingts, elle croise notamment l'avenue Ledru-Rollin. L'une des extrémités de la rue d'Aligre débouche sur la rue de Charenton.

Fontaine Wallace rue de Charenton à l’angle du boulevard Diderot (Hiver 2009-2010)

Après son croisement avec le boulevard Diderot, elle comporte de nombreuses boutiques spécialisées en informatique, tout comme la rue Montgallet qui est située à un de ses embranchements. Ces boutiques ont pris à partir des années 1990 la place des nombreuses boutiques d'électronique qui s'y trouvaient dans les années 1980. À partir des années 2010 une partie de ces boutiques ont fermé à cause de la baisse de la demande et les magasins se sont davantage diversifiés, tout en conservant une quantité importante de magasins de pièces détachées informatiques.

La rue de Charenton passe ensuite entre le jardin de Reuilly et la place Moussa-et-Odette-Abadi, croise l'avenue Daumesnil, puis à côté de la mairie du 12e arrondissement puis passe entre le boulevard de Reuilly et le boulevard de Bercy, croise le carrefour avec la rue Proudhon, la rue Taine et la Rue de Wattignies puis en direction du périphérique en longeant les rails de la gare de Lyon, elle s'arrête aux Boulevards des Maréchaux (ou Petite couronne) au niveau du boulevard Poniatowski.

Après le PC , elle est prolongée vers la commune de Charenton-le-Pont par l'avenue de la Porte-de-Charenton qui passe entre le stade Léo-Lagrange, une extrémité du Bois de Vincennes où se déroule tous les ans la foire du Trône et le cimetière Valmy jusqu'au Boulevard Périphérique.

Avec plus de 3 km, la rue de Charenton est l'une des plus longues de Paris, après l'avenue Daumesnil, la rue de Vaugirard et la rue des Pyrénées.

La rue de Charenton a la particularité de ne pas suivre la convention habituelle de numérotation des rues parisiennes : bien qu'elle soit parfaitement parallèle à la Seine, les numéros croissent en sens inverse du courant. Cette particularité est partagée par d'autres rues du 12e arrondissement, comme la rue de Reuilly et la rue de Picpus.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

La rue de Charenton comporte les lieux et édifices remarquables suivants :

Immeuble du 199-201 rue de Charenton
  • nos 199-201 : immeuble de six étages construit en 1911 selon les plans de l'architecte Raoul Brandon (1878-1941), avec des sculptures de Pierre-Alexandre Morlon. La façade remporte le concours des façades de la ville de Paris, le jury estimant que celle-ci « attirait les regards par le recherche des motifs variés et aussi par la finesse et la belle venue de sa décoration sculpturale ». La façade est surtout remarquable par deux de ses fenêtres du premier étage entourées chacune de deux atlantes représentant le monde du travail : un mineur, reconnaissable avec son casque et sa lampe, un paysan avec sa serpette, un ouvrier avec sa clef et un marin avec son chapeau et des cordages. Le cinquième étage, l'étage noble, est agrémenté d'une loggia soutenue par quatre fortes consoles encadrées par des guirlandes de feuilles et de fleurs. Les ferronneries ont été réalisées par le ferronnier d'art Edgar Brandt (Immeuble inscrit sur la liste des protections patrimoniales du 12e arrondissement[8]).
  • no 227 : niche avec une statue de la Vierge
  • no 228 : entrée d'une ancienne laiterie, la laiterie de la Brie.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • no 238 bis : square Jean-Morin ;
  • no 304 : borne murale datant de 1726, sous le règne de Louis XV, interdisant de construire au-delà de cette limite jusqu'au village suivant.
  • Après le no 304, sur le côté sud de la rue : mur aveugle séparant la rue des voies provenant de la gare de Lyon, en contrebas.
  • Entre le no 327 et la fin de la rue :

Voies rencontrées[modifier | modifier le code]

D'ouest en est, la rue de Charenton est rejointe ou traversée par les voies suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique des rues de Paris, Jacques Hillairet, éditions de Minuit, pp.313-315
  2. « Maison, Immeuble de Commerçant, de Tapissier, d'Ebéniste, de Mercier », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Caserne des Mousquetaires Noirs (ancienne) , dans l'actuel Hôpital des Quinze-Vingts (Centre d'Ophtalmologie) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Immeuble », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « ensemble d'édifices à cour commune dit Cour du Bel Air », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Immeuble, atelier d'ébéniste dit cour des Bourguignons et manufacture Krieger », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Boulangerie », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Règlement du PLU – Tome 2 – Annexe VI – page 292

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]