Rue Royale (Lyon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Royale.
Rue Royale
Image illustrative de l'article Rue Royale (Lyon)
Restaurant de la Mère Brazier, au 12 de la rue Royale.
Situation
Coordonnées 45° 46′ 17″ N 4° 50′ 14″ E / 45.771497, 4.8373345° 46′ 17″ Nord 4° 50′ 14″ Est / 45.771497, 4.83733  
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier 1er arr.
Morphologie
Type Rue

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Rue Royale

La Rue Royale est une rue située dans le 1er arrondissement de Lyon.

Lyon tcl logo-metro-full.svg
Ce site est desservi par la station de métro : Croix-Paquet.

Description[modifier | modifier le code]

Cette rue est célèbre pour abriter (au 12 de la rue) le restaurant La Mère Brazier à l'origine tenu par Eugénie Brazier, considéré comme un haut-lieu de la gastronomie lyonnaise. En 2003, la municipalité a rebaptisé une rue proche du restaurant en rue Eugénie-Brazier, à l'occasion des quatre-vingt ans du restaurant[1].

Située au pied des pentes de la Croix-Rousse, de nombreuses maisons de soierie installèrent dans cette rue leurs sièges ; par exemple la Maison Baboin, spécialisée dans la fabrication de soierie et de tulle de soie (Lyon, Drôme, Ardèche) était aux numéros 29, 30 et 31 de la rue Royale vers 1838.

Résidents célèbres[modifier | modifier le code]

  • Édouard Ganche (1880-1945), musicologue et biographe de Chopin, vécut au numéro 5, dans l'immeuble dit «des têtes», du milieu des années 1920 à sa mort. Il y posséda l'une des collections chopéniennes privées les plus importantes au monde à l'époque[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rue Eugénie-Brazier sur le site web Rues de Lyon. .
  2. Maurice Vanario, Rues de Lyon à travers les siècles, ELAH, 2002. (ISBN 9782841471263).
  3. Arthur Hedley, «Some notes on Chopin Biography», Music & Letters Vol.XVIII N°1, janvier 1937, p.48. Voir aussi: Jean-Michel Nectoux et Jean-Jacques Eigeldinger, « Édouard Ganche et sa collection Chopin », dans Revue de la Bibliothèque nationale n° 7, mars 1983, p. 11-17 (ISSN 0249-7344).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]