Rue Jean-Mermoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
8e arrt
Rue Jean-Mermoz
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Quartier de la Madeleine, Quartier de l'Europe
Début Rond-point des Champs-Élysées-Marcel-Dassault
Fin Rue du Faubourg-Saint-Honoré
Morphologie
Longueur 306 m
Largeur 10,6 m
Historique
Création 1795
Dénomination 1937
Ancien(s) nom(s) Rue Montaigne (1804)
Géocodification
Ville de Paris 4820
DGI 4921

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Jean-Mermoz
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 52′ 16″ N 2° 18′ 42″ E / 48.871081, 2.311721

La rue Jean-Mermoz est une voie du 8e arrondissement de Paris. Elle commence rond-point des Champs-Élysées-Marcel-Dassault et se termine rue du Faubourg-Saint-Honoré. Elle s'est appelée « rue Montaigne » jusqu'en 1937.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le comte d'Artois était propriétaire en 1790 de vastes terrains qui faisaient partie de l'ancien Colisée, luxueux établissement de plaisir qui exista de 1771 à 1780. Sous la Révolution française, ce terrain fut saisi et vendu comme bien national le 6 thermidor an III (24 juillet 1795) après avoir été divisé en dix lots. Une nouvelle rue fut tracée sur une partie de ces terrains qui reçut le nom de rue Montaigne en 1804. En 1937, la rue prit le nom de l'aviateur Jean Mermoz (1901-1936).

Au débouché de la rue Rabelais, du côté des numéros impairs, se trouvaient en 1830 les écuries du duc d'Orléans.

Un arrêté ministériel du 6 thermidor an XII (25 juillet 1804) avait fixé la largeur de la rue à 14,40 mètres, mais celle-ci fut réduite à 10,80 mètres par une décision ministérielle du 18 ventôse an XIII (8 mars 1805).

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 6 : Le clown Footit y a tenu un bar vers 1920.
  • no 17 : Le 17 mars 1887, Marie Régnault, dite Régine de Montille, sa femme de chambre Marie Grémeret, et la fille de cette dernière, Marie, âgée de 9 ans, sont égorgées dans cet immeuble ; reconnu coupable de ces crimes, Henri Pranzini est guillotiné le 31 août 1887.
  • no 25 : L'homme politique Émile de Marcère (1828-1918) habitait dans cet immeuble en 1910[1].

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rochegude, Op. cit., p. 32

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, Imprimerie de Vinchon, 1844-1849
  • Charles Lefeuve, Les anciennes maisons de Paris. Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Paris : C. Reinwald, 5e édition, 1875, 5 vol.
  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910