Rue Greneta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
2e, 3e arrt
Rue Greneta
Vue de la rue Saint-Martin
Vue de la rue Saint-Martin
Situation
Arrondissement 2e arrondissement
3e
Quartier Arts-et-Métiers
Bonne-Nouvelle
Début Rue Saint-Martin, 241
Fin Rue Montorgueil, 72
Morphologie
Longueur 465 m
Largeur 12 m
Historique
Ancien(s) nom(s) Rue Arnetal
Rue Darnetal,
Rue Dernetat,
Rue Drenetat,
Rue Darnestat
Rue Degarnetal
Rue de la Trinité
Géocodification
Ville de Paris 4280
DGI 4318

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Greneta

48° 51′ 55″ N 2° 21′ 03″ E / 48.86517, 2.35072 ()

La rue Greneta est une voie des 2e (quartier de Bonne-Nouvelle) et 3e (quartier des Arts-et-Métiers) arrondissements de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue a eu pour noms rue d'Arnetal ou Darnetal, Dernetat, Drenetat, Darnestat, Degarnetal et rue de la Trinité vraisemblablement en raison de l'hôpital de la Trinité qui y fut construit sous Philippe-Auguste quand la rue fut ouverte.

La rue Greneta relie les quartiers parisiens du Marais et Montorgueil.

Honoré de Balzac décrit dans son roman César Birotteau la rue Greneta de l'année 1818 comme

« .. une rue où toutes les maisons, envahies par une multitude de commerces, offrent un aspect repoussant ; les constructions y ont un caractère horrible, l'ignoble malpropreté des fabriques y domine ... Les marches étaient donc revêtues d'une couche de boue dure ou molle, au gré de l'atmosphère, et où séjournaient des immondices. Sur ce fétide escalier, chaque palier offrait aux yeux les noms du fabricant écrits en or sur une tôle peinte en rouge et vernie, avec des échantillons de ses chefs-d'œuvre. La plupart du temps, les portes ouvertes laissaient voir la bizarre union du ménage et de la fabrique, il s'en échappait des cris et des grognements inouïs, des chants, des sifflements qui rappelaient l'heure de quatre heures chez les animaux du Jardin des Plantes[1]. »

(M) Ce site est desservi par la station de métro Réaumur - Sébastopol.

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Honoré de Balzac, César Birotteau, Éditions Gallimard, coll. « La Pléiade / La Comédie Humaine, tome VI »,‎ 1977 (ISBN 978-2-07-010850-3)
  2. Hôpital de la Trinité
  3. L'hôpital de la Trinité en la rue Saint-Denis à Paris (1201-1790) par Jean Cheymol

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments