Rue Dombasle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
15e arrt
Rue Dombasle
Rue Dombasle vue de la place Charles-Vallin
Rue Dombasle vue de la place Charles-Vallin
Situation
Arrondissement 15e
Quartier Saint-Lambert
Début 353 rue de Vaugirard
Fin Place Charles-Vallin
Morphologie
Longueur 530 m
Largeur 10 m
Historique
Dénomination 1864
Géocodification
Ville de Paris 2913
DGI 2890

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Dombasle

48° 50′ 09″ N 2° 17′ 53″ E / 48.835967, 2.297984 ()

La rue Dombasle est une voie du 15e arrondissement de Paris, en France.

Description[modifier | modifier le code]

La rue Dombasle est une voie publique située dans le 15e arrondissement de Paris. Elle débute au 353 rue de Vaugirard et se termine place Charles-Vallin. Elle a une longueur de 530 m pour une largeur de 10 m.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La rue Dombasle est une ancienne voie de la commune de Vaugirard[1]. Elle se situe dans un fond de vallée entre, au sud, la colline qui culmine au boulevard Lefebvre et, au nord, la colline qui culmine place d'Alleray. Ce fond de vallée, où fut plus tard percée la rue de la Convention, était occupée par des terrains de maraîchage et, sur le flanc nord, par des vignes.

Cet ancien chemin rural est attesté sur un plan de 1730. Amélioré en 1844, il fut classé comme chemin vicinal et prit le nom de rue des Vignes.

En 1860, la totalité de la commune de Vaugirard fut annexée à la ville de Paris ; la rue des Vignes se trouva donc intégré à la voirie parisienne. Dans le cadre des travaux hausmanniens, et du percement de la rue de la Convention, la rue des Vignes fut redressée, plus tard pourvue d'égouts et d'adduction d'eau en vue d'en faciliter l'urbanisation. En 1864, la rue des Vignes fut renommé rue Dombasle en l'honneur de l'agronome français Christophe-Joseph-Alexandre Mathieu de Dombasle (1777-1843)[2].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, la rue Dombasle desservait des jardins, des maraîchages et quelques bâtiments ; parmi ceux-ci, des ateliers d'artisans, nombreux sur les ancienne communes de Vaugirard et de Grenelle ; depuis le XVIIe siècle au moins, la rue de Vaugirard et son voisinage comportent de nombreuses institutions religieuses chrétiennes : plusieurs de celles-ci subsistent aujourd'hui encore rue Dombasle ; enfin, jusqu'au début du XXe siècle, la rue Dombasle était connue pour ses nombreux entrepôts et ateliers de chiffonniers.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, au milieu d'immeubles pour l'essentiel des années 1970, subsistent quelques maisonnettes et pavillons de ville, dont plusieurs avec des jardinets non visibles de la rue, qui cèdent progressivement à la pression immobilière.

Lieux d'intérêt de la rue Dombasle[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de Walter Benjamin posée en 2007 au 10, rue Dombasle.
  • 10 : le philosophe et historien d'art allemand Walter Benjamin, auteur, entre autres, de Paris, capitale du XIXe siècle, a vécu de 1938 à 1940 à ce numéro, avant de fuir la Gestapo et de se suicider à Portbou. En 2007, Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris et élue du 15e arrondissement, y a fait apposer une plaque commémorative[3],[4] ;
  • 15 : emplacement approximatif de la chapelle d'une maison de campagne pour moines convalescents, édifiée vers 1270 par Gérard de Moret seigneur de Vaugirard, ruinée lors des Guerres de religion et démolie en 1704 ;
  • 30 : Œuvre de l'Enfant-Jésus, instituée en 1856, consacrée aux jeunes femmes convalescentes et indigentes ;
  • 31 : maison mère des religieuses franciscaines de Notre-Dame d'Espérance, qui donnent leurs soins aux malades ;
  • 58 : emplacement de l'ancien orphelinat pour garçons de Vaugirard, fondé en 1850 et désaffecté dans les années 1960.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillaret ; Dictionnaire historique des rues de Paris ; Éditions de Minuit, Paris, 1963.
  2. Noter que, dans un esprit d'uniformisation, l'Administration renomma en 1865 rue Olivier de Serres, du nom de l'agronome français Olivier de Serres (1539, 1619) le chemin de la Poterne qui croise la rue Dombasle et avait été viabilisé en même temps et de la même façon.
  3. http://www.anne-hidalgo.net/hommage-a-Walter-BENJAMIN.html
  4. La correspondance de Benjamin avec Scholem, notamment la lettre du 31 décembre 1937 (http://books.google.fr/books?id=M1JQA66rxsEC&lpg=PA210&ots=YL_lCLFzkS&dq=walter%20benjamin%20dombasle%20paris&pg=PA210#v=onepage&q=walter%20benjamin%20dombasle%20paris&f=false) atteste de l'adresse de l'écrivain à cette époque.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]