Rudy de Mérode

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mérode.

Rudy de Mérode, de son vrai nom Frédéric Martin, est un espion français à la solde des Allemands, né en 1905 à Silly-sur-Nied (Moselle) et mort après 1970, probablement en Espagne[1], à une date inconnue à ce jour. Il est aussi connu sous les pseudonymes de Rudi von Mérode et Rudi von Montaigne.

Originaires du Luxembourg, les membres de sa famille immigrèrent en France et furent naturalisés dans les années 1920.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Après des études d'ingénieur à Strasbourg puis en Allemagne, il est recruté par l'Abwehr en 1928. En 1934, entrepreneur de travaux publics à Metz, il participe aux travaux de la ligne Maginot où ayant accès à des plans, il les communique aux services allemands. Il est démasqué en 1935 et condamné un an plus tard à 10 ans de détention pour espionnage qu'il purge à la prison de Clairvaux et à 20 ans d'interdiction de séjour.

Pendant la débâcle de juin 1940, des centaines de milliers de personnes fuient sur les routes de France. Le 14 juin à Bar-sur-Aube, un cortège de prisonniers est évacué de la centrale de Claivaux. Parmi eux, des espions condamnés - dont Rudy de Mérode - profitent de l'anarchie pour s'évader et demander l'aide des Allemands.

Retour à Paris[modifier | modifier le code]

Juillet 1940, c'est le retour à Paris et l'installation à l'hôtel Lutetia au siège du renseignement militaire allemand. Il est affecté à un bureau d'achat, au 18 rue Pétrarque, servant de couverture à l'espionnage de l'Abwehr. Il s'associe avec un autre agent du SD, un hollandais, Gédéon van Houten, dit le baron d'Humières.

Au commencement, il fait du renseignement avec une équipe composée de trente personnes sous ses ordres, auxquelles il donne des cours d'espionnage. La plupart d'entre elles étant des repris de justice, il les utilise pour repérer la marchandise ou des immeubles. Son équipe réquisitionne beaucoup d'appartements et d'hôtels particuliers, en se présentant comme des policiers français ou le plus souvent comme des policiers allemands. Sa spécialité est le transport de fonds, des sommes accumulées provenant des différents trafics, mais aussi de la recherche d'or sous toutes ses formes, bijoux, pièces ou lingots.

En 1941, ils s'installent au 70 boulevard Maurice Barrès à Neuilly-sur-Seine, mais van Houten et de Mérode se séparent pour désaccord en février 1942.

Avec l'aide du DSK (Devisen Schütz Kommando, en français « Détachement pour la mise en sûreté des devises »), ils ouvraient les coffres des banques, l'argent et l'or étaient rachetés à vil prix aux propriétaires, en cas de refus, le sort était réglé par la déportation. Si le propriétaire était juif, tout était confisqué et la Gestapo s'occupait de la personne, et celle-ci finissait en prison et souvent la déportation. L'équipe de « la Gestapo de Neuilly » confisqua plus de quatre tonnes d'or.

Son réseau avait accumulé d'énorme sommes d'argent et fait arrêter, puis déporter, plus de 500 personnes[réf. nécessaire].

La fuite vers l'Espagne[modifier | modifier le code]

Au début 1944, l'Abwehr le charge de créer un bureau en Espagne par sûreté. Il s'installe d'abord à Saint-Jean-de-Luz. Au milieu de 1945, il se trouve à Saint-Sébastien, ensuite il gagne Madrid où il se fait appeler « Le prince de Mérode ».

En 1953, il habitait toujours en Espagne, à une soixantaine de kilomètres au nord de Madrid, dans une briqueterie. Condamné à mort par contumace le 18 novembre 1945, il ne fut jamais inquiété par la justice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BS Encyclopédie

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]