Rudolf Vrba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rudolf Vrba

Rudolf Vrba (né Walter Rosenberg le 11 septembre 1924 à Topoľčany, Slovaquie - 27 mars 2006 à Vancouver, Canada) est un des seuls Juifs à s'être évadés du camp d'Auschwitz. Interné dans le camp de concentration en juin 1942, il est témoin de l'extermination en masse des Juifs à Auschwitz-Birkenau. Il parvient à s'évader le 10 avril 1944, en compagnie d'Alfred Wetzler. Arrivés en Slovaquie, les deux hommes témoignent, auprès de dirigeants juifs locaux (Haut Conseil juif) du génocide en cours. Leur compte-rendu détaillé du mode opératoire des nazis à Auschwitz est connu sous le nom de Rapport Vrba-Wetzler. Ce document transmis en Occident en juin 1944, est rendu en partie public fin juin ; il contribue probablement à renforcer le mouvement international de protestation contre la déportation des Juifs de Hongrie. Engagé dans l'armée des partisans tchécoslovaques, en septembre 1944, Rudolf Vrba sera décoré pour sa bravoure. Après la guerre, Il poursuit une carrière de chercheur en neurochimie et d'enseignant en pharmacologie. En 1963, il publie un livre sur sa détention à Auschwitz (I Cannot Forgive). Il est notamment l'un des témoins du film Shoah de Claude Lanzmann.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prisonnier à Auschwitz[modifier | modifier le code]

Rudolf Vrba naît, sous le nom de Walter Rosenberg, le 11 septembre 1924, à Topoľčany, en Tchécoslovaquie. Son père est propriétaire d’une scierie. Lorsque les lois anti-juives sont instaurées en Tchécoslovaquie, il est exclu, à l’âge de 15 ans, de son lycée[1], [2], [3]. Il travaille alors comme laboureur à Trnava[1], tout en poursuivant ses études chez lui. Il étudie ainsi l’anglais et le russe[2]. À l'âge de 17 ans, en mars 1942, il décide de rejoindre l’armée Tchécoslovaque en Grande Bretagne, en transitant par la Hongrie et la Yougoslavie[2], [4]. À Budapest, il rebrousse chemin, et retourne vers la Slovaquie[4]. Il est alors fait prisonnier et emmené au camp slovaque de Nováky. Il réussit à s’en évader mais est à nouveau arrêté, et est interné, le 14 juin 1942, au camp de Majdanek[4], [3]. De là, il est transféré, avec 400 Juifs slovaques, au camp d'Auschwitz. Il arrive dans le camp le 29 ou le 30 juin 1942[4], [3].

D'août 1942 à juin 1943, Rudolf Vrba est obligé de travailler dans l'unité de triage des bagages et des vêtements de victimes déportées. À l’été 1943, il est affecté, comme prisonnier, au poste de secrétaire du camp de mise en quarantaine pour hommes, à Auschwitz-Birkenau[4], [3]. Ce travail lui permet de collecter plus d'informations sur le génocide en cours, ainsi que sur les plans des nazis. Il observe qu'une nouvelle ligne de chemin de fer est mise en place pour préparer l'arrivée et l'extermination des Juifs de Hongrie. Cette nouvelle donnée l'engage à mettre à exécution son projet d'évasion : « J'avais une raison impérative de le faire. Ce n'était plus seulement pour faire rapport d'un crime, mais pour en éviter un »[3].

L'évasion[modifier | modifier le code]

Les tentatives de s'échapper d'Auschwitz sont relativement peu nombreuses et très risquées. Sur 802 essais d'évasions répertoriés pendant la guerre, seuls 144 ont réussi[4]. Et sur 76 Juifs qui ont essayé de s'enfuir, cinq y sont parvenus[3]. Avec un autre détenu, Alfred Wetzler, il met alors au point un plan d'évasion[4], [3]. Un nouveau secteur (B III), répondant au nom de Mexico, est alors en construction[4]. Ce secteur est à l'extérieur du périmètre de fils barbelés qui entoure le camp d'Auschwitz-Birkenau, et n'est gardé que de jour[5], [6]. Vrba et Wetzler utilisent une cachette aménagée par d'autres prisonniers sous une pile de bois[6]. Ils y entreposent des vêtements civils pour la route. Le 7 avril 1944, Rudolf Vrba et Alfred Wetzler se dissimulent dans cet abri. D'autres prisonniers recouvrent la cavité de planches et répandent sur son pourtour du tabac russe, trempé dans de l'essence, pour tromper le flair des chiens. Lorsque leur disparition est constatée, des centaines de gardes et de chiens sont mobilisés pour les retrouver. Au bout de trois jours, les autorités du camp font cesser les recherches. Le soir du 10 avril 1944, Vrba et Wetzler sortent de leur cachette et s'enfoncent dans la nuit en direction de la Slovaquie. Cela faisait deux ans que Rudolf Vrba était détenu dans le camp[4], [3].

Quand ils s'échappent du camp, Vrba et Wetzler, ne peuvent compter sur aucune aide préétablie pour faciliter leur fuite. Coupés du monde depuis des années, ils sont livrés à eux-mêmes dans la campagne polonaise[3]. Ils reçoivent toutefois le soutien, à plusieurs reprises, de paysans polonais. Le 21 avril 1944, dix jours après leur évasion, ils franchissent la frontière avec la Slovaquie.

Le Rapport Vrba-Wetzler[modifier | modifier le code]

Rédaction et transmission du rapport[modifier | modifier le code]

Le 25 avril, Vrba et Wetzler arrivent à Žilina, où ils prennent contact avec les responsables du Conseil juif slovaque[4]. Leur identité est vérifiée grâce aux listes de déportations, établies deux ans auparavant[7]. Ils témoignent de l'extermination en cours. On leur demande alors de mettre par écrit toutes ces informations. Ils sont séparés, et rédigent, chacun de leur côté, tout ce qu'ils savent sur les camps de Majdanek et d'Auschwitz-Birkenau. Les deux versions sont ensuite réunies pour former le document connu sous le nom de Rapport Vrba-Wetzler[4], [Note 1]. Le rapport, écrit en slovaque, est terminé le 27 avril. Il est rapidement traduit en allemand et transmis à Geza Boos, membre dissident du ministère hongrois. Il est ensuite traduit en hongrois, dans la première semaine de mai, et distribué à différents responsables hongrois[7]. Mais début mai 1944, la déportation et l'extermination des Juifs de Hongrie a déjà commencé. En lançant l'alerte, Vrba espérait que les Juifs de Hongrie, connaissant le sort qui les attendaient, se révolteraient et échapperaient, en partie, à la déportation et à la mort dans les camps. Cette question restera par la suite controversée, Vrba estimant que les Juifs hongrois n'avaient pas été avertis assez rapidement par leurs responsables[8], [9].

Après avoir recueilli les témoignages des deux évadés, les leaders du conseil Juif demandent à Vrba et Wetzler de se réfugier dans les Tatras, chaîne de montagne à la frontière de la Pologne et de la Slovaquie. Ils se rendent, sous une fausse identité, à Liptovsky Svaty Mikulas. Le 27 mai, deux autres Juifs, Czeslaw Mordowicz et Arnost Rosin, s'enfuient à leur tour d'Auschwitz. Arrivés le 6 juin à Bratislava, ils confirment au Conseil juif que l'extermination des Juifs de Hongrie a commencé à Auschwitz-Birkenau fin avril et s'est fortement accentuée à partir de la mi-mai avec l'arrivée en masse des déportés[8], [3].

Le Rapport Vrba-Wetzler arrive en Suisse vers le 10 juin et est remis à Jaromir Kopecki, représentant du gouvernement tchécoslovaque en exil. Il est enfin adressé à John W. Pehle, directeur exécutif du War Refugee Board, qui le reçoit le 16 juin[7].

Vers la mi-juin, une rencontre entre Rudolf Vrba, Czeslaw Mordowicz et Mgr Mario Martilotti, représentant de la nonciature suisse du Vatican, est organisée dans un monastère à 30 km de Bratislava. Mgr Mario Martilotti lit le rapport sur Auzchwitz. Les deux évadés insistent sur l'importance, pour les nazis, du secret dans le processus d'extermination. Ils demandent donc que leur témoignage soit largement rendu public et que l'Église catholique en Hongrie apporte, autant que possible, aide et assistance aux Juifs[8], [Note 2].

Importance du rapport[modifier | modifier le code]

Ce témoignage sur les camps n'est pas le premier à parvenir aux alliés[7], [4]. D'autres documents, sur le Ghetto de Varsovie, les camps de Rawa Ruska, Majdanek, Treblinka et Auschwitz-Birkenau étaient déjà connus du gouvernement américain. Un rapport sur Auschwitz, rédigé par une source polonaise en août 1943, était ainsi arrivé, en janvier 1944, au quartier général de l'état-major polonais à Londres. Traduit en anglais, il fut remis à un attaché militaire américain le 13 mars 1944, et au siège de l'Office of Strategic Services à Washington vers le 10 avril 1944[7]. Cependant, le Rapport Vrba-Wetzler est rédigé par des témoins oculaires directs. Il est plutôt cohérent, détaillé, contient des données chiffrées et des descriptions précises sur le camp et sur le processus d'extermination. Il donne ainsi corps et poids à toutes les informations déjà transmises sur le génocide en cours[4],[8].

Interventions envisagées[modifier | modifier le code]

En mai-juin 1944, des dirigeants juifs, alertés par le Rapport Vrba-Wetzler et le début de la déportation des Juifs de Hongrie, demandent aux alliés d'intervenir militairement pour arrêter le processus d'extermination. La question du sauvetage des Juifs est étudiée par les gouvernements américain et britannique, mais ne sera pas suivie d'actions ciblées. Les Alliés mettent tous les moyens dont ils disposent dans la poursuite de la guerre, la libération des camps étant une des conséquences de la victoire. Les historiens restent partagés sur l'efficacité réelle des actions envisagées, comme le bombardement d'Auschwitz ou des voies ferrées menant aux camps, pour freiner le génocide en Europe Centrale et de l'Est[10], [7], [11],[12].

Influence sur la déportation des Juifs hongrois[modifier | modifier le code]

Des extraits du rapport sont diffusés par la BBC le 15 juin. À partir du 20 juin, le New York Times publie les témoignages sur l'existence de chambres à gaz dans le camp d'Auzchwitz-Birkenau[13]. Fin juin, la presse suisse publie des parties du rapport[3]. Plusieurs dirigeants, dont Franklin Delano Roosevelt, Pie XII, Gustave V de Suède, le Gouvernement suisse, les responsables de la Croix-Rouge demandent à l'amiral Miklós Horthy, régent du royaume de Hongrie, de stopper les déportations[13],[14], [3].

Le 26 juin, Richard Lichtheim, représentant de L'Agence juive à Genève, envoie un télégramme à Londres. Celui-ci reprend les informations données par les quatre évadés, d'Auschwitz (Vrba, Wetzler, Mordowicz et Rosin) et fait des propositions pour arrêter les déportations. Parmi celles-ci, des bombardements sur les bâtiments de Budapest où collaborent les Allemands et les Hongrois. Richard Lichtheim suggère aussi d'avertir le gouvernement hongrois qu'il sera tenu pour responsable de la déportation des Juifs. Le télégramme est intercepté par les services de renseignement hongrois et transmis à Miklós Horthy. Le 3 juillet, Budapest est bombardé par les Américains, sans que cette opération soit en relation avec le télégramme de Richard Lichtheim[4]. Toutefois, le 6 juillet, Miklós Horthy suspend les déportations des Juifs de Hongrie, l'ordre étant appliqué quelques jours plus tard[13], [15]. En deux mois, entre début mai et début juillet 1944, plus de 437 000 Juifs hongrois ont été acheminés vers les camps pour y être tués[4], [16], [3].

Les facteurs ayant pu motiver la décision de Miklós Horthy sont multiples : les protestations des leaders politiques et religieux, le télégramme de Richard Lichtheim évoquant le rapport précis des évadés et des mesures de rétorsion envers les dirigeants hongrois, les articles de presse dénonçant l'extermination en cours, les pressions de responsables religieux et politiques en Hongrie, le bombardement de Budapest début juillet, l'avancée de l'armée rouge[4]. Le Rapport Vrba-Wetzler, en contribuant au mouvement de protestation, a donc probablement permis de sauver des milliers de Juifs[8]. Des milliers de mises à mort auront cependant encore lieu les mois suivants. Et l'extermination reprendra avec force avec l'arrivée au pouvoir, le 15 octobre, du mouvement fasciste hongrois des Croix fléchées[17].

Fin de la guerre et carrière universitaire[modifier | modifier le code]

En septembre 1944, Rudolf Vrba s'engage dans l'armée des partisans tchécoslovaques, dans les montagnes de Slovaquie[3]. Il est rejoint, six mois plus tard, par Wetzler[8]. Vrba combat les Allemands dans l'unité commandée par Milan Uher[1]. Il sera décoré de l’Ordre de l’Insurrection nationale slovaque, de la Médaille tchécoslovaque de la Bravoure, et de l’Ordre du Mérite des combattants[1]. Après la libération de la Tchécoslovaquie, son nom de guerre, Rudolf Vrba, deviendra son patronyme officiel[1].

Il entame ensuite des études à Prague où il obtient un diplôme d'ingénieur chimiste en 1949. Il termine un doctorat en 1951. Les années suivantes, il exécute des travaux de recherche dans sa spécialité, la biochimie. Il est diplômé, en 1956, de l'académie tchécoslovaque des sciences. De 1958 à 1960, il travaille comme biochimiste au ministère israélien de l'agriculture. Il se rend à Londres pour y être, de 1960 à 1967, chercheur au British Medical Research Council. Il y obtient la nationalité britannique[1].

En 1963, Vrba publie ses mémoires dans un livre intitulé I Cannot Forgive[18]. De 1967 à 1973, il est nommé au Conseil de recherches médicales du Canada. Il acquiert la nationalité canadienne en 1972. Il travaille également pendant deux ans, de 1973 à 1975, aux États-Unis, à la Harvard Medical School. Par la suite, il enseigne la pharmacologie à la Faculté de médecine de l'Université de la Colombie-Britannique de Vancouver, au Canada[1].

Durant sa carrière, il publie une cinquantaine de travaux de recherches sur la chimie du cerveau, le diabète et le cancer. Il est aussi l'auteur de plusieurs études sur le génocide commis par les nazis, vu sous différents angles : l'économie, la médecine et la stratégie militaire allemande. En 1998, l'université de Haïfa lui confère le titre de docteur honoris causa en philosophie[1].

Rudolf Vrba est également un des témoins-clé de plusieurs films documentaires, dont Shoah (1985), du cinéaste français Claude Lanzmann[19].

Il meurt d'un cancer, à l'âge de 81 ans, le 27 mars 2006, à Vancouver.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rudolf Vrba, avec Alan Bestic, I Cannot Forgive, éd. Sidgwick and Jackson, Londres, 1963, ISBN 0-394-62133-6 ; réédition, sous le titre Escape from Auschwitz: I Cannot Forgive, éd. Grove Press, New-York, 1964 ; réédition en 2002 sous le titre I Escaped from Auschwitz, Barricade Books, 2002 ISBN 1-56980-232-7
  • Rudolf Vrba, avec Alan Bestic, Je me suis évadé d’Auschwitz (Traduction de I Escaped from Auschwitz), édition Ramsey, 1998, traduction de Jenny Plocki et Lily Slyper; éditions J'ai Lu, Poche, n°6720, nov. 2004 (ISBN : 2-290-32421-9)
  • Rudolf Vrba et Alfred Wetzler : The Auzchwitz Report of April 1944, President F. D. Roosevelt Library, New York, War Refugee Board, Box 61, General Correspondence of Roswell, Mc Clelland : Camps for Jews in Poland, Washington, DC, USA. - Réédition en Anglais, Allemand et Polonais, avec 226 notes explicatives et commentaires par The Auzchwitz - Birkenau State Museum, Oswiecim, 1997, publié in London has been informed, Ed. Henryk Swiebocki
  • Ruth Linn, Escaping Auschwitz: A Culture of Forgetting. Ithaca, New York: Cornell University Press, 2004
  • Annette Wieviorka : Auschwitz, 60 ans après, éd. Robert Laffont, 2005, 288 p.

Articles de Rudolf Vrba sur la Shoah[modifier | modifier le code]

  • (en) Footnote to the Auzchwitz Report, Jewish Currents, New-York, v20, N°3, p. 22-28, 1966
  • (en) avec Roger Manwell : The Camp, an inside View, in History of the Second World War, vol. 5, P. 2148-2156, éd. Sir Basil Liddel, Hart, Purnell and Sons, Londres, 1968
  • (en) The Role of Holocaust in German Economic and Military Strategy during 1941-1945 in Remembering for the Future, International Scholars Conference, Oxford, v.2, p. 2263-2273, éd. Pergamon Press, Oxford, 1988
  • (en) Personal Memories of Actions of SS-Doctors of Medicine in Auschwitz I and Auschwitz II (Birkenau) in Medical Science without Compassion, Past and Present, éd. Charles Roland et al., Arbeitspapiere-Atti-Proceedings, No. 11, Hamburger Stiftung für Sozialgeschichte des 20.Jahrhunderts, Hambourg, 1992.
  • (nl) SS-artsen in Auzchwitz, in Nexus, N°6, p. 20-37, Tilburg, Pays-Bas, 1993
  • (de) Die Missachtete Warnung. Betrachtungen über den Auschwitz-Bericht 1944, in Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, vol. 44, Heft 1, 1996, pp. 1–24.
  • (en) The Preparations For The Holocaust In Hungary : An Eyewitness Account in Nazis Last Victims : The Holocaust in Hungary, pp. 55–102. Édité par Randolph L.Braham with Scott Miller. Wayne State University Press, Détroit, 1998. Aussi publié dans The Holocaust in Hungary. Fifty years later, pp. 227–285. Ed. par Randolph L. Braham et Attila Pok, Columbia University Press, New York, 1997
  • (de) Vergebliche Warnung, Bericht ueber eine Flucht aus Auschwitz, in Die Erfahrung des Exils. Exemplarische Reflexionen, p. 104-124, éd. Wolfgang Benz et Marion Neiss, Metropol, Berlin, 1997
  • (en) "Science and the Holocaust", Focus, Université d'Haïfa ; discours de Rudolf Vrba lors de la réception du titre de Docteur Honoris Causa de l'Université d'Haïfa, 1998[1].

Participation à des documentaires sur la Shoah[modifier | modifier le code]

  • Die Advocaten des Feindes, de Werner Rings, 1966, Télévision Suisse, Zurich, 240 min.
  • Genocide (n° 20 de la série The World at War) -en:Genocide (The World at War episode)-, de Jeremy Isaacs, BBC, Londres, 1973, 60 min.
  • Auschwitz and the Allies, de Rex Bloomstein, BBC, 1982, 120 min.
  • Survival, de N. Downie, BBC, Londres, 1984, 60 min.
  • Shoah, Claude Lanzmann, Paris, 1985, 9h30
  • Witness to Auschwitz (dans la série Men alive), de Robin Taylor, Canadian Broadcasting Corporation, Toronto, 1990, 30 min[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Rapport Vrba-Wetzler constitue une des trois parties du dossier qui sera appelé plus tard Auschwitz Protocols. Une autre partie consiste dans le rapport, écrit en août 1943, par un membre de la résistance polonaise évadé d'Auschwitz. La dernière partie est le compte-rendu du témoignage de Arnost Rosin et Czesław Mordowicz, deux Juifs évadés d'Auschwitz le 27 mai 1944. cf. John Conway. The Significance of the Vrba-Wetzler Report on Auschwitz-Birkenau, in Rudolf Vrba. I escaped from Auschwitz, Appendix I, p. 292-3, footnote 3.
  2. L’attitude de l’Église de Hongrie en faveur des Juifs fut contrastée. Le cardinal Jusztinián György Serédi, primat de Hongrie, ne fit pas de déclaration publique. Dans une lettre rédigée le 29 juin 1944, il estime que « certains Juifs ont exercé une influence pernicieuse et destructrice sur la vie morale, sociale et économique hongroise. » et désire la disparition de ces « influences néfastes ». Il rappelle toutefois son souhait que personne ne soit traité injustement du fait de ses origines, que soit mis fin à la restriction illégale des droits civiques, dont les déportations. Le cardinal privilégiera, dans les négociations avec le gouvernement, la sauvegarde des Juifs convertis au catholicisme (cf. Hilberg, La Destruction des Juifs d’Europe, Folio 2006, pp. 1553-1557). En revanche, Angelo Rotta, nonce apostolique, représentant du Saint-Siège, multiplie les protestations. Le 15 mai, jour du début des déportations en masse, il dénonce celles-ci auprès du ministère des Affaires étrangères. Il renouvellera ces messages d’indignations auprès du gouvernement (cf. Hilberg, La Destruction des Juifs d’Europe, Folio 2006, pp. 1553 et 1577). En octobre 1944, il donne à 13 000 Juifs des lettres dites « de protection », qui leur permettent, en grande partie, d’échapper aux commandos de la mort. En novembre, il organise, avec la Croix-Rouge, l’aide aux Juifs entraînés par les Allemands dans des marches forcées vers l’Autriche (cf. M.-A. Charguéraud, Les papes, Hitler et la Shoah, 2002, pp. 144-146, et Pierre Blet, Pie XII et la Seconde Guerre mondiale, Perrin, 1997 et 2005, pp. 217-225)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Rudolf Vrba, Curriculum Vitæ, University of British Columbia
  2. a, b et c (en) Daily Telegraph, « Rudolf Vrba », sur telegraph.co.uk, Daily Telegraph,‎ 12 avril 2006 (consulté le 17 mai 2010)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Ruth Linn, « Rudolf Vrba, Escapee from Auschwitz who revealed the truth about the camp », sur guardian.co.uk, The guardian,‎ 13 avril 2006 (consulté le 18 mai 2010)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Annette Wieviorka, Auschwitz, 60 ans après, éd. Robert Laffont, Parsi, 2005, p.196-215
  5. (en) Paul Lungen, « Auschwitz escapee hoped to warn Hungarian Jews », sur cjnews.com, The Canadian Jewish news,‎ 20 janvier 2005 (consulté le 19 mai 2010)
  6. a et b Rudolf Vrba, avec Alan Bestic, Je me suis évadé d'Auschwitz, Trad. éd. Ramsay, éd. J'ai lu, 2006, p.300
  7. a, b, c, d, e et f Raul Hilberg, La destruction des Juifs d'Europe, Tome III, Gallimard-Folio, 2006, p.2094-2105
  8. a, b, c, d, e et f (en) John S. Conway, « The First Report About Auschwitz », sur motlc.wiesenthal.com, Simon Wiesenthal Center,‎ 1997 (consulté le 21 mai 2010)
  9. Rudolf Vrba, avec Alan Bestic, Je me suis évadé d'Auschwitz, Trad. éd. Ramsay, éd. J'ai lu, 2006, p.339
  10. Claude Weill, « Les Alliés ont-ils abandonné les Juifs ? », sur tempsreel.nouvelobs.com, Nouvel Observateur,‎ 3 mars 2010 (consulté le 10 mai 2010)
  11. Annette Wieviorka, Auschwitz, 60 ans après, éd. Robert Laffont, 2005, ch. 11, Bombarder Auschwitz ?, p. 196-226
  12. André Kaspi, « Fallait-il bombarder Auschwitz ? », L'Histoire, no 294,‎ Janvier 2005 (ISSN 01822411)
  13. a, b et c Laurence Rees, Auschwitz: A New History, PublicAffairs, 2006. ISBN 1-58648-357-9
  14. Raul Hilberg, La destruction des Juifs d'Europe, Tome II, Gallimard-Folio, 2006, p. 1575.
  15. Raul Hilberg, La destruction des Juifs d'Europe, Tome II, Gallimard-Folio, 2006, p. 1578.
  16. Raul Hilberg, La destruction des Juifs d'Europe, Tome II, Gallimard-Folio, 2006, p. 1573.
  17. Raul Hilberg, La destruction des Juifs d'Europe, Tome II, Gallimard-Folio, 2006, p. 1575-1593
  18. Rudolf Vrba, avec Alan Bestic, I Cannot Forgive, éd. Sidgwick and Jackson, Londres, 1963, ; réédition, sous le titre Escape from Auschwitz : I Cannot Forgive, éd. Grove Press, New-York, 1964 ; réédition en 2002 sous le titre I Escaped from Auschwitz, Barricade Books, 2002
  19. Claude Lanzmann, Shoah, éd. Fayard, Paris, 1985, 254 pages. (en livre de poche : Shoah, Gallimard, coll. « Folio »,‎ 1997 (ISBN 9782070403783)). Texte intégral du film, paroles et sous-titres, p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]