Rudolf Gnägi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rudolf Gnägi
Photo officielle de Rudolf Gnägi
Photo officielle de Rudolf Gnägi
Fonctions
79 e conseiller fédéral
Élection
Prédécesseur Friedrich Traugott Wahlen
Successeur Leon Schlumpf
Directeur du département militaire
Prédécesseur Nello Celio
Successeur Georges-André Chevallaz
Directeur du département des transports et communications et de l'énergie
Prédécesseur Willy Spühler
Successeur Roger Bonvin
Conseiller National
Président de la Confédération suisse
1971 – 1971
Prédécesseur Hans Peter Tschudi
Successeur Nello Celio
Président de la Confédération suisse
1976 – 1976
Prédécesseur Pierre Graber
Successeur Kurt Furgler
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Schwadernau
Origine Canton de Berne
Date de décès (à 67 ans)
Parti politique Union Démocratique du Centre (UDC)
Diplômé de Université de Berne
Liste des conseillers fédéraux de Suisse

Rudolf Gnägi est un homme politique suisse, né le 3 août 1917 et est décédé le 20 avril 1985. Il est originaire de Schwadernau. Il fut conseiller fédéral de 1966 à 1979, membre de l'Union démocratique du centre.

Études et carrière[modifier | modifier le code]

  • Il fréquente le Gymnase de Bienne puis poursuit des études de droit à l'Université de Berne.
  • Il acquiert le brevet d'avocat bernois en 1943 et pratique le barreau pendant deux ans.
  • De 1946 à 1952, il est secrétaire des sections nationale et bernoise du Parti des paysans, artisans et bourgeois (PAB, aujourd'hui UDC) ainsi que de l'Association des paysans bernois.

Conseiller d'état bernois[modifier | modifier le code]

  • De 1952 à 1965, il est membre du Conseil exécutif (gouvernement cantonal) du canton de Berne, et assume la direction de l'Économie publique.
  • Il siège comme PAB au Conseil national de 1953 à 1965. Il préside le groupe parlementaire PAB de 1963 à 1965.

Conseiller fédéral[modifier | modifier le code]

  • Il fut élu au Conseil fédéral le 8 décembre 1965.
  • Il dirige le Département des transports, des communications et de l'énergie du 1er janvier 1967 au 30 juin 1968.
    • Comme ministre des Transports, il se rend à Moscou pour signer un accord de trafic aérien avec l'URSS. Il est le premier membre du gouvernement fédéral à avoir effectué une visite dans ce pays.
  • Il dirige le Département militaire fédéral du 1er juillet 1968 jusqu'au 31 décembre 1979
    • Au Département militaire, il s'occupa du rapport sur la politique de sécurité de la Suisse.
    • La fusée antichar Nora connut un échec et le char 68 des difficultés de mise au point.
    • Le gouvernement refusa l'acquisition d'avions Corsair.
    • L'introduction des Tiger se passa sans difficultés.
    • L'initiative pour un contrôle renforcé des armements et contre les exportations d'armes (suite des scandales de ventes d'armes lors de la guerre de Biafra, Nigeria) ne fut rejetée qu'à 8000 voix de différence.
    • Gnägi dut chercher une solution au problème des objecteurs de conscience (service civil après le rejet d'une initiative populaire.
    • Son projet d'article constitutionnel sur la gymnastique et le sport fut accepté sans difficultés.
  • Il est Président de la Confédération suisse en 1971 et en 1976.
  • Il laisse le souvenir d'un homme solide et déterminé à la tête du ministère de la Défense.
  • Le sous-pull à col roulé (appellation militaire: Tricot 75) de l'armée suisse porte son nom, le Gnägi, car il fut adopté durant son mandat au département militaire, en 1975.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Urs Altermatt, Le Conseil fédéral - Dictionnaire biographique des cent premiers conseillers fédéraux, Yens-sur-Morges, Cabedita,‎ 1993 (lire en ligne) [détail des éditions]

Liens externes[modifier | modifier le code]