Rozière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'aéro-montgolfière de Pilâtre de Rozier et Romain

Une rozière ou aéro-montgolfière est un ballon mixte constitué d'un ballon à gaz et d'une montgolfière. Elle doit son nom à son inventeur, Pilâtre de Rozier. Elle est constituée de deux compartiments : un compartiment étanche contenant un gaz plus léger que l'air, généralement de l'hélium, et d'un compartiment ouvert contenant de l'air que l'on chauffe avec un brûleur qui fonctionne généralement au propane. Le ballon à gaz assure la flottabilité générale et on fait varier l'altitude en contrôlant la température de la partie à air chaud (qui échauffe également le gaz). Cette technologie est encore utilisée à l'époque moderne parce qu'elle permet une autonomie plus grande que la technique qui consiste à contrôler l'altitude en rejetant du gaz (pour descendre) ou du lest (pour monter)[1].

Performances[modifier | modifier le code]

Un vol sans escale autour du monde par une rozière, le Breitling-Orbiter III, en mars 1999, a cumulé les records suivants[2] :

  • Durée de vol : 19 jours 21 heures 47 minutes
  • Altitude maximale : 11 755 mètres
  • Vitesse sol maximale : 240 km/h
  • Distance parcourue : 45 755 kilomètres
  • Nombre de pays survolés : 26 pays

Il faut noter que le Breitling Orbiter III est une rozière, c'est-à-dire un hybride entre la montgolfière et le ballon à gaz. Dans le cas du Breitling Orbiter, un ballon d'hélium est enfermé dans une enveloppe de montgolfière. La nuit, le pilote active ses brûleurs pour dilater l'hélium et ainsi maintenir son altitude ou en gagner. Cette invention permet des vols plus longs car il n'y a pas de lest (sable, eau,...) à emporter.

La première rozière connue est celle de Pilâtre de Rozier. Elle était gonflée à l'hydrogène ; ce gaz, inflammable, a été remplacé par l'hélium.

Le docteur Fergusson, dans Cinq semaines en ballon de Jules Verne, contrôle l'altitude de son aéronef en faisant varier la température de son ballon à gaz grâce à un procédé qu'il a inventé[3].

L'explorateur Jean-Louis Etienne a effectué du 5 au en 121 heures, la première traversée de l'Arctique. Parti depuis l'archipel norvégien du Spitzberg, le scientifique français alors âgé de 63 ans, a parcouru 3 130 kilomètres pour se poser à environ 250 kilomètres au nord de Batagaï, en Sibérie orientale. Il devait initialement se poser en Alaska, mais une tempête de neige l'a obligé à dévier de sa trajectoire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard Cawsey, « Roziere Balloon list »,‎ (consulté le )
  2. Breitling-Orbiter:
  3. Jules Verne, Cinq semaines en ballon, 1863, chapitre X. (Cinq semaines en ballon sur Wikisource)