Royaume du Monténégro (1941-1944)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

42° 23′ N 18° 55′ E / 42.383, 18.917 ()

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Royaume du Monténégro.

Royaume du Monténégro
Краљевина Црна Гора
Kraljevina Crna Gora

1941 – 1944

Drapeau
Drapeau
Description de l'image  Kingdom_of_Montenegro_(1941-1944).png.
Informations générales
Statut En théorie Monarchie, en pratique administration militaire
État satellite de l'Italie fasciste, puis du Troisième Reich
Capitale Cetinje
Langue Monténégrin, Italien, Allemand, Serbo-croate
Monnaie Lire italienne, Reichsmark
Histoire et événements
17 avril 1941 Création après invasion
Décembre 1944 Retraite allemande

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les noms de Royaume du Monténégro ou d' État indépendant du Monténégro, furent utilisés de 1941 à la fin 1944 par un régime créé par les forces de l'Axe à la suite de l'invasion de la Yougoslavie, durant la Seconde Guerre mondiale.

Création[modifier | modifier le code]

Le 17 avril 1941, dès la fin de l'invasion, un gouvernement de transition, dirigé par Sekula Drljević, se met en place. L'Italie prend le contrôle du territoire et en fait un protectorat semi-indépendant.

Opposé en cela aux Oustachis, qui souhaitaient annexer le territoire pour le fusionner avec l'État indépendant de Croatie, le roi Victor-Emmanuel III fait accepter par Benito Mussolini la création d'un nouveau Royaume du Monténégro, conçu comme une dépendance de l'Empire italien. L’Italie annexe officiellement la région des Bouches de Kotor.

Le roi en exil Mihailo Petrović-Njegoš, détenu par les Allemands, se voit proposer le trône, mais refuse catégoriquement. Le nouvel État est donc un royaume sans roi, où le pouvoir est détenu dans les faits par l'administration militaire italienne.

Le 12 juillet 1941, Sekula Drljević proclame officiellement l'indépendance du Monténégro, mais doit immédiatement affronter la rébellion armée des Tchetniks. En octobre, considérant Drljević comme inefficace, les Italiens le font destituer. D'abord déporté en Italie, Drljević rejoint ensuite le territoire de l'État indépendant de Croatie, où il anime sa propre faction monténégrine. Le général Blažo Đukanović est choisi par le gouverneur italien Alessandro Pirzio Biroli pour devenir « Chef du comité national » des forces armées nationalistes du Monténégro. Il est élu à ce poste le 9 mars 1942 par une assemblée de représentants des forces armées, assurant sous le contrôle italien une manière de gouvernement militaire, aux attributions mal définies[1].

Dissolution[modifier | modifier le code]

Le gouvernement collaborateur du Monténégro doit affronter au cours du conflit une guérilla de plus en plus intense et perd le contrôle de portions grandissantes de son territoire. En septembre 1943, les Italiens se retirent et le Royaume passe sous le contrôle des troupes allemandes, qui refusent de laisser le pouvoir à Đukanović. En octobre 1943, Blažo Đukanović et le comité national, refusant de coopérer avec les Allemands, se réfugient au Monastère d'Ostrog. Le 15, le monastère est assiégé par les Partisans, et tombe au bout de quatre jours; Đukanović est exécuté[2]. En décembre 1944, les Allemands sont repoussés et abandonnent aux Partisans l'essentiel du territoire monténégrin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stevan K. Pavlowitch, Hitler's new disorder: the Second World War in Yugoslavia, Columbia University Press, 2008, p. 108-109
  2. Stevan K. Pavlowitch, Hitler's new disorder: the Second World War in Yugoslavia, Columbia University Press, 2008, p. 192-194