Royaume des Odryses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 59′ N 25° 43′ E / 41.98, 25.71

Royaume des Odryses
(Thrace)

490/450 av. J.-C.46 ap. J.-C.

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le royaume des Odryses au IVe siècle av. J.-C.

Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Seuthopolis, en Sapée
Langue Thrace
Histoire et événements
Ve siècle av. J.-C. Térès Ier, premier roi thrace.
46 ap. J.-C. Annexée par l'Empire romain.

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le royaume des Odryses est issu de l'union de plusieurs tribus thraces entre le Ve et le IIIe siècle av. J.-C.. Il s'étendait sur le sud et l'est de l'actuelle Bulgarie, jusque sur les côtes de l'actuelle Roumanie, sur le nord-est de la Grèce et la partie européenne de l'actuelle Turquie. Le roi Seuthès III en établit la capitale à Seuthopolis (aujourd'hui Kazanlak, en Bulgarie.)

Histoire[modifier | modifier le code]

L'État des Odryses est le premier royaume thrace unifié de la région, grâce à la fédération de plusieurs tribus autour d'un seul souverain : Térès Ier, fondateur de la dynastie des Téréïdes. Au début, cet état ne s'étend que sur la Thrace orientale et les côtes occidentales du Pont Euxin, jusqu'aux bouches du Danube. Après Térès Ier, il n'y eut pas toujours un roi unique, mais souvent la prééminence d'un souverain principal sur des vice-rois appartenant à des branches de la même dynastie. Ils avaient le titre de roi (Βασιλεύς) ou de dynaste. Plus tard, le territoire des Odryses s'étend significativement vers l'ouest jusqu'au bassin de la rivière Strymon au sud-ouest et à la région peuplée par les tribus Triballes au nord-ouest. Ce vaste territoire qui englobe alors presque tout l'est des Balkans, est peuplé par une vingtaine de tribus thraces et daco-mésiennes qui, unies, peuvent mettre en œuvre une même politique interne et externe. Surmonter leurs divisions tribales leur permet d'augmenter leur prospérité commune, par le commerce avec les Grecs, les Scythes et, au IVe siècle av. J.-C., les Celtes (Scordices dans les Balkans, Galates en Anatolie).

Les élites, adeptes d'un culte à mystères propre aux Thraces, s'hellénisent mais influencent aussi la Grèce par le biais des religions à mystères comme l'Orphisme (dans le mythe, Orphée est un prince thrace). Le grec devient la langue officielle de la cour. Les coutumes et traditions grecques contribuent à la refonte de la société à l'est des Balkans. Les rois Odryses sont généralement connus dans le monde extérieur comme rois de Thrace, mais leur pouvoir ne s'étendait pas uniformément et constamment à toutes les tribus thraces.

Reconstitution d'une fresque des tombeaux princiers de Seuthopolis.
Copie de la tête en bronze de Seuthès III trouvée dans son tombeau à Seuthopolis ; l'original est conservé au Musée archéologique de Sofia.

Selon les historiens grecs Hérodote et Thucydide, une dynastie royale émerge parmi les tribus Odryses en Thrace vers la fin du Ve siècle av. J.-C. : elle finit par dominer une grande partie de la région et des peuples entre le Danube et la mer Égée au siècle suivant.

Les limites du royaume variaient selon les relations entre tribus, et la nature du pouvoir royal était souple. Traditionnellement, l'Odrysée était divisée en deux royaumes associés : au sud et à l'est l'Astée, correspondant à la zone d'influence des cités maritimes fortement hellénisées de la côte thrace (du grec asty, la cité), au nord et à l'ouest la Sapée, correspondant aux zones rurales de l'intérieur (du thrace sapos, le village). Cette division en deux royaumes apparaît constamment dans l'histoire de l'Odrysée et se double parfois, sur les trônes, d'un « jeu de chaises musicales » ou de co-règnes : ainsi à la mort du fondateur Térès Ier, vers 445 avant notre ère, deux de ses fils, Spardacos et Sitalcès, règnent en association et les héritiers de ces deux frères et de leurs cousins, tous descendants de Térès Ier, alternent au pouvoir, soit en partageant pacifiquement celui-ci, soit en s'opposant, comme Seuthès II qui obtint, avec l'aide des soldats grecs de Xénophon, que son cousin Amadocos Ier lui cède une partie du royaume en 405 avant notre ère.

Le fils de Térès Ier, Sitalcès, se révèle être un bon stratège, amenant les tribus hostiles à reconnaître sa souveraineté, en maniant la « carotte » (négociation et avantages pour les chefs) et le « bâton » (campagnes militaires). Le riche état qui s'étend ainsi entre le Danube à la mer Égée construit des routes pour développer les échanges et crée une puissante armée. En 429 avant notre ère, Sitalcès, menacé au sud-ouest et allié d'Athènes (son principal client du point de vue commercial), organise une offensive d'envergure contre les Macédoniens, avec une grande armée de tribus thraces et pannoniennes alliées. Selon Thucydide, elle comprend plus de 150 000 hommes, mais, confronté à un hiver plus rude que d'habitude et manquant de ravitaillement, Sitalcès est obligé de faire retraite : la Macédoine est sauvée[1].

Au IVe siècle av. J.-C., l'Odrysée s'affaiblit et se divise en trois petits royaumes, dont l'un, autour de la capitale Seuthopolis en Sapée, survit plus longtemps que les deux autres. Au cours de l'époque hellénistique, l'Odrysée est à plusieurs reprises vassale et/ou alliée, de Philippe II de Macédoine puis de son fils Alexandre le Grand, du général Zopyrion, du diadoque puis roi de Thrace Lysimaque, de Ptolémée II et Philippe V de Macédoine, et même à un moment des Scordices celtes, qui créent en Thrace le royaume voisin de Tylis.

Au milieu du IIe siècle av. J.-C., le royaume des Odryses devient client de la République romaine tandis que les autres tribus thraces sont intégrées ou soumises par les Romains. La région passe ainsi sous contrôle romain. Au nord de Haemos, en Mésie désormais province romaine, les Thraces sont progressivement romanisés tandis qu'au sud, où ils étaient hellénisés et où l'Odrysée se maintient encore, leur culture perdure (voir « Ligne Jireček »). Vers 100 avant notre ère, c'est un roi originaire d'Astée qui règne sur l'Odrysée jusqu'à la mort de Rhescuporis II tué par les Besses voisins (autre tribu thrace) en 13 avant notre ère. Les armées romaines viennent libérer le royaume : Rome « se paye » pour cette aide en annexant l'Astée et Auguste confie le trône Odryse, vacant depuis la mort de Rhescuporis II, au roi Sapéen Rhémétalcès Ier. Celui-ci règne de 11 avant notre ère à 13 après J.-C.) mais, après deux ans de règne, il est écarté par les Romains qui souhaitent un pouvoir plus fort dans la région.

Le jeune neveu de Rhémétalcès Ier, Cotys VIII lui succède, mais est assassiné par l'un de ses cousins, Rhescuporis III. Rome intervient à nouveau, capture, juge, condamne et exécute Rhescuporis en 19, puis ce seront les jeunes fils de Cotys et Rhescuporis qui seront co-rois sous la tutelle des Romains. Ces derniers renforcent ainsi leur contrôle sur la région, comme ils l'avaient déjà fait ailleurs (Afrique du Nord). À l'inverse de Tibère, Caligula distribue les divers royaumes de l'Orient romain à plusieurs rois et décide d'un nouveau partage de la Thrace vers l'an 38 : le royaume des Odryses échoit entièrement à Rhémétalcès III, qui est assassiné par son épouse après huit ans de règne en 46. Le territoire de l'Odrysée est à ce moment purement et simplement annexé par Claude et transformé en province de Thrace.

En dépit de son effacement politique, l'influence culturelle du royaume des Odryses perdure sous l'Empire romain et rayonne bien au-delà de ses anciennes frontières, entre autres à travers les cultes à mystères. Il est par ailleurs possible que Spartacus soit originaire du royaume des Odryses, car selon Plutarque, « c'était un Thrace né libre aux environs de 100 avant notre ère parmi les Maèdes (en) vivant le long du fleuve Strymon », une région qui à cette époque appartenait au Royaume. Ses capacités de stratège et de meneur d'hommes, en tout cas, laissent penser qu'il a pu être éduqué dans l'élite d'un état structuré, et en Thrace seul le Royaume des Odryses répond à ces critères[2],[3].

Liste partielle des rois des Odryses[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des rois de Thrace.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]