Royaume de Champā

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champa (homonymie).

Royaume de Champā
Chăm Pa (vi)

1921145
11471190
12201832

Description de cette image, également commentée ci-après

L'est de l'Indochine vers 1100

Informations générales
Capitale Successivement Indrapura, Vijaya et Virapura
Langue Langues malayo-polynésiennes
Religion Hindouisme, bouddhisme Mahâyâna
Histoire et événements
192 Établissement du royaume, suite au déclin de la dynastie Han
Xe siècle Conflits avec le royaume de Đại Việt
1145-1147 Annexion à l'empire khmer
1190-1220 Annexion à l'empire khmer
1471 Large défaite face aux Vietnamiens : le royaume est réduit à la région de Nha Trang
1832 Conquête par le Viêt Nam
Rois
(1er) IIe siècle Khu Liên
(Der) 1799-1822 Po Chong Chan

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Royaume de Champā ou Tchampa est un État de culture hindouiste et de langue malayo-polynésienne situé dans la zone centrale du Viêt Nam moderne entre les IIe et XVIIe siècles. Le nom de Champā provient d'une région de l'ancien Bengale, aujourd'hui au Bihar, en Inde, dont la capitale était Champâpuri. À Chau Doc, dans la province d'An Giang frontalière du Cambodge, vit encore une minorité Cham aujourd'hui musulmane, avec ses traditions.

Les Chams[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cham (peuple).

Au début du Ve siècle, le voyageur chinois Faxian, sur le chemin du retour d'Inde en Chine, y fait escale et décrit le fort nez droit et les cheveux noirs et bouclés de ses habitants ainsi que leurs pratiques funéraires de la crémation au son des tambours. Les Chams suivaient un système de castes assez semblable à celui en vigueur en Inde, mais offraient aux femmes une position plus importante dans les affaires concernant la famille et le mariage. Ils avaient cependant adopté la coutume de la satî. Ils bannissaient aussi le bœuf de leur table, une pratique toujours observée dans certaines régions du Viêt Nam. Leur langage écrit était basé sur le sanskrit. Les Chams étaient constitués en deux clans : Narikel Vamsa, le clan de la noix de coco, et Kramuk Vamsa, le clan de la noix de bétel, les premiers contrôlant la partie Nord du royaume, tandis que les seconds régnaient sur le Sud.

Actuellement, réduite à une population de moins de 80 000 membres, l'ethnie cham a conservé sa culture et sa langue, mais un tiers de ses membres pratiquent l'islam. Il existe aussi hors du Viêt Nam, une diaspora cham entièrement musulmane, en particulier au Cambodge et en Malaisie. Paul Mus a fait de très intéressantes études sur cette région et cette population.

La langue cham fait partie du groupe malayo-polynésien de la famille des langues austronésiennes.

Histoire du Champā[modifier | modifier le code]

Dès le début de l'ère chrétienne, l'Annam a connu une immigration indienne peu nombreuse mais qui a pacifiquement répandu l'hindouisme et le sanskrit, probablement une des langues de communication les plus répandues dans le sud-est asiatique à l'époque (voir l'article Indianisation de la péninsule indochinoise). Ont suivi des moines bouddhistes qui y introduisirent le bouddhisme Mahâyâna. Malgré cette forte influence indienne, les Cham vont garder des caractéristiques particulières qui se retrouveront dans leur statuaire hindouiste et qui la différencient de celles de l'Inde et de l'Indonésie.

En 192, suite au chaos qui accompagne l'effondrement de la dynastie Han en Chine, le fonctionnaire chargé de la région de Hué se rend indépendant et fonde les bases du royaume de Champā, d'après le nom de ses habitants, les Cham, une ethnie malayo-polynésienne installée dans le centre et le sud du Viêt Nam et qui a adopté l'hindouisme au contact de marchands indiens. Excellents marins, leurs principales activités étaient le commerce et la piraterie.

La hiérarchie sociale était hindoue et les Cham étaient divisés en quatre castes (Brahmanes, Kshatriyas, Vaişyas et Çudras). La tradition cham parle souvent de deux clans (lignées) qui se partageaient le pays : le clan de l'aréquier (Kramuka) dans l'État du Panduranga et celui du cocotier (Narikela) qui dominait au Nord.

La marque du pouvoir royal était le parasol unique. L'autorité du roi était absolue : il avait droit de vie ou de mort, nommait aux charges et emplois, et l'administration du pays était tout entière entre ses mains. Il portait souvent le titre de « Roi des rois » (Rajadiraja) ou de « Seigneur de la terre entière du Champa » (Po Tana Raya).

Le Champa n'était pas un État centralisé mais une sorte de fédération dont les composantes jouissaient chacune sur le plan politique interne d'une autonomie plus ou moins effective. La hiérarchie des fonctionnaires provinciaux correspondait à la division territoriale du royaume. Il était partagé en grandes circonscriptions qui furent tantôt au nombre de trois, tantôt au nombre de quatre :

  • Amaravati où se trouvaient Indrapura, une des capitales du Champa, et Sinhapura qui lui servait de port. L'emplacement d'Indrapura serait marqué aujourd'hui par les ruines de Ðông Duong. L'Amaravati correspond à peu près aux actuelles provinces de Quảng Nam et de Quảng Ngãi, mais elle s'est étendue jusqu'à la porte d'An Nam.
  • Vijaya, au centre, dont le chef-lieu éponyme devint la capitale à partir de l'année 1000. Son port était Çri Vinaya. Vijaya correspond à la province de Bình Ðinh.
  • Panduranga (Panran dans sa forme indigène) eu pour capitale Virapura, qui porta aussi le nom de Rajapura (aux environs de Phan Rang - Tháp Chàm). Cette principauté était la plus grande des circonscriptions. Elle comprenait Kauthara qui, à certaines époques, en fut détaché et forma la quatrième des grandes divisions territoriales avec Yanpunagara comme chef-lieu. Le Kauthara s'étendait sur les provinces actuelles de Khánh Hòa et Phú Yên et le Panduranga sur celles de Bình Thuân et de Ninh Thuân.

Ces circonscriptions étaient divisées en provinces. Les communes, villes et villages formaient la dernière division territoriale du pays. Il y en aurait eu plus de 100 dont la population variait entre 300 et 700 familles, la capitale Vijaya en comptant plus de 2500 en 1069.

Au VIe siècle, une nouvelle dynastie s'empare du pouvoir, se libère du joug chinois et entame une période de prospérité. Elle sera cependant en conflit quasi perpétuel avec ses voisins de Java, des provinces chinoises au nord et de l'empire khmer émergeant à l'ouest. La capitale est alors située à Indrapura (Trà Kiêu) près de Dà Nang.

Un temple Cham du sanctuaire de Mỹ Sơn
Temple Cham de Po Nagar à Nha Trang.

En 875, Indravarman II établit la dynastie à Indrapura (près de l'actuelle Hôi An), transfère sa capitale dans la province nordique d'Amarâvatî et l'orne de nombreux palais et temples.

Au Xe siècle, libéré du joug chinois, le royaume vietnamien de Đại Việt, jusqu'alors confiné dans le delta du fleuve Rouge, cherche à s'étendre et entame une politique d'extension vers le sud ou Nam Tiên et entre en conflit avec le Champā qui doit abandonner Amarâvatî en 1000 et Vijaya en 1069. On estime qu'à ce moment, une partie de l'aristocratie et des populations côtières de ces régions a émigré au Çrivijaya (Malacca, Sumatra et Java)[1].

En 1145, les Khmers, conduits par Suryavarman II font la conquête du Champā, mais deux ans plus tard, le nouveau roi Cham, Jaya Harivarman I accède au pouvoir et libère son pays de l'emprise khmère. En 1177, la flotte de guerre de son successeur remonte le Mékong et traverse le « Grand Lac » (Tonlé Sap) du Cambodge pour aller mettre à sac Angkor, la capitale khmère.

Mais bientôt les Cham retombent sous la coupe khmère entre 1190 et 1220 et subissent les attaques des rois Trần du Viêt Nam et des Mongols en 1284.

Le Nagarakertagama, un poème épique écrit en 1365 dans le royaume javanais de Majapahit, cite Cempa, c'est-à-dire le Champā, parmi les contrées avec lesquelles le royaume entretient des relations commerciales.

Les conflits incessants grignotent le territoire cham, tant et si bien qu'à fin du XVe siècle, le royaume de Champā est quasiment dépecé. En effet, en 1471, le Champā subit une grave défaite devant les Vietnamiens : 120 000 hommes sont tués ou capturés et le royaume est réduit à la petite enclave de Nha Trang. Une seconde vague expansionniste des Vietnamiens, en 1720, entraîne la fuite au Cambodge du roi des Cham et de sa suite.

Les princes cham sont maintenus au pouvoir jusqu'en 1832, année où le Champā est absorbé par le Viêt Nam. C'est la fin de la culture hindouiste dans la péninsule indochinoise.

La population cham n'était plus très nombreuse : elle était estimée à 200 000 environ au début du XIIe siècle. Elle se divise en Cham proprement dits et en Sauvages des hautes terres auxquels les Cham donnent le nom de "Kiratas" et qui regroupent notamment les populations "Ba Na", "Gia Rai", "Ê Ðê", "Ra Glai" et "Chu Ru".

Statue chame de Shiva.

La religion principale des Cham était l'hindouisme, c'est-à-dire l'adoration des trois dieux de la Trimûrti : Brahma, Visnu et Çiva. Mais ils pratiquent également le bouddhisme. Les 2/3 des Cham vivant actuellement au Champa pratiquent encore le brahmanisme, alors que la totalité de ceux qui ont quitté le pays pour aller s'installer au Cambodge sont devenus musulmans. Ce sont les "Cham Bani" proches des Malais. Il y a une mosquée cham à Chau Doc (An Giang).

Le colonialisme vietnamien[modifier | modifier le code]

Avec le déclin de la Dynastie Tang réapparurent les espoirs de libération du Viêt Nam. Débutant en 938, une véritable révolution amena, l’année suivante, la défaite des Chinois. En 940, les Vietnamiens étaient les maîtres de leur pays depuis les collines du Yunnan jusqu’au 17e parallèle.

Désormais assurés de leurs arrières, ils s'engagèrent dans une politique d'expansion aux dépens de leurs voisins du sud, visant le fertile delta du Mékong. Dans ces régions se trouvaient le royaume hindouiste du Champā, et les royaumes bouddhistes du Cambodge et du Siam (Thaïlande aujourd'hui). Il s’ensuivit une série de guerres, entrecoupées de négociations, de traités de paix plus ou moins éphémères, d'escarmouches.

Le royaume du Champā avait prospéré pendant plusieurs siècles grâce à son commerce maritime florissant et à ses puissantes flottes de guerre. Comme celui des Normands (presque contemporain), le royaume Cham reposait presque entièrement sur la puissance de sa marine avec tous les avantages et les désavantages qu’entraîne un tel État. Puissant sur mer, le Champa était vulnérable sur terre. Le point de vue vietnamien présente les Chams comme de violents pirates et pillards marins, et les vietnamiens comme de paisibles fermiers occupant un arrière-pays laissé à l'abandon : Jean Delvert, géographe français, récuse ce point de vue dans La Péninsule indochinoise (1964) et dans La Répartition des hommes en Asie du Sud-Est (1970).

Peu à peu, les Vietnamiens occupèrent les plaines du Nord Champā, tantôt par la guerre, tantôt pacifiquement avec le consentement des seigneurs Chams locaux qui virent dans cette occupation pacifique une source d’enrichissement pour eux. À travers le Viêt Nam et par le Yunnan, le « riz champā » a fait la richesse de la Dynastie Song du Sud. Village par village, delta par delta, le processus se répéta. Il y eut quelques arrêts momentanés et même quelques brefs reculs dans cette « longue marche » vers le Sud, mais vers la fin du XIe siècle, toutes les provinces côtières au Nord de Huê étaient passées sous contrôle vietnamien. La zone suivante qui comprenait Huê devint vietnamienne au milieu du XVe siècle, grâce au mariage de la sœur du roi du Champā avec le Roi du Viêt Nam. Mais en 1471, la guerre reprit avec âpreté, les Vietnamiens soumirent la deuxième capitale des Chams, Vijaya (Indrapura ayant été perdue auparavant) et le royaume Cham, jadis florissant, fut bien près de sa chute[2].

Les dynasties du Champā[modifier | modifier le code]

La tour Cham Thap Poshaknu Cham près de Mũi Né

Dynastie de Pânduranga

  • vers 757-770 : Prithivîndravarman
  • vers 774-780 : Satyavarman
  • vers 793-803 : Indravarman Ier
  • vers 801-817 : Harivarman
  • vers 820-850 : Vikrântavarman III

Dynastie Bhrigu

  • vers 850  : Bhadravarman Ier ;
  • vers 854-898 : Indravarman II, son fils ;
  • vers 898-903 : Jaya Simhavarman Ier, son neveu ;
  •  : Jaya Saktivarman, son fils ;
  • 905-910 : Bhadravarman II
  • 916-vers 960 : Indravarman III, son fils ;
  • 960-971/972 : Jaya Indravarman Ier
  • 971-982 : Paramesvara Varman Ier
  • 982  : Indravarman IV
  • 983/986 : Lu'u Kê Tong (usurpateur vietnamien)
  • 988  : Indravarman V

Dynastie d'Indrapura

  • 991-998  : Vijaya Shrî Harivarman II
  • 998-1007  : Yan Pu Ku Vijaya Shrî
  • vers 1010 : Harivarman III
  • vers 1018 : Parasmesvara Varman II
  • 10??-1030 : Vikranta Varman II
  • 1030-1044 : Jaya Simhavarman II

Dynastie de Vijâya

  • 1044-1060 : Jaya Paramesvara Varman Ier
  • 1060-1061 : Bhadra Varman III
  • 1061-1074 : Rudra Varman III

Dynasties du Sud

  • 1074-1080 : Harivarman IV
  • 1080-1081 : Jaya Indravarman II
  • 1081-1086 : Paramabodhisattva
  • 1086-1113 : Jaya Indravarman II (rétabli)
  • 1113-1129 : Harivarman V
  • 1139-1145 : Jaya Indravarman III
    • 1145-1147 : Harideva vice-roi Khmer
  • 1147-1166 : Jaya Harivarman Ier
  • 1166-1167 : Jaya Harivarman II
  • 1167-1190 : Jaya Indravarman IV (usurpateur)
  • 1190-1191 : Surya Jayavarmadeva à Vijaya
  • 1191-1192 : Jaya Indravarman IV à Pandurang
  • 1192-1203 : Surya Jayavarmadeva (rétabli)
    • 1203-1220 : Occupation directe Khmer
  • 1220-1252 : Ansaraja ou Jaya Paramesvara Varman II
  • 1252-1257 : Jaya Indravarman V
  • 1257-1285 : Harideva ou Jaya Indravarman VI
  • 1285-1307 : Harijit ou Simhavarman IV (Chê Mân)
  • 1307-1313 : Simhavarman V (Chê Chi)
  • 1313-1318 : Chê Nang
  • 1318-1342 : Chê A Nan
  • 1342-1352 : Chê Mô
  • 1352-1360 : Tra Hoa Bo-dê
  • 1360-1390 : Chê Bong Ngo
  • 1390-1400 : Simhavarman VI (La Khai)
  • 1400-1441 : Jaya Indravarman VII (Ba Dich Lai)
  • 1441-1446 : Vijaya (Maha Bi Cai)
  • 1446-1449 : Maha Qui Lai
  • 1449-1458 : Maha Qui Dô
  • 1458-1460 : Banla Tra Nguyêt
  • 1460-1471 : Banla Tra Toan

Désintégration du royaume de Champa

  • 1471-1478 : Bô Tri Tri au Panduranga
  • 1478-1505 : Gulai son frère ;
  • 1505- ?  : Tra Toai son fils ;
  • vers 1543 : Tra Phuc, son fils ;
  • vers 1602 : Po Klau Halu
  • après 1602 : Po Nit
  • 1627-1651  : Po Ramé
  • après 1651 : Po Nraup
  • avant1693  : Po Saut

Dynastie Po vassale du Viêt Nam dans le Chiêm Thanh.

  • 1696-1728 : Po Saktirai da putih (i.e: Po Saktiraydapith)
  • 1728-1730 : Po Ganvuh da putih
  • 1731-1732 : Po Thuttirai

vacance

  • 1735-1763 : Po Rattirai
  • 1763-1765 : Po Tathun da moh-rai
  • 1765-1780 : Po Tithuntirai da paguh
  • 1780-1781 : Po Tithuntirai da parang

vacance

  • 1783-1786 : Chei Krei Brei
  • 1786-1793 : Po Tithun da parang
  • 1793-1799 : Po Lathun da paguh (Po Ladhhuanpughuh)
  • 1799-1822 : Po Chong Chan (Po Sau Nun Can)

Annexion par le Viêt Nam ; le dernier roi se réfugie au Cambodge.

Divers[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire de Mỹ Sơn, dans la capitale politique et religieuse du Champā, est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1999.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Bernard Lafont Le Campā.Géographie-Population-Histoire Les Indes Savantes Paris, 2007 (ISBN 9782846541626)
  • George Cœdès, Les États hindouisés d'Indochine et d'Indonésie, De Boccard, Paris, 1964 (réimpression), 1989 ;
  • Jean Delvert, Institut de Géographie, Paris IV-Sorbonne, La Péninsule indochinoise, 1964 ; La Répartition des hommes en Asie du Sud-Est, 1970 ;
  • Jean-François Deniau, L'oubli, Plon, 2007 ;
  • Paul Mus, Viêt Nam. Sociologie d’une guerre, Seuil, Paris, 1952 ;
  • Anne-Valérie Schweyer, Le Viêt Nam ancien, Belles Lettres, coll. Guide Belles Lettres des civilisations, Paris, 2005 (ISBN 2-251-41030-9) ;
  • H. Parmentier., E-M Durand, Le trésor des rois cham, Befeo, t.V, 1905;
  • G. Maspero, Le Royaume des Champa, École Française d'Extrême-Orient, 1988;
  • Po Dharma, Le Panduranga (Campa), 1802-1835 (2.vol), 1987, École Française d'Extrême-Orient;
  • J. F. Hubert, L'Art du Champa, 2005, Parkstone Press International;
  • P. Stern, L'Art du Champa (Ancien Annam) et son évolution, Les Frères Douladoure, maîtres imprimeurs à Toulouse, 1942;
  • J. Boisselier, La Statuaire du Champa, École Française d'Extrême-Orient, 1963;
  • Pierre Rossion, Vietnam. On a retrouvé les trésors des rois du Champa, dans Archéothéma, no 23, juillet-août 2012, p. 80-87;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Yves Manguin, From Funan to Sriwijaya: Cultural continuities and discontinuities in the Early Historical maritime states of Southeast Asia, in : 25 ans de recherches archéologiques de l'École française d'Extrême-Orient, Djakarta, éd. de l'Institut de recherche archéologique / École française d'Extrême-Orient, 2002.
  2. « […] Le Royaume Cham a été effacé par le lent "grignotage" des Vietnamiens en cinq siècles environ et le terme "génocide", dénotant l’acte de faire disparaître un peuple sur un territoire, n’a pas ici, dans le contexte de la civilisation chinoise, la même connotation que celle donnée en Occident depuis la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire celle d’un meurtre systématique à grande échelle. Pour le Royaume Cham, il s’agissait de la disparition d’une organisation sociale et politique dans le remplacement d’un mode de vie par un autre. » (ibid, p. 556, 1987)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]