Royaume d'Ibérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 26′ N 43° 14′ E / 41.44, 43.24

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ibérie.

Royaume d'Ibérie
იბერია (ka)

299 av. J.-C.600

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Développement du royaume d'Ibérie.

Informations générales
Statut Monarchie absolue
Capitale Mtskheta
Tbilissi
Langue Géorgien, araméen, grec
Religion Polythéisme, orthodoxie
Histoire et événements
299 av. J.-C. Unification de la Géorgie orientale
1 Arrivée des Artaxiades au pouvoir
55 Division de Mtskheta et d'Armaz
130 Réunification
189 Arrivée des Arsacides au pouvoir
284 Fondation de la dynastie chosroïde
337 Évangélisation de l'Ibérie
600 Abolition de la monarchie
Roi
299-234 av. J.-C. Pharnabaze Ier
116-132 Pharasman II
189-216 Rev Ier
284-361 Mirvan III
447-522 Vakhtang Gorgassal

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'histoire de l'Ibérie en termes de chronologie est très mitigée. Ici, les principales sources sont les Chroniques géorgiennes.

L'Ibérie (en géorgien : იბერია, en latin : Iberia, en grec : Ἰβηρία), aussi connue sous le nom d'Ivérie (en géorgien : ივერია), est le nom donné par les Grecs et les Romains à l'ancien royaume de Karthlie et correspondant approximativement aux parties méridionale et orientale de l'actuelle République de Géorgie.

Le terme « Ibérie caucasienne » (ou Ibérie orientale) est utilisé pour distinguer la région caucasienne de la péninsule Ibérique, où se situent les actuels Espagne, Portugal et Andorre. Les Ibères du Caucase forment une base pour le futur État géorgien et, en même temps que les Colches de Colchide (autre ancien État géorgien, situé sur la côte orientale de la mer Noire), le noyau de la population géorgienne actuelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers temps[modifier | modifier le code]

La région n'était, jadis, habitée que par quelques tribus qui faisaient partie du peuple appelé « Ibères » (les Ibères orientaux) par les anciens auteurs. Plus tard, les indigènes nommèrent leur propre pays la « Karthlie », d'après le chef mythique des Ibères, Karthlos, fils de Targamos, qui vint s'installer dans le Caucase avec sa famille après l'épisode de la tour de Babel.

Les Meskhètes, mentionnés par différents historiens classiques, et leurs possibles descendants, les Saspères (qui étaient mentionnés par Hérodote), purent jouer un rôle crucial dans la consolidation des tribus habitant la région. Les Meskhètes s'établirent petit-à-petit vers le nord-est, fondant par la même occasion des colonies. La principale colonie était Mtskheta, la future capitale du royaume d'Ibérie. La tribu habitant Mtskheta était dirigée par un mamasakhlissi (« chef de la maison », en géorgien).

La source médiévale géorgienne Moktsevay Karthlisay (Conversion de la Karthlie) parle d'un certain Azon et de son peuple, qui venait de l'Aryan-Karthlie (la Karthlie persane), le lieu des origines des proto-Ibères qui fut dominé par les Achéménides jusqu'à la chute de l'Empire perse. Azon se serait établi à Mtskheta. Mais une autre source géorgienne, la Karthlis Tskhovréba (Vie de la Karthlie) prétend qu'Azon était un officier d'Alexandre le Grand, qui massacra la famille régnante de Mtskheta et qui conquit la région, avant d'être vaincu à son tour par le prince Pharnabaze, neveu du défunt mamasakhlissi, aux alentours des années 300 av. J.-C.

L'histoire de l'invasion d'Alexandre le Grand en Ibérie, même si entièrement inventée par les historiens médiévaux, fait toutefois réfléchir sur la vérité de la légende selon laquelle la monarchie ibère se serait établie durant la période hellénistique et le désir des auteurs géorgiens de créer une relation entre Alexandre le Grand et la Géorgie.

Pharnabaze et ses descendants[modifier | modifier le code]

Colchis, Iberia, Albania sur une carte éditée à Londres vers 1770.

Pharnabaze Ier, victorieux et dominateur de toute l'Ibérie, prit le titre de roi, probablement entre 299 et 284 av. J.-C. Grâce à de fructueuses invasions, il subjugua les États voisins et, à l'aide de traités d'amitié, réduisit à l'état de vassaux les royaumes d'Egrissi (Colchide orientale) et de Dzourdzoukétie (sud de la Tchétchénie). Il assura sa force en se reconnaissant vassal d'Antiochos Ier de Syrie, puis se focalisa sur l'intérieur du royaume. Pharnabaze Ier réforma l'administration chaotique d'Azon, divisa le royaume en saéristavos (grand-duchés), officialisa le panthéon ibère, créa un alphabet et fit construire le premier palais royal d'Ibérie sur la citadelle d'Armaz, qui reste en activité jusqu'au VIe siècle. À la mort de Pharnabaze, celui-ci laissa à ses successeurs un royaume puissant et dominant le Caucase. Ses descendants laissent tomber les conquêtes dans le sud et se focalisent sur la stabilité des Portes du Caucase, principale source de la puissance ibère.

La période suivant cette époque de prospérité fut une période de guerre incessante pour l'Ibérie qui dut subir plusieurs invasions des puissances voisines. Elle perdit plusieurs terres au profit de l'Arménie et les terres colches formèrent des principautés indépendantes. À la fin du IIe siècle av. J.-C., le roi Parnadjom Ier fut détrôné par son propre peuple qui plaça sur le trône vacant le prince arménien Artaxias, qui fonda la dynastie artaxiade d'Ibérie.

La période romaine[modifier | modifier le code]

Cette proche association avec l'Arménie causa au pays l'invasion par le général romain Pompée, en 65 av. J.-C., en guerre contre Mithridate VI du Pont et qui étendit la guerre en Arménie. Mais Rome n'établit pas une administration permanente en Ibérie. Dix-neuf ans plus tard, en 36 av. J.-C., les Romains marchèrent encore contre le faible royaume et forcèrent le roi Pharnabaze II à s'allier avec eux contre l'Aghbanie.

Pendant que l'autre royaume géorgien de Colchide était administré en tant que province romaine, l'Ibérie accepta librement la protection romaine. Une inscription retrouvée à Mtskheta parle du roi Mihrdat Ier (58-106) en tant que « l'ami des Césars » et le roi « des pro-Romains Ibères ». L'empereur Vespasien fortifia en 75 pour le même roi la ville de Mtskheta et la citadelle d'Armaz.

Les deux siècles suivants virent une continuation de l'influence romaine sur la région, mais sous le règne de Pharasman II (116-132), l'Ibérie regagna quelque peu de son ancien pouvoir. Les relations entre le roi et l'empereur Hadrien étaient tendues. Toutefois, ces relations se détendirent sous le règne d'Antonin le Pieux, pendant lequel Pharasman visita Rome et eut l'honneur d'avoir une statue à son image sur le forum. Cette période amena un changement majeur dans le statut politique de l'Ibérie envers Rome, qui la reconnaissait comme une alliée, et non plus comme un vassal, un statut inchangé durant les hostilités entre l'empire et les Parthes.

Entre Byzance et la Perse[modifier | modifier le code]

Décisive pour la future histoire de l'Ibérie était la fondation de l'Empire sassanide en 224. En remplaçant la faible et pauvre nation parthe par un État fort et centralisé, les Perses récupérèrent la Karthlie dans leur giron. L'Ibérie devint un État tributaire des Sassanides sous le règne de Shapur Ier (241-272). Les relations entre les deux pays semblent avoir été d'abord amicales, tant que l'Ibérie aidait la Perse durant ses campagnes contre l'Empire romain, et le roi ibère Amazap III (260-265) était listé dans les sources officielles persanes comme un vassal de Ctésiphon. L'Ibérie perdit alors son particularisme et les Sassanides, grâce à leur agressivité, réussirent à établir le zoroastrisme comme religion nationale, entre 260 et 290. Toutefois, la paix de Nisibe de 298 assura à Rome le contrôle du Caucase, et le nouveau roi Mirian III fut reconnu par Rome en tant que premier roi de la dynastie chosroïde. La prédominance byzantine en Ibérie est encore plus cruciale à partir de la conversion de Mirian III au christianisme, vers 317. Cet évènement se serait produit grâce à une missionnaire cappadocienne, sainte Nino, dont le père était un général romain qui combattait dans les armées de l'empereur Maximien Hercule.

La religion devient un lien puissant entre la Géorgie et Constantinople et a un large impact sur la culture et la société de l'État. Toutefois, après que l'empereur Julien fut défait par les troupes persanes en 363, Byzance céda à la Perse le contrôle de l'Ibérie, et le roi Varaz-Bakour Ier (363-365) devint un vassal de Ctésiphon, statut confirmé par la paix d'Acilisène en 387. Mais près d'un demi-siècle plus tard, le roi ibère Pharasman IV (406-409) restaura l'autonomie de son pays et cessa de payer tribut à la Perse. Cette indépendance ne dura pas bien longtemps car à la mort du roi, la Perse reprit le contrôle de l'Ibérie et plaça même un vice-roi pour la Karthlie, nommé pitiarkhe. Le pitiarkhe tenait sa fonction héréditairement et le vice-roi possédait de vastes domaines dans le sud de l'Ibérie. Cela inaugura la période de domination persane en Ibérie. Les Ibères assimilèrent petit-à-petit la culture persane et nombre de Géorgiens abandonnèrent le christianisme. Les Perses favorisèrent l'enseignement de la parole de Zoroastre et, vers les années 450, le zoroastrisme devint la seconde religion officielle de l'Ibérie, parallèlement au christianisme. Toutefois, les efforts faits pour convertir les paysans géorgiens étaient généralement infructueux.

Le début du règne du roi ibère Vakhtang Ier, plus tard nommé Gorgassal (447-502/22), fut marqué par la résurrection du royaume. Officiellement un vassal des Perse, il sécurisa la frontière nord en subjuguant les peuples caucasiens et réunit les États adjacents de l'Ibérie sous son contrôle. Il établit un patriarcat autocéphale à Mtskheta, et construisit la ville de Tbilissi, qui devint la capitale du royaume sous le règne suivant. En 482, il mena une révolte générale contre la Perse et débuta une guerre d'indépendance désespérée qui dura près de vingt ans. Il ne put recevoir un soutien de la part de Byzance et fut finalement vaincu par les Perses en 502.

Rois d'Ibérie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des rois d'Ibérie.

Les légendes[modifier | modifier le code]

La légende de sainte Ninon[modifier | modifier le code]

Elle aurait vécu en Colchide au IVe siècle et y aurait propagé la foi chrétienne. La légende veut qu'elle soit venue au chevet de l'épouse de Mirian III, la reine Nana, qui était mourante et qu'elle l'ait guérie. La reine lui proposa en récompense de l'or et de nombreux présents ; Nino refusa mais demanda en échange la conversion de la reine. Elle l'obtint, puis le roi fit de même, ainsi que tout le royaume.

La légende de Tbilissi[modifier | modifier le code]

La légende de la création de la capitale, Tbilissi, perdure encore aujourd'hui : le roi Vakhtang Gorgasali chasse dans la forêt et son faucon attaque un faisan. L'oiseau tombe dans une source d'eau chaude et le roi voit de la vapeur sortir de l'eau. Étonné par l'abondance d'eau chaude, Vakhtang donne l'ordre de construire une ville sur cet emplacement et l'appelle Thbili (ou Tphilisi : Tbilissi en géorgien, « l'emplacement des sources chaudes »).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]