Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
United Kingdom of Great Britain and Ireland (en)

1801 – 1922

Drapeau Blason

Hymne : God Save the King/Queen

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande dans l'Europe de 1914.

Informations générales
Statut Monarchie constitutionnelle
Capitale Londres
Langue Anglais, gallois, scots, irlandais
Monnaie Livre sterling
Fuseau horaire UTC+0
Démographie
Population 16 345 646 hab. (1801)
42 769 196 hab. (1921)
Superficie
Superficie 315 093 km² (1801)
Histoire et événements
1er janvier 1801 Acte d'Union
6 décembre 1922 Indépendance irlandaise
12 avril 1927 Officialisation du changement de nom

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande, souvent abrégé simplement en Royaume-Uni, est formé le 1er janvier 1801[1] par la fusion du Royaume de Grande-Bretagne (lui-même une fusion des anciens royaumes d'Écosse et d'Angleterre en 1707) et du Royaume d'Irlande. La fusion en est facilitée par la décision du Parlement irlandais exclusivement anglican à Dublin en août 1800 de mettre fin à son existence par l'Acte d'Union. Le gouvernement britannique attribue titres, terres et argent aux parlementaires irlandais, pour récompenser leur unionisme tout récent.

Alors que l'État libre d'Irlande devient indépendant en 1922, après la guerre anglo-irlandaise, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande garde sa dénomination jusqu'en 1927, date à laquelle il est renommé Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de 1843 représentant le Royaume-Uni et ses entités constitutives : le Royaume d'Angleterre en rouge (y compris la Principauté de Galles), la Royaume d'Écosse en bleu et le Royaume d'Irlande en jaune.

Pour tenir compte de l'histoire de plusieurs formes et noms pour les antécédents du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, son histoire non-constitutionnelle se trouve au sujet Histoire du Royaume-Uni.

D'après les termes de l'accord, l'Irlande est représentée par 100 députés au Parlement britannique du palais de Westminster. L'émancipation du culte catholique est une partie du marché, malgré tout bloquée par le roi George III, en tant que contrevenant à son serment de couronnement.

Des générations de chefs irlandais font campagne pour l'établissement d'un gouvernement autonome. Daniel O'Connell obtient du gouvernement britannique l'Émancipation catholique en 1829. Cependant, il échoue dans sa tentative de faire abroger l'Acte d'Union. D'autres chefs irlandais, comme Charles Stewart Parnell font campagne pour une formule de gouvernement autonome appelé Home Rule (loi nationale), presque achevée sous le gouvernement de Gladstone, dans les années 1880. Cependant, après l'accession des conservateurs à la majorité, le Parlement rejette cette politique et elle est enterrée aussi longtemps qu'ils sont au pouvoir et plus tard sous David Lloyd George, libérale. Ce report sine die du Home Rule provoque une frustration qui finit par aboutir à une révolte armée et à l'indépendance aux années suivantes la fin de la Première Guerre mondiale, ce qui a apaisé l'appétit de mobiliser des troupes supplémentaires.

En 1919, les parlementaires irlandais délégués à Westminster forment unilatéralement un parlement irlandais indépendant, le Dáil Éireann, doté d'un pouvoir exécutif, le président du Dáil Éireann, poste occupé par Éamon de Valera. La guerre d'indépendance, de 1919 à 1921, aboutit en décembre 1922 à la création d'un État irlandais libre formé de 26 des 32 comtés de l'Irlande. Les six comtés restants, nommés Irlande du Nord, restent au sein du Royaume-Uni, qui est renommé en 1927 Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.

Liste des monarques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des souverains britanniques.

Après que la scission entre le Royaume-Uni et l'Irlande devient effective en 1922, les rois britanniques continuent d'utiliser le titre de roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande jusqu'en 1927. La loi sur les titres royaux et parlementaires de 1927 crée de nouveaux titres pour le souverain britannique, qui est roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, en Grande-Bretagne, et roi d'Irlande du Nord en Irlande du Nord

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Chassaigne, Histoire de l'Angleterre, page 214

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]