Royal Ordnance L7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Royal Ordnance L7
Royal Ordnance L7 du Stryker Mobile Gun System (2005)
Royal Ordnance L7 du Stryker Mobile Gun System (2005)
Caractéristiques de service
Type canon anti-char
Production
Constructeur Royal Ordnance Factories, Rheinmetall, Japan Steel Works et plusieurs autres (sous licence)
Caractéristiques générales
Poids du canon seul 1 282 kg
Support voir texte
Calibre 105 mm
Cadence de tir 10 coups/min (maxi)
Portée pratique 1800 m
Munitions 105×607 mm R ou 105×617 mm R
Syst. d'absoprtion du recul 290 mm

Le Royal Ordnance L7 est un canon anti-char britannique de calibre 105 mm et de longueur 52 calibres destiné aux blindés. Sa conception fut une grande réussite, et il fut utilisé non seulement par les forces britanniques, mais aussi par presque tous les pays occidentaux, sur presque tous les chars de combat de la Guerre froide.

Le L7 fut créé à la fin des années 1950 par les Royal Ordnance Factories britanniques pour succéder au canon Ordnance QF 20 pounder (84 mm)[1] sur le char Centurion.

Il avait de bonnes qualités et fut maintenu en service même après l'apparition du canon anti-char L11 120 mm à canon rayé, sur certains Centurions utilisés comme chars d'observation ou par le génie (Armoured Vehicle Royal Engineers ou AVRE). Le L7 et certaines de ses adaptations sont encore en usage sur une grande variété de chars développés durant la guerre froide. Monté sur un LAV III, il constitue l'armement principal du Stryker Mobile Gun System de l'U.S. Army.

Histoire[modifier | modifier le code]

Stridsvagn 103

Au cours de l'Insurrection de Budapest (1956), les Hongrois conduisirent un char soviétique T-54A sur le terrain de l'ambassade du Royaume-Uni. De l'examen de son blindage et de son canon D-10 de 100 mm, les Britanniques conclurent que leur propre canon anti-char Ordnance QF 20 pounder serait incapable de le vaincre. Ils décidèrent donc d'adopter un canon de 105 mm[2].

Le L7 fut spécialement conçu pour s'adapter à la monture de tourelle du QF 20 pounder. Cela permettait de l'installer à sa place sur les chars Centurion avec un minimum de modifications, ce qui réduisait la durée et le coût de cette transition.

Le premier char ainsi équipé fut le Centurion Mark 5 en 1959 (Centurion Mk 5/2). Le L7 fut ensuite adopté par de nombreuses autres nations. Les Allemands en équipèrent leur char Leopard 1 (pour lequel fut développée la version L7A3), les Japonais leur char Type 74 (canon produit sous licence par Japan Steel Works), les Suédois leur Stridsvagn 103 (L74, avec canon plus long et chargement automatique), les États-Unis leur M60 Patton (version M68), et les Israéliens leur char Merkava. Plusieurs pays l'ont aussi utilisé pour réarmer des chars existants. Des versions dérivées ont même été montées sur des T-54 et T-55 du Pacte de Varsovie en Israël, en Égypte et en Irak, ainsi que sur des Type 79 chinois.

Technologie[modifier | modifier le code]

Canon de L7 ouvert au Musée de chars de Munster (Basse-Saxe)

La culasse possède un bloc de culasse glissant horizontalement pour charger les cartouches. Le recul est d'environ 29 cm ; il éjecte automatiquement la cartouche vide en atteignant son maximum. Le canon possède un extracteur de fumées à peu près à la moitié de sa longueur. Il est en position excentrique, élément important pour reconnaître le L7.

Munitions[modifier | modifier le code]

Munitions APDSFS pour le L7 du char Type 74 japonais
  • APDS (Armour-piercing discarding sabot)
  • APERS-T (Anti-personnel-tracer)
  • APFSDS (Armour-piercing fin-stabilized discarding sabot)
  • Dummy (cartouches à blanc)
  • HE (High explosive)
  • High Explosive Anti-Tank (HEAT)
  • HESH (High explosive squash head)
  • Smoke-White phosphorus incendiary
  • Target Practice (munition d'exercice)
  • Target Practice Discarding Sabot (obus-flèche d'exercice)

Variantes[modifier | modifier le code]

  • L7A1
Version britannique standard.
  • L7A3
Version pour le char Leopard 1 allemand. La partie supérieure du bloc de culasse est plus petite, de manière à pouvoir abaisser le canon sans heurter le sommet de la tourelle.
  • L74
Version suédoise avec un canon rallongé à 62 calibre (6,51 m), utilisé seulement sur le Stridsvagn 103.
  • M68
Version américaine pour le M60 Patton. Culasse arrondie avec bloc de culasse glissant verticalement et un extracteur de fumée différent. Utilisée également sur le char iranien Type-72Z Safir-74.
  • KM68A1
Version du M68 produite sous licence en Corée du Sud. Utilisée sur des chars M48A3K, M48A5K et K1.
  • Type 79/81/83
Copies chinoises d'un L7 fourni par l'Autriche et utilisées sur certaines versions du Type 59 et du Type 88.

Matériels équipés[modifier | modifier le code]

et ses dérivés comme le char sud-africain Olifant

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Starry, p. 113
  2. Zaloga 2004, p. 13, 39.
  3. (en) M60 Patton Series - Globalsecurity.org

Références[modifier | modifier le code]

  • Zaloga, Steven J. and Hugh Johnson (2004). T-54 and T-55 Main Battle Tanks 1944–2004. Oxford: Osprey. (ISBN 1-84176-792-1).
  • Starry, Donn A., General. Mounted Combat In Vietnam, Vietnam Studies. Department of the Army. Première édition 1978.
  • Hunnicutt, R. P. Patton: A History of the American Main Battle Tank; 1984; Presidio Press. (ISBN 0-89141-230-1).