Royal Mouscron-Péruwelz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Royal Mouscron Peruwelz

Logo du Royal Mouscron Peruwelz
Généralités
Nom complet Royal Mouscron Peruwelz
Surnoms Les Hurlus
Noms précédents RRC Peruwelz
Fondation 10 juillet 1921
Statut professionnel Professionnel
Couleurs Rouge et bleu
Stade Le Canonnier
(10 571 places)
Siège Rue du stade, 33
7700 Mouscron
Championnat actuel Jupiler Pro League
Président Drapeau : Belgique Edward Van Daele
Entraîneur Drapeau : France Rachid Chihab
Site web www.rmp-foot.be
Palmarès principal
National[1] Champion de Division 3 (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Belgique de football 2014-2015
0

Dernière mise à jour : 1er juillet 2014.

Le Royal Mouscron-Péruwelz est un club de football belge localisé à Mouscron, dans l'ouest de la Province de Hainaut. Il évolue en Division 1 lors de la saison 2014-2015.

Ce club tire son nom et sa forme actuelle du rachat du matricule 216 du RRC Péruwelz par la SCRL "Futurotop WP" le 11 mars 2010. Cette société fut créée début 2010 par des personnalités mouscronnoises suite à la mise en liquidation et donc à la disparition de l'Excelsior Mouscron dont le matricule 224 fut radié par la Fédération belge en juin 2010.

Le RMP opta pour les couleurs Rouge et Bleu (le RRCP évoluait en Bleu et Blanc, l'ancien Excelsior en Rouge et Blanc).

Comme dans plusieurs autres cas, il est bon de souligner qu'il n'y eut pas fusion entre les deux matricules.

Depuis novembre 2011, le RMP est affilé au LOSC Lille où le LOSC est actionnaire majoritaire

Histoire[modifier | modifier le code]

R. RC Péruwelz[modifier | modifier le code]

Texte au choix
ancien logo du R. RC Péruwelz

Le club fut créé le 10 juillet 1921. Il évolua majoritairement dans les divisions provinciales.

En 1996, le R. RC Péruwelz était au plus mal, dernier en 4e provinciale (8e division, soit la plus basse de Belgique). De nouveaux administrateurs reprirent le club, qu'ils sauvèrent. Le RRCP enchaîna les montées et retrouva les séries nationales en 2004 puis deux ans plus tard accéda à la Division 3.

Classé 4e en 2007 puis 3e la saison suivante, le club fit l'actualité lors de la saison 2008-2009, à mi-championnat en se faisant retirer 26 points pour avoir aligné un joueur non affilié réglementaire. Le cercle passa de la 2e à la 17e et avant-dernière place. Au bout d'une longue procédure administrative, le R. RC Péruwelz fut débouté. IL n'assura son maintien que suite à un test-amtch remporté contre le SC Wielsbeke.

La saison 2009-2010 fut délicate sportivement parlant. Situé dans la seconde partie du classement, le R. RC Péruwelz connut la même mésaventure et perdit des points. Le comité sportif infligea plusieurs forfaits au RC Péruwlez pour avoir aligné un joueur, (Vincent Martin), non repris sur les listes fédérales. Le club hennuyer plaida sa bonne fois. Un "Vincent Martin" était bien repris sur ses listes mais il ne s'agissait pas du bon (l'ancien secrétaire avait omis d'effectuer un transfert définitif). Débouté en appel, Péruwelz alla en évocation où il fut décidé que le dossier devait être retraité. Mais le 7 mai 2010, une nouvelle chambre d'appel confirma la sanction: Péruwelz perdit 24 points qui retournèrent aux équipes contre qui Vincent Martin avait joué. L'UR Namur par exemple récupéra 6 points. Le RRCP fut relégué.

Malgré ces errements administratifs et la longue procédure finalement vaine, le club boucla positivement un autre dossier, celui du rapprochement avec l'ancien Royal Excelsior Mouscron, mis en liquidation en décembre 2009.

Le R. RC Péruwelz quitte son stade de la "Verte Chasse" à Péruwelz pour déménager vers celui du Cannonier à Mouscron où il termina la saison. L'appellation du club devint Royal Mouscron-Péruwelz en vue de la saison 20102011.

Pour être complet, signalons qu'un nouveau club nommé Péruwelz FC fut refondé dans la localité de Péruwelz. Ce cercle s'affilia à l'URBSFA qui lui attribua le matricule 9540. En septembre 2010, il débuta en 4e provinciale (8e et dernier niveau). le PFC remporta le titre dès sa première saison et monta en 3e provinciale.

Royal Mouscron-Péruwelz[modifier | modifier le code]

La genèse du club[modifier | modifier le code]

Ce club tire son nom et sa forme actuelle du rachat du matricule 216 du RRC Péruwelz par la SCRL "Futurotop WP" le 11 mars 2010. Cette société fut créée débuts 2010 par des personnalités mouscronnoises suite à la mise en liquidation et donc à la disparition de l'Excelsior Mouscron dont le matricule 224 fut radié par la Fédération belge en juin 2010. Le matricule 216 du RRC Péruwelz évoluait en D3 mais une erreur administrative provoque sa descente en Promotion (niveau 4).

Le RMP opta pour les couleurs Rouge et Bleu (le RRCP évoluait en Bleu et Blanc, l'ancien Excelsior en Rouge et Blanc).

Comme dans plusieurs autres cas, il est bon de souligner qu'il n'y eut pas fusion entre les deux matricules.

2010-2012 : Deux montées consécutives[modifier | modifier le code]

Le R. Péruwelz-Mouscron évolue en Promotion, en 2010-2011, sous la conduite de Philippe Saint-Jean. Après un début de championnat hésitant, l'équipe trouve son rythme de croisière et prend la tête du classement. Mais en fin de parcours, le stress étreint le groupe qui se fait rejoindre sur le fil par le R. Géants Athois. À égalité de points, les deux clubs sont départagés par leur nombre de victoires. Avec 22 succès, Ath est sacré au détriment de Péruwelz (21). Toutefois, qualifié pour le tour final, le « RMP » y bat Sprimont (4-0), puis s'impose après prolongation (1-2) à KSKL Ternat. La dernière rencontre décisive est remportée (2-0), le 29 mai 2011, contre le Sparta Petegem. Une victoire qui ramène le matricule 216 au troisième niveau.

Le club débute le championnat 2011-2012 avec beaucoup d'ambitions. Celles-ci sont confirmées, le 4 novembre 2011 quand le « RMP » signe un partenariat avec le LOSC qui entre dans le capital du RMP à hauteur de 26 %[2],[3]. La Louvière prend le meilleur départ mais Mouscron-Péruwelz se tient en embuscade et bat les Loups lors de la 10e journée. Trois semaines plus tard, le RMP prend la tête et la conserve jusqu'au terme de la compétition. Le 14 avril 2012, malgré un partage de l'enjeu à Virton (0-0). Le Royal Mouscron-Péruwelz est sacré champion car La Louvière a aussi concédé un nul. Le club poursuit sa domination et ne concède qu'un seul revers (0-1) lors du derby contre Tournai.

Le 17 avril 2014, le club reçoit l'autorisation du palais de porter le nom "Royal" et c'est ainsi sous le nom "Royal Mouscron-Péruwelz" qu'il poursuivra son chemin.

Le parcours du RMP en Coupe de Belgique lors de cette saison 2011-2012 est aussi remarquable puisqu'en se défaisant tour à tour de Leopoldsbourg, du K. SK Heist et du K. VK Tienen en tour préliminaires, le RMP se qualifie pour les seizièmes de finale de l'épreuve qui l'oppose donc à un club de première division[4]. Le club rencontre le K Beerschot AC et réalise une performance plus qu'honorable. En effet dès la 4e minute, Samuel Dog enverra d'un coup de tête le coup franc de Kieran Felix au fond des filets. Le Beerschot peine mais finit par émerger sur un but de Dayan à la 54e. Au bout du temps réglementaire le score est toujours de 1-1, on aura donc droit aux prolongations. Dans la seconde période de cette dernière le RMP obtiendra même un pénalty. Kieran Felix, qui n'avait jamais raté un penalty pour le RMP, se chargera de le botter viendra malheureusement sur le portier local. Le match sera finalement remporté par le Beerschot aux tirs au buts (4-3)[5]. Les supporters mouscronnois resteront de longues minutes pour applaudir la performance de leur équipe.

2012-2014 : Les années D2[modifier | modifier le code]

Mouscron-Péruwelz commence très bien la saison 2012-2013, mais lachera du lest après quelques journées et glissera vers le milieu du classement. Il est important de signaler que le changement de division n'est pas la seule nouveauté dans le club mouscronnois puisque le LOSC devient l'actionnaire majoritaire du club à auteur de 51%. Une démarche qui fera fuir certains supporters reprochant une certaine "francisation" du Royal Mouscron Péruwelz [6]


À l'image de la saison précédente, le RMP réalisera à nouveau un beau parcours en Coupe. Maintenant que le club est en Division 2, le RMP n'a plus que 2 tours préliminaires à passer avant de se mesurer à un club de Jupiler Pro League. Les Mouscronnois se débarasseront tourr à tour du KVK Ieper et des pensionnaires de Promotion de Spouwen-Mopertingen pour atteindre le stade des seizièmes[7]. Et cette année le RMP recevra un ténor du championnat belge puisque c'est le Standard de Liège qui viendra fouler les pelouses du Canonnier. Tout comme la saison précédente, le RMP surprend tout le monde en ouvrant le score dès la 8e minute par l'intermédiaire de Mezine, qui saura profité d'un gros travail de Ruiz. Le RMP résistera aux assauts répétés du Standard avant de craquer à la 85e et un pénalty converti par Ajdarevic. Ce sera donc la prolongation, et le Standard ne tardera par à prendre l'avantage sur un malencontreux CSC des Mouscronnois. Alors qu'on pensait le match plié, Ruiz, encore lui, obtiendra un pénalty qu'il convertira avec sang froid. Malgré leur infériorité numérique, le Standard trouvera les ressources nécessaires pour reprendre une nouvelle fois l'avantage dans ce match, et cette fois-ci de manière définitive. C'est donc la tête haute que le RMP quittera la compétition sur ce score de 2-3[8].

Le RMP termine sa première saison de division 2 à la deuxième place, 10 points derrière le KV Ostende. Il peut, cependant, encore rêver de montée en première division via le tour final de D1/D2 qu'il dispute avec le Cercle Bruges, qui lutte pour son maintien parmi l'élite, le KVC Westerlo et le White Star Woluwe. Le 24 mai 2013, le RMP termine le tour final à la première place, ex-æquo avec le Cercle Bruges, avec 12 points sur 18 mais rate la montée en division 1 à cause de la différence de buts des confrontations directes. C'est donc Bruges qui reste parmi l'élite.

Pour sa seconde saison en D2 , le RMP débute sur les chapeaux de roue en enchaînant 8 victoires et 1 match nul. Cependant l'étroitesse du noyau (le noyau a en effet été fortement réduit comparé aux exercices précédents) ne tardera pas à se faire sentir. Alors que la première tranche semble quasiment acquise, KAS Eupen prive les Mouscronnois de celle-ci en venant s'imposer au Canonnier. Mouscron, moins flamboyant que les années précédentes, cède du terrain. C'est alors que la direction lilloise décide de réagir en nommant Rachid Chibab, entraineur de la CFA du LOSC. 3 renforts le suivront de la CFA lilloise vers l'équipe mouscronnoise : Nicolas Perez, Thibault Peyre et Sébastien Pennachio. Ce dernier ayant été formé au futurosport (le centre de formation de Mouscron). Le club recrutera d'autre part un Mouscronnois d'origine en la personne de Yohan Brouckaert et Harlem Gnohéré.

À la fin de la saison régulière c'est finalement le KVC Westerlo qui emporte le championnat avec 78 points[9].. Le RMP finira lui la saison à la 4e place avec 66points et jouera le tour final, pour la seconde année consécutive, accompagné du KAS Eupen et de K Saint-Trond VV (respectivement 2e et 3e du championnat) et d' OHL (sorti victorieux des Play-off III face au RAEC Mons). Le tour final débute par un 0-0 inespéré face à OHL. Le RMP est passé par le chas de l'aiguille après qu'Ibou Sawaneh a raté un penalty en toute fin de match. Mouscron poursuit sur sa bonne dynamique en s'imposant 2-1 face à K Saint-Trond VV. L'équipe subira ensuite un coup d'arrêt en s'inclinant face au KAS Eupen dans un match qu'ils ont pourtant dominé de bout en bout. Quatre jours plus tard, les Hurlus iront remonter un retard de 2 buts en terre germanophone pour aller chercher un partage 2-2. En s'imposant face à OHL à domicile, et avec encore une histoire de pénalty puisqu'Ibou verra son envoi arrêté par Oukidja, le RMP recollera en tête du Tour Final puisque le KAS Eupen partagera à domicile face à K Saint-Trond VV. A l'aube de la dernier journée, suite aux confrontations directes encore, la seule possibilité de montée du RMP est de faire un meilleur résultat qu'Eupen. Ce ne sont pas moins de 500 supporters mouscronnois qui feront le déplacement chez les trudonnaires pour voir leur équipe s'imposer sur un score de 2-4. À la mi-temps pourtant, la situation était loin d'être idyllique puisque le RMP était mené 1-0 alors qu'Eupen et OHL étaient à égalité 1-1. En seconde période, le RMP égalise rapidement. A vingt minutes de la fin, le RMP fait 1-2, OHL prend l'avantage sur Eupen (2-1) et dans la foulée, le RMP fait 1-3. Un pénalty de chaque côté dans les dernières minutes ne changera plus rien : le RMP gagne 2-4 alors qu'Eupen est battu 2-1. Le Royal Mouscron-Péruwelz remporte le tour final. 4 ans après la faillite de l'Excelsior en 2010, le RMP atteint la D1 belge[10].

Depuis 2014 : Le retour en D1[modifier | modifier le code]

Pour son retour en D1, le RMP a l'honneur de se déplacer chez le champion en titre Anderlecht. Malgré un très bon match, les frontaliers s'inclinent 3-1 face aux réalistes bruxellois. Par la suite le RMP n'a cessé d'impressionner en s'imposant notamment 5-2 face au Standard ou 4-0 face au Cercle Bruges pour se retrouver provisoirement à la 2e place du championnat avec un Diaby en tête des buteurs et Langil en tête des passeurs. Cependant malgré les très bons résultats sportifs, une certaine presse ne cesse de critiquer la trop grande francisation du noyau Mouscronnois. Cependant, si l'on s'intéresse de plus près à celui-ci, on remarque qu'un grand nombre de joueurs et d'originaire de la région mouscronnoise, le problème étant donc le statut de frontalier de Mouscron qui se trouve dans le rayon de la métropole lilloise. Il ne faut toutefois oublié que le règlement de la Jupiler Pro League impose un certain nombre de belge dans les noyaux et sur les feuilles de match. Avec le départ pour l'OHL d'un de ces rares belges, Yohan Brouckaert, le RMP se retrouve, à seulement 48H de la fin du mercato, en grand besoin de transfuges belges.

Résultats dans les divisions nationales[modifier | modifier le code]

Statistiques mises à jour le 25 mai 2014

Palmarès[modifier | modifier le code]

Bilan[modifier | modifier le code]

Saisons jouées en nationales
Niv Divisions Jouées Titres TM Up TM Down
I 1e nationale 0 0
II 2e nationale 2 0 2
III 3e nationale 6 1 1
IV 4e nationale 3 0 2
 
  TOTAUX 11 1 4 1
  • TM Up= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour une montée éventuelle.
  • TM Down= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour le maintien.

Classements[modifier | modifier le code]

Ordre Saison Nom du club Niveau Classement final Remarques
1 1935-36 RC Péruwelz Promotion (D3) série D 14e/14 Relégué
séries provinciales
2 2004-05 R. RC Péruwelz Promotion série A 7e/16
3 2005-06 R. RC Péruwelz Promotion série A 5e/16 Promu via tour final[saisons 1]
4 2006-07 R. RC Péruwelz Division 3 série A 4e/16 [saisons 2]
5 2007-08 R. RC Péruwelz Division 3 série A 2e/16 [saisons 3]
6 2008-09 R. RC Péruwelz Division 3 série A 14e/16 Barrages[saisons 4]
7 2009-10 R. RC Péruwelz Division 3 série A 18e/18 Relégué
8 2010-11 R. Mouscron-Péruwelz Promotion série A 2e/16 Promu via tour final[saisons 5]
9 2011-12 R. Mouscron-Péruwelz Division 3 série A 1er/18 Champion et promu
10 2012-13 R. Mouscron-Péruwelz Division 2 2e/18 Tour final[saisons 6]
11 2013-14 R. Mouscron-Péruwelz Division 2 4e/18 Promu via le tour final[saisons 7]

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Anciens entraîneurs[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Capitaines[modifier | modifier le code]

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2014-2015 au 30 juin 2014[11],[12]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 1] Nom Date de naissance Sélection[Note 2] Club précédent
1 G Drapeau de la France Cros, PierrickPierrick Cros 23/6/1991 (23 ans) France -20 ans FC Sochaux-Montbéliard
13 G Drapeau de la Belgique De Vlamynck, PatrickPatrick De Vlamynck 1/10/1977 (36 ans)
FC Charleroi
20 G Drapeau de la Belgique flèche vers la droite Dhoest, SvenSven Dhoest 9/4/1994 (20 ans) Belgique -19 ans Club Bruges
5 D Drapeau de la Belgique Monteyne, PieterjanPieterjan Monteyne 1/1/1983 (31 ans)
RAEC Mons
6 D Drapeau de la France Mézague, TeddyTeddy Mézague 27/5/1990 (24 ans)
Montpellier HSC
15 D Drapeau de la France flèche vers la droite Jeanvier, JulianJulian Jeanvier 31/3/1992 (22 ans)
LOSC Lille
16 D Drapeau de la Belgique Brouckaert, YohanYohan Brouckaert 30/10/1987 (26 ans)
KV Ostende
21 D Drapeau de la France Boli, KévinKévin Boli 21/6/1991 (23 ans)
CS Sedan Ardennes
25 D Drapeau de la France Delacourt, BenjaminBenjamin Delacourt 10/9/1985 (29 ans)
ES Wasquehal
29 D Drapeau de la France flèche vers la droite Peyre, ThibaultThibault Peyre 3/10/1992 (21 ans)
LOSC Lille
8 M Drapeau de la Belgique flèche vers la droite Verstraete, BirgerBirger Verstraete 16/4/1994 (20 ans) Belgique -19 ans Club Bruges
10 M Drapeau de la France Michel, JulianJulian Michel 19/2/1992 (22 ans)
LOSC Lille
11 M Drapeau de la France Mohamed, DimitriDimitri Mohamed 11/6/1989 (25 ans)
Amiens SC
19 M Drapeau de la France Dingomé, TristanTristan Dingomé 17/2/1991 (23 ans)
AS Monaco
22 M Drapeau de la Belgique Houzé, JérémyJérémy Houzé 22/10/1996 (17 ans)
0 Formé au club
26 M Drapeau de la France Vandendriessche, KevinKevin Vandendriessche 7/8/1989 (25 ans)
ES Wasquehal
27 M Drapeau de la France flèche vers la droite Pennacchio, SébastienSébastien Pennacchio 1/2/1983 (31 ans)
LOSC Lille
31 M Drapeau de la France flèche vers la droite Mbemba, NolanNolan Mbemba 19/2/1995 (19 ans)
LOSC Lille
7 A Drapeau de la Belgique flèche vers la droite Gano, ZinhoZinho Gano 13/10/1993 (20 ans) Belgique -19 ans Club Bruges
9 A Drapeau de la France Badri, AniceAnice Badri 18/9/1990 (24 ans)
LOSC Lille
17 A Drapeau de la Croatie Jakoliš, MarinMarin Jakoliš 26/12/1996 (17 ans)
HNK Šibenik
23 A Drapeau de la France flèche vers la droite Diaby, AbdoulayeAbdoulaye Diaby 21/5/1991 (23 ans)
LOSC Lille
28 A Drapeau de la France flèche vers la droite Perez, NicolasNicolas Perez 26/10/1990 (23 ans)
LOSC Lille
30 A Drapeau de la France Langil, SteevenSteeven Langil 4/3/1988 (26 ans) France espoirs EA Guingamp
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Karim Boukrouh



Légende

Consultez la documentation du modèle

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  2. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
Notes sur les classements saison par saison
  1. Le club remporte le classement de la troisième tranche et se qualifie pour le tour final. Il élimine successivement le VG Ostende, l'Eendracht Alost et le KSK Sint-Paulus Opwijk pour décrocher la montée en Division 3.
  2. Le club n'est pas autorisé à participer au tour final pour la montée en Division 2 car il ne dispose pas de la licence pour le football rémunéré.
  3. Le club n'est pas autorisé à participer au tour final pour la montée en Division 2 car il ne dispose pas de la licence pour le football rémunéré.
  4. Le club termine à égalité avec le KSC Wielsbeke et les deux équipes doivent disputer un test-match pour déterminer laquelle sera quatorzième et l'autre quinzième. Péruwelz l'emporte et doit ensuite disputer le tour final de Promotion pour assurer son maintien en Division 3. Il est battu par le KSKL Ternat mais lors des repêchages, il élimine le KESK Leopoldsburg et la Royale Entente Bertrigeoise pour assurer de justesse son maintien.
  5. Le club termine à égalité avec les Royal Géants Athois, qui sont déclarés champions pour avoir remporté une victoire de plus. Il dispute alors le tour final où il élimine successivement Sprimont, le KSKL Ternat et le Sparta Petegem, ce qui lui permet de monter en Division 3.
  6. Le club termine à 10 points du champion, le KV Ostende. Il dispute ensuite le tour final pour l'accession à la Division 1, qu'il termine à la deuxième place à égalité de points avec le Cercle de Bruges, barragiste de D1 qui assure son maintien grâce à son avantage lors des confrontations particulières.
  7. Le club dispute le tour final pour l'accession à la Division 1, qu'il termine à la première place avec 11 points et rejoint donc la Division 1.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. http://www.losc.fr/actualite-foot-lille/infos-club/le-losc-au-capital-du-royal-mouscron-peruwelz
  3. http://footlille.com/breve-losc-29730-f-paquet-un-partenariat-inedit-.html
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_de_Belgique_de_football_2011-2012_-_Tours_pr%C3%A9liminaires
  5. http://www.dhnet.be/sports/football/le-beerschot-au-bout-du-suspense-51b7793ae4b0de6db97d676e
  6. http://www.footmercato.net/ligue1/la-drole-d-operation-du-losc-en-belgique_83544
  7. https://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_de_Belgique_de_football_2012-2013
  8. https://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_de_Belgique_de_football_2012-2013
  9. Classement
  10. Mouscron-Péruwelz en D1 : de St-Jean à Saint-Trond
  11. « Effectif professionnel actuel », sur losc.fr (consulté le 12 juillet 2011)
  12. (en) « Squad from OSC Lille in detail », sur transfermarkt.co.uk (consulté le 21 janvier 2012)

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]