Rover CityRover

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rover CityRover
Rover CityRover

Marque Rover
Années de production 2004 - 2005
Production environ 5 000 exemplaires
Classe Citadine
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence 1.4 (85 ch); Diesel 1.4D (54 ch); 1.6D (62 ch)
Transmission Traction Avant
Poids et performances
Poids à vide 1 040 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline
Dimensions
Longueur 3 703 mm
Largeur 1 924 mm
Hauteur 1 500 mm
Empattement 2 400 mm
Chronologie des modèles
Précédent Rover 100

La CityRover est une citadine commercialisée par le constructeur Rover en 2004 et 2005. Succédant à la Rover 100 des années 1980 et 1990, elle représente le dernier nouveau modèle présenté par Rover avant sa faillite en avril 2005.

Le lancement[modifier | modifier le code]

En 2003, Rover est désespérément à la recherche d'argent frais pour renflouer ses caisses. Pour étoffer sa gamme et augmenter le niveau de ses ventes, la firme passe un accord avec le constructeur indien Tata en vue produire en Europe sa berline à succès : l'Indica. Présentée en 2003, la CityRover sera finalement commercialisée en 2004.

Ce retard de lancement est dû à la qualité jugée insuffisante de la voiture. Ainsi, avant d'être commercialisée sous le blason Rover, l'auto fera l'objet de plusieurs amélioration, notamment au niveau de la finition, avec des plastiques de meilleure qualité, mieux assemblés, et de l'équipement.

Les tarifs[modifier | modifier le code]

En 2004, lors de sa commercialisations, la CityRover est proposée à un prix de base de 9 700 euros. La gamme débute avec la version "Select" et va jusqu'à la "Sprite", affichée à 13 600 euros, hors options. Ces tarifs placent la petite berline comme une des citadines les moins onéreuses à l'époque.

Gamme[modifier | modifier le code]

À sa naissance, la CityRover était proposée en 4 niveaux de finitions :

  • « Select » et « Solo » : il s'agit des finitions bas de gamme, avec des enjoliveurs intégraux, des plastiques extérieurs noirs et le moteur bas de gamme.
  • « Style » : à ne pas confondre avec les séries spéciales Peugeot ! Il s'agit de la finition milieu de gamme, qui reçoit des jantes alliages et des anti-brouillards avant.
  • « Sprite » : il s'agit de la version haut de gamme, qui reçoit des coloris spécifiques et une sellerie cuir.

Les critiques[modifier | modifier le code]

La Tata Indica était, extérieurement, en tout point similaire à la Cityrover

L'arrivée de la CityRover dans le catalogue du constructeur est un nouvel exemple de l'état inquiétant dans lequel se trouve Rover. Rapidement, on reproche à la CityRover son style simplet et la qualité relative de son habitacle, avec une finition largement en retrait sur la concurrence.

A l'époque, l'émission anglaise Top Gear se verra même refusé l'essai de la CityRover. Les journalistes improviseront donc un essai en caméra cachée se faisant passer pour d'éventuels acheteurs. Cet évènement apparaît révélateur de l'état de nervosité du constructeur.

Une très courte carrière[modifier | modifier le code]

Lancée en 2004, la CityRover eu une carrière très courte puisqu'elle ne dura que quelques mois. En novembre 2004, la production de la CityRover débute. En avril 2005, la groupe MG-Rover se déclare en faillite et la production de la CityRover cesse définitivement.

Actuellement, on estime que seuls quelques milliers d'exemplaires ont pu être produits, tous à destination du marché britannique. Bien qu'une version avec conduite à gauche ait été présenté au Salon de l'Automobile de Paris en octobre 2004, Rover n'a pas eu le temps de la mettre en production.