Route nationale 7 (France métropolitaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Route nationale 7 (France))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir N7, Route nationale 7, Nationale 7 et Route bleue.
Route nationale 7
N 7
Autres dénominations Route bleue
Route des vacances
Historique
Déclassements D 7, D 607, D 2007, D 907, D 707, D 307, D 7N, D N7, D 6007
Caractéristiques
Longueur 1 000 km
Direction nord / sud
Extrémité nord Parvis de Notre-Dame point zéro à Paris
Intersections

Autoroutes : A6 A77 A7 A46 A51 A8 A57
Routes nationales et départementales :
N6 à Fontainebleau et à Lyon
D2060 à Montargis
D940 aux Bézards
D965 à 12 km au sud-est de Briare
N151 à La Charité-sur-Loire
D977 D978 à Nevers
D2076 à Saint-Pierre-le-Moutier
D2009 N79 à Moulins
D46 N209 à Varennes-sur-Allier
N82 à L'Hôpital-sur-Rhins (sud de Roanne)
D389 à L'Arbresle
N82 à Chanas
N532 à Valence
N102 à Montélimar
D93n à Pierrelatte
N100 N107 D570n à Avignon
D8n à Aix-en-Provence
D10 aux Arcs (Var)
D97 au Luc (Var)
D98/D559 à Fréjus
D6185 à Cannes
D6202 à Nice
D6098 D6327 à Roquebrune-Cap-Martin

Extrémité sud Menton (frontière France-Italie)
Villes principales Le Kremlin-Bicêtre, Nemours, Montargis, Briare, Nevers, Moulins, Varennes-sur-Allier, Lapalisse, Roanne, Lyon, Vienne, Valence, Montélimar, Pierrelatte, Orange, Avignon, Aix-en-Provence, Fréjus, Cannes, Nice, Menton
Réseau Route nationale partiellement déclassée
Territoire traversé
6 régions Île-de-France, Centre, Bourgogne, Auvergne, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur
15 départements Paris, Val-de-Marne, Essonne, Seine-et-Marne, Loiret, Nièvre, Allier, Loire, Rhône, Isère, Drôme, Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes

La route nationale 7, ou RN 7, ou encore N 7, parfois également appelée la « route Bleue » ou encore la « route des vacances » (bien que le trajet diffère entre Roanne et Valence), était la plus longue des routes nationales de France avec 996 km. Avant son déclassement partiel, elle reliait Paris à Menton via l'ouest de la Bourgogne, le nord de l'Auvergne, la vallée du Rhône, le massif de l'Esterel et la Côte d'Azur.

Historique[modifier | modifier le code]

La capitale des Gaules se situant à Lugdunum (Lyon), elle devient le point de départ de toutes les voies établies par le gendre d'Auguste, Marcus Vipsanius Agrippa en 20 av. J.-C. Ce maillage au départ de Lyon restera dans l'histoire sous le nom d'étoile d'Agrippa. De là partent les routes vers Lutèce (Paris) qui suivent approximativement le tracé de l'actuelle N6, et vers Rome en longeant le Rhône et passant par Arausio (Orange) et suit le bord de la Méditerranée comme la nationale 7.

C'est au XVe siècle, avec la création de la poste royale par Louis XI qu'un réseau cohérent de routes de postes est mis en place. Les chemins de Paris à Lyon passent par Moulins (route du Bourbonnais) ou Dijon (route de Bourgogne). Le siècle suivant voit l'apparition des premiers transports réguliers de voyageurs et la plantation des ormes le long des voies pour les ombrager et les délimiter (le long des actuelles N6 et ex-N7).

C'est aussi à cette époque qu'est édité le Guide des chemins de France, de Charles Estienne (1552), l'ancêtre de tous les guides modernes.

Itinéraire[modifier | modifier le code]

De Paris à Lyon[modifier | modifier le code]

Les communes traversées par la RN 7 de Paris à Lyon sont :

Île-de-France : Paris (Porte d'Italie) • Le Kremlin-BicêtreVillejuifL'Haÿ-les-Roses (à l'ouest) • Vitry-sur-Seine (à l'est) • Chevilly-Larue (à l'ouest) • Thiais (à l'est) • Rungis (à l'ouest) • Orly (à l'est) • passage sous les pistes de l'Aéroport Paris-OrlyVilleneuve-le-Roi (à l'est) • Paray-Vieille-Poste (à l'ouest) • Athis-MonsJuvisy-sur-OrgeViry-ChâtillonGrignyRis-OrangisÉvryCorbeil-EssonnesLe Coudray-Montceaux (Plessis Chenet) • Saint-Fargeau-PonthierryPringyVilliers-en-BièreChailly-en-BièreForêt de FontainebleauFontainebleauBourron-MarlotteGrez-sur-LoingSaint-Pierre-lès-NemoursNemoursSouppes-sur-Loing.

Centre (Loiret) : DordivesFontenay-sur-LoingCepoyChâlette-sur-LoingMontargisAmillyMormant-sur-VernissonSolterre (La Commodité) • Nogent-sur-VernissonBoismorand (Les Bézards) • La BussièreBriareBonny-sur-Loire.

Bourgogne (Nièvre) : Neuvy-sur-LoireLa Celle-sur-LoireMyennesCosne-Cours-sur-LoireTracy-sur-Loire (Maltaverne) • Pouilly-sur-LoireMesves-sur-LoireLa Charité-sur-LoireLa MarcheTronsangesPougues-les-EauxVarennes-VauzellesNeversChalluy (à l'ouest) • Sermoise-sur-Loire (à l'est) • Magny-CoursSaint-Parize-le-Châtel (Moiry) • Saint-Pierre-le-MoûtierChantenay-Saint-ImbertTresnay.

Auvergne (Allier) : Villeneuve-sur-AllierTrévolAvermesMoulinsToulon-sur-AllierBessay-sur-AllierSaint-LoupVarennes-sur-AllierRongèresSaint-Gérand-le-PuyPérignyLapalisseSaint-PrixSaint-Pierre-Laval.

Rhône-Alpes : Saint-Martin-d'EstréauxLa PacaudièreChangySaint-Forgeux-LespinasseSaint-Germain-LespinasseSaint-Romain-la-MotteRoanneLe CoteauParignySaint-Vincent-de-BoissetSaint-Cyr-de-FavièresNeauxSaint-Symphorien-de-LayFourneauxMachézalJouxTararePontcharra-sur-TurdineBullyL'ArbresleFleurieux-sur-l'ArbresleLentillyLa Tour-de-SalvagnyDardillyCharbonnières-les-BainsTassin-la-Demi-LuneLyon.

La Nationale 7 à Lapalisse (Allier). Dessin de Thierry Dubois

La RN 7 commence au point zéro des routes de France, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, et quitte la capitale par la place d'Italie puis la porte d'Italie. Elle passe sous les pistes de l'aéroport d'Orly puis longe la Seine jusqu'à Fontainebleau. Elle oblique alors vers le sud à travers la forêt de Fontainebleau, traverse Nemours puis Montargis avant de rejoindre la vallée de la Loire à Briare.

À partir de Cosne-sur-Loire et jusqu'au sud de Nevers, la plate forme de la RN 7 a été récemment transformée en autoroute A77 et elle traverse la région viticole de Pouilly. Le village de Maltaverne (commune de Tracy-sur-Loire) et son célèbre virage « Sacha Distel » sont en revanche toujours traversés par l'ancienne route nationale.

Ancienne plaque indicatrice dans le village de Saint-Pierre-le-Moûtier
Ancienne plaque indicatrice à Lapalisse (Allier)

Au sud de Nevers, on abandonne la vallée de la Loire pour celle de l'Allier. La RN 7 est en cours d'aménagement et devrait être progressivement transformée en voie rapide ou en autoroute. Elle passe devant le circuit automobile de Nevers Magny-Cours, contourne Saint-Pierre-le-Moûtier avant de se diriger vers Moulins.

Le secteur marquant la « frontière » entre la Bourgogne et l'Auvergne, à deux voies, est particulièrement dangereux. Avant d'arriver à Moulins, après Villeneuve-sur-Allier sur le territoire de la commune de Trévol, on découvre au bord de la route (à droite en venant de Paris) un monument à la mémoire de quatre aéronautes : le capitaine Marchal, le lieutenant Chauré et les adjudants Vincenot et Réau, qui trouvèrent la mort le 25 septembre 1909 dans l'accident du dirigeable République. Dû aux ciseaux d'Henri Bouchard, ce monument fut inauguré le 29 septembre 1923.

Depuis les années 1990, le chef-lieu de l'Allier n'est plus traversé mais contourné. À la sortie sud de la ville, un échangeur permet d'accéder à la transversale nommée RCEA. C'est également à Moulins que commence la RN 9 (déclassée) en direction de Clermont-Ferrand et de l'Espagne en traversant le Massif central, devenant l'autoroute A75 jusque dans l'Hérault.

À Varennes-sur-Allier, la RN 209 permet d'atteindre la célèbre station thermale de Vichy. Peu après Lapalisse, on traverse les monts de la Madeleine : la route devient plus sinueuse. Sa transformation en voie rapide est achevée jusqu'à la frontière avec la Loire.

Le prestigieux restaurant familial Les frères Troisgros est fondé en 1930 en face de la gare de Roanne sur la nationale 7. L'agglomération de Roanne est désormais contournée par une rocade. À l'Hôpital-sur-Rhins, se trouve la bifurcation RN 7 – RN 82 : cette dernière se dirige vers Saint-Étienne. Elle permet également l'accès à Lyon par l'autoroute A89. Eugénie Brazier et Paul Bocuse y tiennent leur restaurant d'exception « La Mère Brazier » et « Paul Bocuse » à Lyon et à Collonges-au-Mont-d'Or près de Lyon à deux pas de la N7. Il faut alors franchir les monts du Lyonnais par le col du Pin-Bouchain pour atteindre Tarare, l'Arbresle, Lentilly, La Tour-de-Salvagny, où aboutit l'autoroute A89, et enfin Lyon (à Lyon, les RN 6 et RN 7 se retrouvent en se frôlant place Valmy devant la mairie du 9e arrondissement de Lyon et passent sous le tunnel de la Croix-Rousse). L'ancien tracé (D 407), depuis la place Pierre-Vauboin (ou place de l'Horloge) à Tassin-la-Demi-Lune, suivait, dans Lyon, l'actuelle avenue Barthélemy-Buyer jusqu'au quartier de Saint-Just et descendait sur le quartier de Perrache par la montée de Choulans.

De Lyon à Menton[modifier | modifier le code]

Les communes traversées par la RN 7 de Lyon à Menton via la frontière italienne sont :

Rhône-Alpes : LyonVénissieuxFeyzinSaint-Symphorien-d'OzonCommunay (Les Pins) • VienneReventin-VaugrisChonas-l'AmballanAuberives-sur-VarèzeLe Péage-de-RoussillonRoussillonSalaise-sur-SanneChanasSaint-Rambert-d'Albon • Le Creux-de-la-Thine • AndancetteSaint-VallierPonsasServes-sur-RhôneÉrômeGervansTain-l'HermitagePont-de-l'IsèreBourg-lès-ValenceValencePortes-lès-ValenceLoriol-sur-DrômeSaulce-sur-RhôneLa CoucourdeSavasse (hameau de L'Homme d'Armes) • MontélimarMalataverneDonzèrePierrelatte.

Provence-Alpes-Côte d'Azur : LapaludMondragonMornasPiolencOrangeCourthézonBédarridesSorguesLe PontetAvignonNovesSaint-AndiolPlan-d'OrgonOrgonSénasLambescSaint-CannatAix-en-ProvenceChâteauneuf-le-RougeRoussetPourcieuxSaint-Maximin-la-Sainte-BaumeTourvesBrignolesFlassans-sur-IssoleLe LucLe Cannet-des-MauresVidaubanLe MuyPuget-sur-ArgensFréjusLes Adrets-de-l'EstérelMandelieu-la-NapouleCannes • Golfe Juan • AntibesVilleneuve-LoubetCagnes-sur-MerSaint-Laurent-du-VarNiceVillefranche-sur-MerÈzeLa Turbie • passage à proximité de la principauté de MonacoBeausoleilRoquebrune-Cap-MartinMenton et en direction de Vintimille en Italie. La route est prolongée par la route italienne SS 1 (strada statale 1 Via Aurelia) qui se termine à Rome.

La RN 7 franchit le Rhône au niveau de la gare Perrache et se dirige vers VienneFernand Point fonde son restaurant d'élite « La Pyramide » en 1925. Elle suit la rive gauche du Rhône et passe par Valence, Montélimar, Orange et Avignon. Du fait de la présence de l'autoroute A7, la nationale ne comporte pratiquement pas de secteur à 2×2 voies et de contournement d'agglomération au sud de Lyon.

Borne au kilomètre 115 dans la Drôme.
Borne matérialisant la limite entre la Drôme et le Vaucluse.

À Valence se situe une récente et substantielle modification de tracé. Alors que l'itinéraire de la route était plus ou moins coincé entre le Rhône, l'autoroute et la ville, l'ouverture d'une section de rocade à 2×2 voies au nord de la Ville (entre la RN 532 et la RN 7) a permis d'intégrer à la route l'intégralité de cette rocade. En 1936 André Pic y fonde le prestigieux restaurant « La Maison Pic » sur la RN 7, repris par son fils Jacques Pic puis par sa petite fille Anne-Sophie Pic.

Au troisième trimestre 2007, les travaux commenceront pour la déviation de la nationale 7 à l'ouest d'Orange. Ouverture en 2009. La route sera une 2×2 voies.[Passage à actualiser]

À partir d'Avignon, le paysage change : on abandonne la vallée du Rhône pour se diriger vers Aix-en-Provence où la RN 8 (déclassée) se dirige vers Marseille. La RN 7 traverse Brignoles et longe le massif des Maures avant d'atteindre Vidauban, Le Muy puis Fréjus.

Pour continuer vers l'est, on peut emprunter la « corniche d'Or » (RN 98), la route de l'arrière-pays (RN 7) ou encore l'autoroute A8.

Entre Cannes, Antibes et Nice, la route a connu de nombreuses modifications de tracé. Elle longe notamment l'école de la Pinède à Cagnes-sur-Mer. Entre Nice et Menton, elle constitue la « moyenne corniche » et passe à proximité de la frontière monégasque. À l'origine, la route empruntait la « grande corniche » jusqu'aux années 1970. La frontière italienne se situe à l'est de la ville de Menton en direction de Vintimille. La route est prolongée par la route italienne SS 1 (strada statale 1 Via Aurelia) qui se termine à Rome.

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

La Nationale 7 près d'Aix-en-Provence, devant la montagne Sainte-Victoire.

Déclassements[modifier | modifier le code]

Un premier déclassement a eu lieu en novembre 1972 entre Tassin-la-Demi-Lune et le pont Gallieni à Lyon. Elle a repris le tracé de la RN 89 entre Tassin-la-Demi-Lune et la place Valmy à Lyon Vaise.

Le décret du 5 décembre 2005 ne conserve dans le réseau routier national que moins de la moitié de la longueur de cette route[2].

De Nevers à Lyon, la route conserve son statut de nationale. Cependant, il s'agit (en quelque sorte) d'un sursis, notamment entre l'Hôpital-sur-Rhins (commune de Saint-Cyr-de-Favières, près de Roanne) et Lyon, car il est expressément indiqué dans ledit décret que cette section de route cessera d'appartenir au réseau routier national lors de la mise en service du tronçon correspondant de l'A89, c'est-à-dire depuis 2013. Quant à la section Nevers-Roanne, elle est destinée à être transformée en autoroute (voir projets de l'A77).

L'autre grande section concernée est Vienne – Orange, itinéraire de dédoublement de l'A7 non déclassée en 2007, prévue pour être transformée en 2 × 2 voies dans un avenir assez lointain.

Un troisième secteur à Avignon est également conservé entre la ville et l'A7 près de Caumont-sur-Durance.

Tous les autres tronçons sont rétrocédés aux départements[3]. Les renumérotations ont déjà commencé.

  • Dans le Val-de-Marne, sur tout son parcours, la nouvelle numérotation est la D 7 depuis fin 2009.
  • En Seine-et-Marne, l'ensemble du parcours a pris début 2007 le numéro de D 607.
  • Elle traverse le Loiret sous la numérotation D 2007.
  • Dans la Nièvre, les anciens tronçons de la Nationale 7 s'appellent D 907.
  • Dans l'Allier, les traversées d'Avermes, de Moulins, de Toulon-sur-Allier, de Lapalisse et de Saint-Prix s'appellent désormais D 707 (il a existé une numérotation provisoire, en Nationale 2007).
  • Dans la Loire, elle s'appelle D 207 autour de Roanne.
  • Dans le Rhône, elle s'appelle D 307.
  • Dans le Vaucluse et plus particulièrement entre Sorgues et Orange, elle a été renumérotée en D 907.
  • Dans les Bouches-du-Rhône, elle s'appelle la D 7N.
  • Dans le Var : la désignation retenue D N7 a certainement été choisie pour conserver l'appellation N7, à grande valeur symbolique.
  • Dans les Alpes-Maritimes, elle est numérotée D 6007 jusqu'à la frontière italienne où son parcours se termine, sauf sur le territoire de la Métropole Nice Côte d'Azur où elle prend provisoirement le numéro de M6007 (cf. liens externes).

La RN 7 dans l'histoire populaire[modifier | modifier le code]

  • En tant que route des vacances, elle a fait l'objet d'une chanson de Charles Trenet, Nationale 7, en 1955.
  • Elle est mentionnée dans une chanson de Tito, Be Bop Tradition, parue en 1983.
  • Nationale 7 est également le titre d'un film réalisé par Jean-Pierre Sinapi avec Nadia Kaci et Olivier Gourmet.
  • Nationale 7 est également le titre d'un livre du photographe Christian Louis et de l'écrivain Pierre Drachline paru en 1988.
  • Nationale 7, un road-trip à la française est également le titre d'un livre du photographe Matthieu Raffard et de l'écrivain Albéric d'Hardivilliers paru aux éditions Transboréal en 2008.
  • Nationale 7: la route des vacances, guide pour flâner de Paris à Menton est le titre d'un guide de voyages de Peter Jacobs et Erwin De Decker paru aux éditions Hachette en 2009, traduit du néerlandais Langzaam door Frankrijk, éditions Lannoo, 2007 et 2011.
  • C'était la Nationale 7 est le titre d'un livre de Thierry Dubois paru en 2010 aux éditions Drivers.
  • Le nom du jeu 1000 bornes vient du fait que la route nationale 7 faisant environ 1 000 kilomètres, son inventeur l'a prise pour référence.
  • Nationale 7 est une attraction du Parc Astérix : un circuit de tacots au travers d'une petite campagne évoquant la route Bleue.
  • Dans la bande dessinée Le Tour de Gaule d'Astérix (page 28, case 2) de René Goscinny, les deux héros sont en route vers Nicae (Nice) et empruntent la VR VII, c'est-à-dire la RN 7.

Restaurants trois étoiles au Guide Michelin le long de la RN7[modifier | modifier le code]

Les musées de la RN 7[modifier | modifier le code]

Un musée de la route nationale 7 avait été ouvert en 2003 dans la commune de Piolenc dans le Vaucluse, à 5 km au nord d'Orange. On y trouvait d'anciens véhicules ayant fréquemment parcouru cette route à différentes époques, ainsi que des objets oubliés par des vacanciers distraits.

Fermé depuis 2006, il a rouvert ses portes le 1er juin 2009.

Un second musée a été ouvert dans le Loiret, à proximité de Mormant-sur-Vernisson, environ 10 kilomètres au sud de Montargis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La D6007 ne traverse pas Monaco mais longe la frontière à hauteur de La Turbie
  2. Décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national (points 25 Paris-Lyon-Marseille, 29 Paris-Saint-Étienne, 30 Vallée du Rhône-Espagne, 41 Clermont-Ferrand-Lyon et 93c sous l'aéroport d'Orly)
  3. « La RN 7 rétrograde », sur L'Express,‎ 14 décembre 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]