Route Lhassa – Katmandou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Route de l'Amitié entre le Lalung La (5 050 m) et le Tong La (5 150 m), avec le Lapche Kang (7 367 m) en arrière-plan

La route Lhassa – Katmandou est l'un des grands axes routiers de franchissement de l'Himalaya. Longue de 920 km, elle relie Lhassa, la capitale de la région autonome du Tibet en République populaire de Chine, et Katmandou, la capitale du Népal.

Le tronçon sur territoire népalais, long de 114 km, est connu sous le nom de Route Arniko[1] (Arniko Highway ou Arniko Rajmarg) et relie Katmandou au village frontière de Kodari en passant par Dolalghat et Barabisé.

Au Tibet, la route, longue de 806 km, constitue la partie la plus occidentale de la Route nationale de Chine 318 (China National Highway 318), qui relie Shanghai à Zhangmu (Dram). Au départ de Lhassa, elle franchit trois cols à plus de 5 000 m d'altitude (Gyatso La : 5 260 m, Lalung La : 5 050 m, Tong La : 5 150 m) et passe par Shigatse, Lhatsé, Tingri, Nyalam (Tsongdu) jusqu'à la ville frontalière de Zhangmu.

Les deux routes sont parfois regroupées sous l'appellation unique de « route Chine – Népal » (China-Nepal Highway) ou « route de l'Amitié » (Friendship Highway), la première ayant les faveurs des publications chinoises contemporaines et la deuxième celle de l'industrie touristique.

C'est une artère commerciale importante ainsi qu'un itinéraire touristique prisé au Tibet tant pour son intérêt culturel que pour la beauté des paysages traversés.

Importance historique, stratégique et commerciale[modifier | modifier le code]

La route automobile reliant Katmandou à Lhassa fut construite dans les années 1960 pour faciliter le commerce entre le Népal et le Tibet. Avant la route, il fallait en effet environ 45 jours pour se rendre de Katmandou à Lhassa par le col de Kouti (en népali) ou Nyalam (en tibétain). Le transport des hommes et des marchandises était assuré, côté Tibet, par des mules, de petits chevaux, des yaks, et, côté Népal, principalement par des porteurs[2].

Dès 1956, le Népal avait été relié à la Nouvelle-Delhi par une route moderne construite grâce à l'assistance indienne[3]. Le projet de remplacer l'ancienne piste Katmandou-Lhassa par une liaison moderne apparaît dès 1956 mais l'insurrection au Tibet (entre 1956 et 1959) en retarde la mise en chantier[4]. À la suite de l'adoption en 1960, par le roi du Népal, Mahendra, d'une politique pro-chinoise, les bons rapports instaurés entre les deux pays aboutissent à l'accord du 15 octobre 1961 sur la construction de la route (Highway Construction Agreement) qui suit de peu la ratification d'un traité frontalier. Le chantier sera conduit par des techniciens chinois dans le cadre de l'aide apportée par la Chine au Népal. Mal vu par le gouvernement indien, alors en froid avec la Chine à cause de l'Aksai Chin, cet accord suscita dans certains milieux indiens la vision de chars chinois dévalant vers Delhi. Le roi Mahendra passa outre, faisant remarquer que le communisme n'immigre pas en taxi. La route Arniko fut inaugurée le 26 mai 1967[2].

La route de l'Amitié avait été précédée en 1954 par la « route de la Liberté » (en anglais Freedom Highway), joignant Xining à Lhassa[5], elle-même doublée par la ligne ferroviaire Qing-Zang depuis 2006.

Tracé[modifier | modifier le code]

Lhassa - Shigatsé[modifier | modifier le code]

Partant de Lhassa, la route de l'Amitié suit la rivière Kyi (ou rivière de Lhassa) sur environ 60 km jusqu'au point de confluence de cette dernière avec le fleuve Yarlung (qui prend le nom de Brahmapoutre en Inde) à Chushul. La route longe ensuite la vallée du Yarlung jusqu'à Shigatsé, la 2e plus grande ville de la région autonome et anciennement résidence des panchen-lama. Une ramification de la route traverse le Yarlung à Chusul puis franchit le col de Gampa (ou Kampa) à 4 800 m d'altitude, longe la rive du lac Yamdrok Yutso avant de franchir le col de Kara à 5 045 m d'altitude, au pied du pic Noijin Kangsang puis de dévaler la vallée de la rivière Nyang jusqu'à Shigatsé en passant par Gyantsé.

Shigatse - Lhatsé[modifier | modifier le code]

Passé Shigatse, la route remonte la vallée du Yarlung en direction de l'ouest, traverse Lhatsé puis, juste après, oblique vers le sud-est à Chapu et franchit la ligne de partage des eaux du Brahmapoutre et de l'Indus près du mont Kailash et du lac Manasarovar, avant de continuer vers Ali dans le comté de Gar.

Lhatsé - Tingri[modifier | modifier le code]

Passé Chapu près de Lhatsé, la route de l'Amitié conserve l'appellation de route nationale 318 et tourne en direction du sud-ouest, traversant la ligne de partage des eaux entre le Brahmapoutre et le Gange au col de Gyatso, le plus élevé de toute la route à 5 260 m d'altitude. Dévalant ensuite, moyennant un dénivelé de 1 000 m, jusque dans la plaine alluviale de la rivière Bum (qui devient la rivière Arun au Népal), la route passe devant Shekar ou Shelka (le nouveau Tingri) puis traverse le vieux Tingri (deux villes qui constituent la porte d'accès au monastère de Rongbuk et au flanc nord de l'Everest).

Tingri - Zhongmu[modifier | modifier le code]

Continuant toujours en direction du sud-ouest, la route franchit le col de Lalung (5 050 m) puis, peu après, celui de Tong (ou Yakri Shung ou Yakrushong) (5 150 m), qui marque la ligne de partage des eaux entre la rivière Bum et la rivière Matsang Tsangpo (ou Sun Kosi pour les Népalais). La route de l'Amitié longe ensuite le Matsang Tsangpo jusqu'à l'ancien comptoir commercial de Nyalam (3 900 m) puis traverse des gorges verdoyantes jusqu'à Zhongmu. La route se termine au pont de l'Amitié (en anglais Friendship Bridge) à la frontière entre la Chine et le Népal, à l'altitude d'à peine 1 750 m.

Kodari - Katmandou[modifier | modifier le code]

Entre la ville frontière de Kodari et Katmandou, la route de l'Amitié devient l'Arniko Rajmarg, la route Araniko (en anglais Araniko Highway). Elle a 116 km de longueur et passe par Barabisé et Dolalghat.

Entretien[modifier | modifier le code]

La route exige beaucoup d'entretien. En effet, sortie de la plaine de la vallée du Tsangpo, elle franchit des reliefs dont les pentes se délitent et s'éboulent fréquemment, même en saison sèche, bloquant le passage[6].

Monuments et paysages[modifier | modifier le code]

La route permet d'admirer des monuments culturels importants, la haute vallée du Yarlung Tsangpo, de vastes étendues de prairies, des massifs montagneux, dont cinq des plus hauts sommets du monde : l'Everest, le Lhotse, le Makalu, le Cho Oyu et le Shishapangma.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Du nom d'un célèbre artiste newar du XIIIe siècle dont les œuvres architecturales et d'orfèvrerie au Tibet lui valurent une telle réputation que l'empereur Khoubilaï l'invita à venir travailler en Chine », cf. Lucette Boulnois, La politique de construction de routes dans la région autonome du Tibet (1950-2001), p. 178-198, in Flora Blanchon (sous la dir. de), Aller et venir : Faits et perspectives, vol. 2 2, Presses Paris Sorbonne, 2002, 389 pages, p. 189.
  2. a et b Lucette Boulnois, op. cit., p. 190.
  3. Lucette Boulnois, op. cit., p. 189 : « Le commerce Népal-Tibet est encore assez important au XXe siècle pour que le gouvernement et les marchands népalais aient souhaité, dès les années 1960, la construction d'une route automobile reliant Kathmandou à Lhasa – le Népal était relié, dès 1956, à Delhi par une route moderne construite par l'aide indienne ».
  4. Emmanuel Gonon, Marches et frontières dans les Himalayas : géopolitique des conflits de voisinage, PUQ, 2011, 360 p., p. 288.
  5. (en) Zhao Zongzhi and Jia Lijun, Roads of Change Revitalize Tibet, China Daily, 5 janvier 2005, reproduit sur le site du World Tibet News (WTN), tibet.ca : « The Qinghai-Tibet Highway runs from Xinning, capital of Qinghai, to Lhasa, capital of Tibet, a distance of 2 000 kilometers. The highway, also known as "Freedom Highway", accounts for 85 percent of Tibet's cargo since it opened in 1954 ».
  6. Lucette Boulnois, op. cit., p. 191.

Voir aussi[modifier | modifier le code]