Route 175 (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
B175
Route 175
Boulevard Talbot

Image illustrative de l'article Route 175 (Québec)
Informations
Gérée par le MTQ
Longueur : 243,3 kilomètres (151,2 mi)[1],[2]
Direction : Nord / Sud
Ancêtres : OldRoad Qc54.png Route 54
Localisation
Régions : Chaudière-Appalaches, Capitale-Nationale, Saguenay-Lac-Saint-Jean
MRC : La Nouvelle-Beauce, La Jacques-Cartier
Villes : Lévis, Québec, Saguenay
Intersections
Extrémité sud : B218 R-218 à Saint-Lambert-de-Lauzon
Intersections : B73 A-73 à Lévis

B20 Brtc A-20 à Lévis
B132 R-132 à Lévis
B136 R-136 à Québec
B540 A-540 à Québec
B740 A-740 à Québec
B440 A-440 à Québec
B973 A-973 à Québec
B138 R-138 à Québec
B40 B73 A-40, A-73 à Québec
B369 R-369 à Québec
B371 R-371 à Stoneham-et-Tewkesbury
B169 R-169 dans la Réserve faunique des Laurentides
B170 R-170 à Saguenay
B70 A-70 à Saguenay
B372 R-372 à Saguenay

Extrémité nord : B172 R-172 à Saguenay
Image
Route 175 direction nord à la sortie du Pont de Québec.
Route 175 direction nord à la sortie du Pont de Québec.
Réseaux
Routes du Québec
Précédent B173 R-173 R-185 B185 Suivant

La route 175 (R-175) est une route nationale québécoise d'orientation nord/sud située de part et d'autre du fleuve Saint-Laurent. Elle dessert les régions administratives de Chaudière-Appalaches, de la Capitale-Nationale et du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle possède le statut de route principale du Canada[3] et est le principal lien routier entre le Saguenay—Lac-Saint-Jean et le reste de la province.

Parcours[modifier | modifier le code]

La route débute sur la rive sud du Saint-Laurent, où elle longe la rivière Chaudière jusqu'au fleuve. Elle le traverse via le pont de Québec avant de bifurquer vers l'est et de devenir successivement le boulevard Laurier et la Grande Allée dans le centre-ville de Québec. À la hauteur de l'Assemblée nationale, elle reprend une orientation nord-sud et prend les noms d'avenue Honoré-Mercier, côte d'Abraham et rue de la Couronne (direction nord) ou rue Dorchester (direction Sud). Ensuite, elle devient l'autoroute Laurentienne et forme en premier lieu un multiplex avec l'autoroute 973 et enfin avec l'autoroute 73. Sa section autoroute se termine environ 25 kilomètres plus au nord, à Stoneham-et-Tewkesbury, en même temps que l'autoroute 73. À partir de là, elle commence la longue traversée de la réserve faunique des Laurentides sous le nom du boulevard Talbot. Dans cette section, la route 175 est une route montagneuse et sinueuse. Elle se termine à Saguenay dans le secteur Chicoutimi-Nord de l'arrondissement de Chicoutimi, à la jonction avec la route 172 sur le pont Dubuc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la route[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réserve faunique des Laurentides.

La 175 tire ses origines des premiers chemins de terre de la fin du XIXe siècle[4]. Elle fut asphaltée dans les années 1940, fut inaugurée officiellement en 1951 et pris le nom de « 175 » en 1975[5].

Jusqu’à la création officielle du Parc National des Laurentides[6], aucune réglementation n’avait force de loi pour le contrôle et la préservation du territoire entre Québec et le Saguenay-Lac Saint-Jean[7]. La chasse se pratiquait à grande échelle autant chez les nord-américains que chez les amérindiens et le caribou était une prise recherchée.

Le parc fut créé en 1895 par le premier ministre conservateur Edmund James Flynn. Dès 1927, la chasse aux caribous sera interdite et passe sous le contrôle de l’État. Des quotas et des amendes s’appliquent sur l’ensemble du territoire. Après une chasse abusive, le gouvernement du Québec prend en main en 1928, la surveillance complète du parc tant du point de vue de la forêt que de la préservation de la faune.

Plusieurs gouvernements ont successivement manifesté l’intention de tracer une route praticable. Le premier projet de construction d’une route date de 1863. Le gouvernement de l’époque mandate une équipe d’arpenteurs afin de trouver le meilleur tracé pour la future route. Le groupe se compose de Joseph-Xavier Perreault, John Nelson (père) et Achille-Alfred Hamel. L’expédition dure moins d’un mois et fait peu de bruit, malgré une publication relatant ce voyage.

En 1865, le curé de Beauport, Grégroire Tremblay, propose la construction d’une route entre Québec et Chicoutimi. Le gouvernement considère cette demande et accorde une aide financière de 5 000 $. Après quelques années, le chemin de terre relie Saint-Jérôme à Québec et s’étend sur une distance de 227 kilomètres.

En 1873, Mgr Dominique Racine envoie une délégation à Québec demandant que la route se rende jusqu’à Chicoutimi. Le gouvernement réaménage le chemin et construit une section du trajet menant jusqu’à Chicoutimi. Le parcours est achevé en 1882 et servira de tracé pour la future route 54.

En 1926, à l'occasion de la construction d'une ligne de transmission électrique[8] entre l'Île-Maligne et Limoilou, on refait, par embranchement d'Hébertville, l'ancien chemin de Québec, surnommé « chemin des Poteaux », que suivait à peu près cette ligne électrique. La Shawinigan Water & Power[9] construisait une ligne électrique depuis St-Joseph d'Alma jusqu'à Beaupré, afin d'ériger une longue série de pylônes supportant de nombreux fils transportant, dans les grands centres, l'énergie développée dans les usines hydroélectriques de l'Île-Maligne[10]. Au même moment, surgit le projet d'un lien entre ce chemin et Chicoutimi en passant par Laterrière et la rivière Upika, où la compagnie Price avait un chemin de service.

En 1927, la Chambre de commerce de Roberval, organise une expédition en automobile pour traverser le Parc. Trente hommes et sept automobiles partent de l’Hôtel Lemay à Hébertville, le 5 septembre à minuit. L’équipe arrive à Québec, le lendemain 6 septembre à une heure du matin. Ce voyage qui dura 25 heures constituait une aventure pittoresque pour l’époque.

En 1934, le ministère de la voirie modifie le numérotage de la route St-Siméon-Grande-Baie-Chicoutimi-St-Bruno comme étant la route no 16. Pour sa part, la route Québec-Lac-St-Jean via le Parc des Laurentides sera désormais numérotée comme la route 54. Ce tronçon était numéroté auparavant comme étant la route 15. La route faisant le tour du Lac-St-Jean aura le numéro 55 et le numéro 56 sera attribué à la route Baie-St-Paul-St-Urbain-Grande-Baie[11].

Au cours de l’hiver de 1933-1934, 800 hommes ont travaillé pour le ministère de la voirie du Québec afin d’améliorer la route Québec-Chicoutimi-tour du Lac-St-Jean. Ces travaux consistaient à construire des ponts et ponceaux, le concassage de pierre pour le revêtement de la route ainsi que le nivelage de certaines parties de la chaussée dans la partie nord du lac Jacques-Cartier[12].

Le ministère des Mines et des Pêches du Québec publiait en 1938 un dépliant touristique présentant le parc comme « The Fisherman's Paradise » et y mentionnait que le gouvernement souhaitait réaliser depuis plusieurs années l’ouverture de routes et de portages[13].

Route 54[modifier | modifier le code]

La route 54 traversant le parc des Laurentides

Depuis le milieu du XIXe siècle, il existait un autre chemin[14] entre Charlevoix et Chicoutimi (la route du Petit Parc)[15]. Durant les années 1920, le gouvernement priorise l’amélioration de cet axe routier où le trajet pour aller à Québec pouvait prendre jusqu’à huit heures[16].

Le projet de la route 54 est né au cours des années 1930 même si à l'époque, les priorités des élus n’étaient pas orientées vers la construction de chemins publics. Les rapports annuels[17] de la voirie provinciale entre 1941 et 1943 se résument à des réfections et repavage de section de routes existantes. Mais en 1944, il y a début de l’arpentage et en 1945, le ministère de la voirie entreprend à environ 116 km Québec, la construction d’une nouvelle route à partir du grand lac-Jacques-Cartier jusqu’à Laterrière. La route aura une longueur de 81 km. Les travaux seront poursuivis tôt au printemps et il était prévu que la route pourrait être ouverte à la circulation à la fin de 1947.

Les travaux de construction étaient supervisés par l’ingénieur en chef du ministère de la voirie Monsieur Ernest Gohier. En octobre 1945, les contrats de construction étaient accordés à la compagnie Champlain Highway Paving, pour la portion nord sur une distance de 54 milles et à la compagnie Cartier McNamara pour la section sud sur une distance de 45 milles. Ces contrats étaient les plus importants jamais accordés par le ministère de la voirie pour une somme totale de 2 500 000 $CAN. Des sous-contractants provenaient de la région.

Parallèlement, on avait renoncé aux travaux d’hiver en raison des coûts exorbitants. Se basant sur des méthodes employées pour la construction de la route de l'Alaska, chantier réalisé pendant la Seconde Guerre mondiale permettant de relier Dawson Creek et Fairbanks sur 2 400 km sur un terrain difficile et montagneux, les ingénieurs ont employé des techniques similaires. Des camps à environ tous les 16 km logeaient les travailleurs. Au plus fort des travaux, plus de 600 hommes étaient au travail embauchés par les entrepreneurs, inlcuant une soixantaine du ministère de la Voirie.

Entre 1945 et 1946, la machinerie lourde, venant de surplus de véhicules militaires, fait son apparition. Plus de 200 ponts et ponceaux ont été construits exigeant 120 000 verges cubes de béton, 150 000 sacs de ciment et 1 080 000 livres d’acier. Une usine de concassage fut d’abord installée à la côte de Clairval pour ensuite être transportée près du camp numéro 3 et finalement à l’intersection des Portes de l'Enfer où débouchait la route en direction du Lac-St-Jean. On trouvait une usine d’asphalte au même endroit et jusqu’en 1950. Les entrepôts, les ateliers et les forges se trouvaient pour leur part à Laterrière. Le tout fut réalisé par des professionnels et de techniciens québécois. Plusieurs années après son achèvement, des groupes d’ingénieurs européens, américains et asiatiques vinrent étudier le projet.

Le pavage de la route est complété le 22 juillet 1948. À partir de 1950, la route est divisée en trois sections : la route 54 (Québec-Stoneham-lac-Jacques-Cartier), la route 54-A (lac Jacques-Cartier-Héberville, et la route 54-B (lac Jacques-Cartier-Laterrière-Chicoutimi). La section Laterrière-Chicoutimi avait été complétée en 1949[18].

La route du Parc fut inaugurée[19] le 30 septembre 1951[20] en présence du Premier ministre Maurice Duplessis[21] et du ministre de la voirie Antonio Talbot[22]. Encore de nos jours, on peut voir des enseignes annonçant le boulevard Talbot[23].

La section Hébertville-lac Jacques-Cartier est entièrement reconstruite de 1955 à 1958. La section Stoneham-Notre-Dame-des-Laurentides est remplacée par une nouvelle route, asphaltée en 1959. Finalement, en 1960-1961, le boulevard des Laurentides (devenant plus tard autoroute 73) facilite l'entrée à Québec[24].

En 1975 la route 54 devient la route 175[22].

En octobre 2012, le ministre des Transports du Québec Monsieur Sylvain Gaudreault déclare que: « le projet pourrait être inférieur au 1,1 milliard$ projeté par le ministère en juillet 2009 »[25].

Les barrières[modifier | modifier le code]

Comme le Parc des Laurentides était un territoire à accès limité, trois barrières étaient dressée à ses entrées à Laterrière, Hébertville et Stoneham. Les véhicules devaient arrêter obligatoirement à ces postes de contrôle. Deux gardiens du ministère de la Faune inscrivaient les renseignements suivants :

  • Date et heure : le voyage devait s’effectuer en une heure trente minutes minimum ;
  • Le genre de véhicule ;
  • Le numéro de la plaque d'immatriculation ;
  • Le nombre de passagers et la destination.

Les statistiques à la barrière de Laterrière montraient une circulation quotidienne de 1 377 véhicules en 1962, 1 866 en 1967, 2 450 en 1972 et 3 184 en 1977. C'est cette année-là que le gouvernement abolit les barrières.

Le mouvement Accès-Bleuets[modifier | modifier le code]

Dès le XIXe siècle, des abris distants de 12 à 20 kilomètres les uns des autres, jalonnent le parcours. Dès 1869, un premier relais est établi à 95 kilomètres au nord de Québec, sur l’emplacement actuel du site de L'Étape. On y retrouve une cabane en bois et un four à pain. En 1942, s'ajoute un poste de protection des forêts. Au début des années 1950, le gouvernement provincial fait construire un complexe hôtelier qui sera démoli en 1973 afin de faire place à de nouveaux bâtiments. Le 5 septembre 2003, le bâtiment principal de L'Étape est complètement ravagé par un incendie[26]. Les installations seront reconstruites[27] en 2006[28].

Construction de la route à quatre voies divisées dans le secteur du lac des Roches (mai 2010).

La route se situe dans un environnement montagneux au climat difficile et souvent traversée par les animaux. Les accidents y sont fréquents[29]. En février 1989, à la suite d’une série d’accidents meurtriers dans la Réserve Faunique des Laurentides, nait à Jonquière le mouvement Accès-Bleuets[30] dont l’objectif principal était de transformer la route en un lien routier à quatre voies divisées[31]. Il fut fondé par Gilles Paquet, la conseillère municipale de Chicoutimi Marina Larouche[32] et l’animateur de radio Jacques Cayer[33].

Une pétition[34] de 101 000 noms est déposée à l’Assemblée Nationale afin de sensibiliser le pouvoir politique aux revendications régionales même si les dirigeants régionaux se disaient contre le projet de construction d’une autoroute à quatre voies divisées lors d’un colloque organisé par le Cégep de Chicoutimi[33]. La section régionale du Parti Vert du Québec de Sylvain Simard[35], plus tard député du Parti québécois à l’Assemblée nationale, déclara qu’il serait suffisant de s’en tenir à des travaux d’amélioration pour la sécurité routière et qu’il était inutile de revendiquer une route à quatre voies divisées car les besoins étaient injustifiés[36].

Accès-Bleuets continua ses démarches, dont l'installation d'un poste de péage symbolique sur la route 175 en juillet 1991[37]. La même année, le groupe LCL réalisa une étude d’opportunité d’amélioration du lien routier entre la région du Saguenay-Lac-St-Jean et la région de Québec dans le cadre des études sur la politique routière du Canada et les besoins connexes en investissements ainsi que la North American Trade Corridors de la Eastern Border Transportation Coalition (EBTC). Les premiers estimés chiffraient le coût d’un tel projet entre 500 millions $CAN et 1 milliard $CAN.

Avancement des travaux dans le secteur du kilomètre 123 (mai 2010).

En 1998, le ministre québécois des Transports Jacques Brassard déclarait[38] que l’amélioration des routes restait le meilleur scénario et que le plan stratégique de 1998-2003 du ministère prévoyait 17 chantiers de construction permettant de corriger des courbes sinueuses afin que la route soit convenable[39] et sécuritaire[40]. Un mois plus tard, le premier ministre de la province Lucien Bouchard, désavoueait la position de Jacques Brassard[41].

De son côté, le député conservateur du comté fédéral de Chicoutimi-le-Fjord André Harvey faisait pression auprès du gouvernement canadien[42] pour faire reconnaître la 175[43] comme route faisant partie du Réseau national canadien et de l’inscrire dans les priorités du Programme stratégique d’infrastructure routière (PSIR)[44]. Appuyé par une coalition d’une dizaine d’organismes du Saguenay-Lac-St-Jean (Accès-Bleuets, la Fédération touristique régionale, le CRCD, le Regroupement des hôteliers, le maire de Saguenay[45] Jean Tremblay), les démarches d’André Harvey sont couronnées de succès au mois d’août 2002 alors que le Premier ministre du Canada Jean Chrétien et le Premier ministre du Québec Bernard Landry, annonçaient à Saguenay l’élargissement de la route 175 à quatre voies divisées[46].

Le 7 mai 2004, le Premier ministre du Canada Paul Martin et le Premier ministre du Québec Jean Charest signaient à Saguenay[47] l’accord de financement portant sur l’élargissement à quatre voies divisées de la route 175. Cet accord prévoyait des investissements de l’ordre de 525 millions $CAN pour la première phase du projet[48]. En septembre 2008, une entente cadre est conclue entre Québec et Ottawa afin d’allouer une somme de 112,5 millions $CAN pour la phase 2 du projet.

Entre les mois d’avril à mai 2005, des audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) se tiennent sur les projets de réaménagement de la route 175. En octobre et novembre de la même année, deux décrets seront adoptés (Décret 923-2005, Décret 1050-2005) afin d’autoriser les travaux de l’axe routier 175[49] selon le calendrier suivant[50] :

  • 2002 à 2004 : 9,6 km
  • 2006 à 2008 : 48,0 km
  • 2007 à 2009 : 33,0 km
  • 2008 à 2010 : 36,0 km
  • 2009 à 2011 : 31,0 km
  • 2011 à 2013 : 3 km[51]

En juillet 2008, les gouvernements du Canada et du Québec annonçaient conjointement l'ouverture de l'exposition thématique portant sur le projet d'axe routier 73/175[52].

Le 13 mai 2011, le ministre des Transports du Québec Monsieur Sam Hamad annonçait que la limite de vitesse de la route 175 passait de 90 km/h à 100 km/h sur 94 % du trajet reliant Saguenay à Québec et ce à compter du 16 mai 2011.

Le 13 août 2012, l'ex-député fédéral André Harvey déclare dans une entrevue accordée au journal Le Quotidien que: le gouvernement de Jean Charest a réalisé la route 175 du premier au dernier coupe de pelle[53].

Le 10 septembre 2012, le ministère des Transports du Québec ouvrait aux automobilistes l'échangeur à l'intersection des routes 175 et 169 dans la réserve faunique des Laurentides. Plus de 96 % des travaux de construction de l'autoroute à quatre voies divisées sont maintenant terminés[54].

Le 10 janvier 2013, le maire de Saguenay Jean Tremblay propose de renommer la route 175 « Autoroute Marina Larouche » afin de rendre hommage à celle qui a été à l'origine des démarches pour l'obtention d'une route à quatre voies divisées[55]. Le projet du maire Tremblay suscite de nombreuses réactions, en particulier celle de l'épouse d'Antonio Talbot[56].

En septembre 2013, le gouvernement du Québec annonce[57] que l'inauguration officielle[58] de la 175 aura lieu le dimanche 22 du mois[59].

Selon l'historienne Russel-Aurore Bouchard, le gouvernement péquiste actuel s'attribue le travail des libéraux concernant l'inauguration de la route 175. Se sont « des pique-assiettes »[60]. Pour sa part, la conseillère municipale et fondatrice du mouvement Accès-Bleuets qualifiait cette inauguration de « Rien qu'un show boucane »[61]. De son côté le maire de Saguenay Jean Tremblay affirmait que la Route 175 est « un complément parfait au réseau de transport »[62].

Le 30 septembre 2013, la ville de Saguenay rendait hommage aux acteurs principaux qui ont contribué à la réalisation de l'autoroute 175 Madame Marina Larouche, Monsieur André Harvey ainsi que les bénévoles du mouvement Accès-Bleuets lors d'une cérémonie au conseil de ville[63].

Bilan routier[modifier | modifier le code]

La section qui traverse la réserve faunique des Laurentides est l'une des routes les plus dangereuses du Québec[64]. Elle traverse un plateau montagneux qui engendre de fortes variations de températures[64]. Le parcours routier est particulièrement difficile l'hiver en raison de la glace, de la neige et de la poudrerie. L'altitude, les forts vents et le froid rendent la visibilité et le déneigement difficiles.

Comptant un nombre important de collisions frontales[64], elle est l'une des routes où le nombre de collisions avec les orignaux est le plus élevé dans la province. On y compte ainsi en moyenne 45 collisions avec ces animaux par an, dont 90 % se produisent entre le crépuscule et l'aube[64]. Il est possible d'y rencontrer d'autres animaux sauvages tels des ours et porc-épics[65]. Ce passage est fermé quelquefois par année pour des raisons météorologiques ou à cause d'accidents[66],[67].

Une entente entre les gouvernements du Québec et du Canada va permettre de transformer cette dernière section en route à 4 voies et à 2 chaussées séparées pour en améliorer la sécurité. Selon le Ministère des Transports du Québec (MTQ), l'autoroute aura 122 km de complétée d'ici la fin de 2010. La mise en service complète est prévue pour 2012[50].

Selon le responsable du Bureau de surveillance du territoire de la Sureté du Québec pour le district du Saguenay-Lac-St-Jean, le bilan routier s'améliore depuis quelques années (2006-2009), au fur et à mesure que des tronçons de nouvelle route sont ouverts. En janvier 2011, la Sureté du Québec déclarait que les travaux d'aménagement de la route à quatre voies divisées dans la réserve faunique des Laurentides ont eu un effet bénéfique sur le bilan routier[68]. En effet, en 2010, il n'y a eu aucun accident mortel sur la route 175 dans la portion du territoire couverte par la Sureté du Québec Saguenay-Lac-St-Jean. D'autre part, la compilation des données de 2002 à 2011 tend à prouver que la circulation sur la 175 se fait de façon beaucoup plus sécuritaire[69] qu'entre les années 1980 à 1988[70].

En janvier 2012, le Ministère des Transports du Québec prend la décision de réduire la vitesse de 90 à 70 kilomètres à l'heure[71] à la hauteur de l'Étape en raison du secteur achalandé et de la fréquence d'accidents majeurs. Un tronçon de deux kilomètres près de la halte routière sera touché par cette mesure[72].

Pour la première fois dans la construction d'une autoroute au Québec, la 175 possède des dizaines de passages pour petits et grands animaux. Ces derniers ont maintenant leur propre chemin pour traverser l'autoroute en sécurité et ces passages sont très fréquentés[73].

Échangeurs (du sud au nord)[modifier | modifier le code]

La route 175 est une autoroute pour une trentaine de kilomètres. Voici la listes des échangeurs.

Municipalité Sortie Intersection
Section au nord du Pont de Québec
Québec 132 B136 R-136, Avenue des Hôtels, Boulevard Champlain
Québec 133 Chemin Saint-Louis
Début du chevauchement avec Quebec Autoroute 973.svg
Québec Début Rue de la Croix-rouge, 4e Rue, Pont Drouin (Feux de circulation)
Québec 2 Rue Lee, Rue Robert-Rumilly, Rue du Cardinal-Maurice-Roy
Québec 3 Rue Bourdages (direction Sud seulement)
Québec 4-E B138 R-138 Est, Boulevard Wilfrid-Hamel Est, Rue de l'Espinay
Québec 4-O B138 R-138 Ouest, Boulevard Wilfrid-Hamel Ouest
Québec 5 Rue Soumande
Québec 6 Boulevard des Cèdres (direction Nord seulement)
Fin du chevauchement avec Quebec Autoroute 973.svg et début du chevauchement avec Quebec Autoroute 73.svg
Québec 148 B73 A-73 Sud, Pont Pierre-Laporte
B40 A-40, Montréal, Sainte-Anne-de-Beaupré
Québec 149 Boulevard de l'Atrium, Boulevard Lebourgneuf
Québec 150 B369 R-369, Boulevard Louis-XIV
Québec 151 Boulevard Jean-Talon
Québec 154 Rue de la Faune
Québec 155 Rue Georges-Muir
Québec 156 Rue Bernier (direction Nord seulement)
Québec 157 Boulevard du Lac, Lac-Beauport
Québec 158 Rue Jacques-Bédard
Québec 159 Boulevard Talbot (direction Nord seulement)
Stoneham-et-Tewkesbury 167 B371 R-371, Stoneham, Tewkesbury, Lac-Delage
Stoneham-et-Tewkesbury 169 Chemin Crawford, Chemin des Frères-Wright
Stoneham-et-Tewkesbury 173 Chemin Saint-Edmond, Saint-Adolphe
Stoneham-et-Tewkesbury 182 Chemin du Panorama
Fin du chevauchement avec Quebec Autoroute 73.svg; continue en chaussées divisées avec intersections (sans échangeur)

Localités traversées (du sud au nord)[modifier | modifier le code]

Liste des municipalités dont le territoire est traversé par la route 175, regroupées par municipalité régionale de comté (MRC).

Chaudière-Appalaches[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Beauce

Hors MRC

Capitale-Nationale[modifier | modifier le code]

Hors MRC

La Jacques-Cartier

Traversée de la Réserve faunique des Laurentides

Saguenay-Lac-Saint-Jean[modifier | modifier le code]

Hors MRC

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des Transports du Québec, Distances routière, Québec, Les Publications du Québec,‎ 2005, 206 p. (ISBN 2-551-19693-0, ISSN 0714-2153, lire en ligne), p. 75
  2. Google Maps, « Carte de la route 175 » (consulté le 1 octobre 2011)
  3. Voir définition du Réseau routier national (RRN) et la Liste des routes du RRN, p.8
  4. Russel Bouchard, « Le Chemin des Jésuites : de Métabetchouan à Québec », Chroniques du Saguenay-Lac-St-Jean (du mythe à la réalité), Chicoutimi, 2011, p. 149-164.
  5. https://www.youtube.com/watch?v=rKVhCDoo5ko
  6. http://ia700306.us.archive.org/2/items/laurentidesnati00landgoog/laurentidesnati00landgoog.pdf
  7. Le Journal du 50e anniversaire de la Route du Parc des Laurentides, Programme souvenir, p. 5.
  8. http://id.erudit.org/revue/natcan/2012/v136/n2/1009099ar.pdf
  9. Claude Bellavance, Histoire de la Shawinigan Water and Power 1898-1963, Montréal, Éditions Boréal, 1994.
  10. Jean-Louis Fleury, Les coureurs de lignes. L'histoire du transport de l'électricité au Québec, Montréal, Stanké, 1999.
  11. Ministère de la voirie province de Québec, Rapport de 1934, Québec, 1934 p. 34.
  12. Ministère de la voirie province de Québec, Rapport de 1934, Québec, 1934 p.40.
  13. http://archive.org/details/laurentidesnatio00qube
  14. A Daniel dit Donaldson, Une merveilleuse odyssée. De Charlevoix à Mistassini, Lac-St-Jean, Chicoutimi, tome IV, 1986, 306 pages.
  15. Rapports sur le Saguenay. Commissaires des travaux publics 1847-1848, Centre d'études et de recherches historiques du Saguenay, 1968, 48 p.
  16. François Droüin, « Promotion touristique, gestion du réseau et autonomie provinciale. La voirie du Québec de 1922 à 1954 », Cap-aux-Diamants, no 111, automne 2012, p. 27-30.
  17. http://www.bv.transports.gouv.qc.ca/per/1142846/28_1934.pdf
  18. http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/100ans/capsules_historiques/1945_1960/faits
  19. Essor considérable promis par l'honorable M. Duplessis à la région de Chicoutimi, La Patrie, 1er octobre 1951.
  20. Le boulevard Talbot est la grande artère qui reliera le Nouveau-Québec à l'Ancien, déclare l'honorable Duplessis, Le Progrès du Saguenay, jeudi 4 octobre 1951.
  21. Chicoutimi sera dans quelques années la métropole de la partie la plus prospère de notre province, L'Action Catholique, 1er octobre 1951, p. 3,15.
  22. a et b « Impossible d'ignorer la 175 », Le Quotidien,‎ 3 juillet 2008 (consulté le 2 janvier 2009)
  23. Yves Laberge, « Pourquoi le boulevard Talbot entre Chicoutimi et Notre-Dame-des-Laurentides porte-t-il ce nom? », Cap-aux-Diamants, no. 111, automne 2012, p. 34.
  24. http://www.bv.transports.gouv.qc.ca/per/1143092/19_1964_1965.pdf
  25. http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201210/31/01-4588760-moins-de-100-m-en-reclamations.php
  26. Un symbole régional disparaît en fumée, Le Quotidien, 6 septembre 2003, p. 8.
  27. Élisabeth Fleury, « L'Étape sera reconstruite, » Le Soleil, 6 septembre 2003, p. A3.
  28. Vers la reconstruction de l'Étape. La Société des établissements de plain air du Québec vient d'accepter le projet d'un entrepreneur du Saguenay, TVA Nouvelles 28 mai 2006,http://tvanouvelles.ca/video/599686917001
  29. « Parc des Laurentides. La route a fait 69 morts en 9 ans », Le Quotidien, 28 février 1989, page 2.
  30. « Accès Bleuets. Déjà 2 000 sympathisants », Le Journal de Québec, 16 février 1989.
  31. Isabelle Jincgereau, « Accès-Bleuets demande son autoroute avant l'an 2000 », Le Soleil, 1er mars 1989.
  32. http://lecourrierdusaguenay.newspaperdirect.com/epaper/fr/viewer.aspx
  33. a et b (fr) Accès-Bleuets, « Mémoire présenté aux audiences publiques sur l’environnement concernant le Projet d’amélioration de la route 175 », Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (consulté le 10 janvier 2010)[PDF]
  34. Catherine Delisle, 100 000 signatures, Le Quotidien, 17 octobre 1998, p. 6.
  35. Le Parti Vert dit non à une route à quatre voies, Le Quotidien, 2 décembre 1992.
  36. Des leaders tournent le dos au mouvement Accès-bleuets, Le Quotidien, février 1989.
  37. PET, « Accès-Bleuets installe un péage volaontaire », Progrès-Dimanche, 28 juillet 1991.
  38. Catherine Delisle, Brassard rejette la route à quatre voies,Le Quotidien, 24 mars 1998, p. 4.
  39. Richard Banford, « Le PQ divisé dans Chicoutimi », Le Quotidien, 26 mars 1998, p. 8.
  40. Jacques Brassard et l'autoroute à quatre voies dans le Parc, Non, non et non, Le Quotidien, mardi 24 mars 1998, p. 1.
  41. Carol Néron, « Bouchard désavoue la position de Brassard », Le Quotidien, 1er avril 1998, p. 8.
  42. Vite la 175 à quatre voies, affirme le député Harvey, le Quotidien, 11 septembre 2003, p. 10.
  43. Denis Villeneuve, « Charest a réalisé la route 175 du premier au dernier coup de pelle. », Le Quotidien, mardi 14 août 2012, p. 12.
  44. Doublement de la route 175, Harvey s'attend à une bonne nouvelle, Progrès-Dimanche, 10 février 2002, p. A4.
  45. Visite à Ottawa. Jean Tremblay crée tout un tumulte, Le Quotidien, 1er mai 2002, p. 3.
  46. Jusqu'à 700 M$ pour doubler les voies vers Chicoutimi, Les Affaires, 25 mai 2002, p. 63.
  47. Québec et Ottawa confirment, La route 175 sera élargie d'ici 2009, Le Journal de Québec, samedi 8 mai 2004, p. 7.
  48. Québec accorde ses premiers contrats à des firmes de génie, Le Quotidien, 27 janvier 2004, p. 7.
  49. http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/Librairie/Publications/fr/grands_projets/axe_routier_73175/axe_routier73_175.pdf
  50. a et b (fr) Ministère des Transports du Québec, « Axe routier 73 / 175 », Gouvernement du Québec,‎ 7 mai 2004 (consulté le 1 janvier 2010)
  51. http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/Librairie/Images/Fr/grands_projets/axe_routier_73175/DGQE.Axeroutier73.175.CA.2012.07.27.pdf
  52. http://forumcommunicateurs.gouv.qc.ca/prix-zenith/2009/finalistes/stand-exposition/mtq-bienvenue-dans-caravane-73-175.asp
  53. Denis Villeneuve, « Selon l'ex-député André Harvey. Charest a réalisé la route 175 du premier au dernier coupe de pelle », Le Quotidien, 14 août 2012, p. 12.
  54. http://www.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/2012/09/10/009-echangeur-route_175-ouverture.shtml
  55. http://www.journaldequebec.com/2013/01/10/en-lhonneur-de-marina-larouche
  56. Johanne de la Sablonnière, « Route Marina Larouche. Affront injuste et méchant envers la mémoire d'Antonio Talbot », Le Courrier du Saguenay, 23 janvier 2013, p. 5.
  57. http://www.journaldequebec.com/2013/09/22/la-route-175-est-inauguree
  58. Mélyssa Gagnon, « Accès-Bleuets a gagné son pari », Le Progrès-Dimanche, 22 septembre 2013, p. 14-18.
  59. http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201309/21/01-4691849-linauguration-officielle-aujourdhui.php
  60. Jean-François Desbiens, « Des pique-assiettes. Le gouvernement péquiste s'attribue le travail des libéraux, selon elle. », Le Journal de Québec, Le dimanche 22 septembre 2013, p. 3.
  61. Stépgane Bégin, « Marina Larouche explique son absence à l'inauguration », Le Quotidien, lundi le 23 septembre 2013, p. 4.
  62. Stéphane Bégin, « Selon Jean Tremblay. Un complément parfait au réseau de transport », Le Quotidien, le lundi 23 septembre 2013, p. 5.
  63. http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201310/01/01-4695118-hommage-a-acces-bleuets.php
  64. a, b, c et d Daniel Carrière et Pierre Tonietto, « Construire la 175 », Découverte, Société Radio-Canada,‎ 31 janvier 2010
  65. Pascal Girard, « Clôtures pour contenir la faune - Les ours ont remplacé les orignaux », Le Progrès-Dimanche,‎ 24 janvier 2010, p. 5
  66. Marc Allard, « Déversement sur la 175 », Le Soleil,‎ 4 janvier 2010 (consulté le 16 janvier 2010)
  67. Julie Dufresne, « Un tragique accident », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,‎ 20 juillet 2009 (consulté le 16 janvier 2010)
  68. Stéphane Bégin, Bilan routier 2010. Moins de morts, plus de blessés, Le Quotidien, 20 avril 2011, p. 4.
  69. « La société épargne annuellement 1,3 M$ », Marc Pettersen, Le Courrier du Saguenay, 9 novembre 2011, p. 3.
  70. Jean-Marc Tremblay, « Moitié moins de morts dans le parc des Laurentides », Le Courrier du Saguenay, 9 novembre 2011, p. 3.
  71. http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/transports/201201/24/01-4489032-maximum-70-kmh-a-letape.php
  72. http://www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2012/01/25/001-vitesse-reduite-parc.shtml
  73. http://www.radio-canada.ca/emissions/decouverte/2012-2013/Reportage.asp?idDoc=252948&autoPlay=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2012/CBFT/2012-10-28_18_30_00_dec_3041_03_1200.asx

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Apogee Research / Hagler Bailly, Projet de mise à jour de l’Étude sur la politique routière nationale. Les incidences économiques d’un réseau routier national efficient, Ottawa, septembre 1998, 10 pages.
  • Banford, Richard, « L'échéance de construction de la 175 interroge », Le Quotidien, 25 août 2002, page A 6.
  • Bascaron, Sylvain, « Pour en finir avec les périls de la 175 », Québec Science, novembre 2003, page 28 à 32.
  • Bégin, Stéphane, « Moins stressant pour les chauffeurs », Le Quotidien, 7 janvier 2011, page 2.
  • Bégin, Stéphane, « Jamais le nombre de décès n'a été aussi bas », Le Quotidien, 7 janvier 2011, page 2.
  • Bégin, Stéphane, « Route à quatre voies divisées. Wow!, Le Quotidien, 7 janvier 2011, page 3.
  • Bégin, Stéphane, « La fin de la Route de la mort », Le Quotidien, lundi 23 septembre 2013, page 2.
  • Bégin, Stéphane, « La concrétisation d'un rêve pour André Harvey », Le Quotidien, lundi 23 septembre 2013, page 3.
  • Bégin, Stéphane, « Rien qu'un show boucane », Le Quotidien, lundi 23 septembre 2013, page 4.
  • Bégin, Stéphane, « Selon Jean Tremblay. Un complément parfait au réseau de transport », Le Quotidien, lundi 23 septembre 2013, page 5.
  • Berberi, Gabriel, « Le défi de la 175. Protéger les utilisateurs, la faune et leur environnement », La Voix du Vrac, volume 36, no 5, septembre-octobre 2010, pages 12–13.
  • Bernier, Yvon, « Le Parti vert dit non à une route à quatre voies », Le Quotidien, 2 décembre 1992.
  • Blanchet, Jean-Nicolas « Premiers soins. La 175 à vos risques et périls », Le Journal de Québec, mercredi 23 novembre 2011, p. 7.
  • Bolduc Denis, Laferrière Richard, Les effets des investissements routiers sur le développement économique du Québec, MTQ,2001.
  • Bouchard, Denis, « Jacques Brassard fait son mea culpa », Le Quotidien, 17 novembre 1998, page 6.
  • Bouchard, Denis, « La 175 deviendra une route à 4 voies divisées », Le Quotidien, 15 juin 1999, page 4.
  • Bouffard, Mélanie et autres, « Impacts de clôtures métalliques et de passages fauniques sur la sécurité routière et le déplacement des orignaux le long de la route 175 au Québec », Le Naturaliste canadien, vol. 136, no 2, 2012, p. 8-15. http://id.erudit.org/revue/natcan/2012/v136/n2/1009100ar.pdf
  • Brassard, Jacques, « Sur l'autoroute du parc des Laurentides », Le Journal de Québec, vendredi 27 septembre 2013, page 6.
  • Comité de travail Chicoutimi-Jonquière, Autoroute Talbot, document de réflexion et de concertation, [s. l.], juin 1988, 13 pages.
  • Conseil des ministres responsables des transports et de la sécurité routière, Mise à jour de 1997 de l’Étude sur l’état du réseau routier national et les besoins en investissements, Ottawa, septembre 1998, 27 pages.
  • Cloutier, Jean-François, « Frictions entre Québec et Ottawa », Le Journal de Québec, 15 octobre 2010, page 42.
  • Côté, Claude, « Des leaders tournent le dos au mouvement Accès-Bleuets », Le Quotidien, 24 février 1989.
  • De Bellefeuille, Sonia, Poulin Marius, « Mesures de mitigation visant à réduire le nombre de collisions routières avec les cervidés », Études, recherches et transport, MTQ,2004, 118 pages.
  • Delisle, Catherine, « Brassard rejette la route à quatre voies », Le Quotidien, 24 mars 1998, page 4.
  • Delisle, Catherine, « L'unité régionale se réalise autour du projet de la 175 », Le Quotidien, 28 février 2002, page 4.
  • Demers, Armand, « Le boulevard Talbot a trente ans », dans Saguenayensia, volume 20, no 6, novembre-décembre 1978, p. 165-171.
  • Desbiens, Jean-François, « Une historienne scandalisée. Le gouvernement péquiste s'attribue le travail des libéraux », Le Journal de Québec, dimanche 22 septembre 2013, page 3.
  • Desbiens, Jean-François, « Un moment historique », Le Journal de Québec, lundi 23 septembre 2013, page 5.
  • Deschênes, André, « Route 175: la limite de vitesse passe de 90 à 100 km/h », Le Courrier de Saguenay, 18 mai 2011, page 7.
  • Doré, Catherine, « Route 175: la limite de vitesse passe à 100 km/h », Le Quotidien, 13 mai 2011.
  • Gauthier, Sophie, « Québec donne le feu vert à la limite de 100 km/h sur la 175 », Le Réveil, 17 mai 2011, page 2.
  • Gagnon, Mélyssa, « Enfin! La 175 inaugurée aujourd'hui après huit ans de travaux », Le Progrès-Dimanche, dimanche 22 septembre 2013, p. 14-18.
  • Gagnon, Mélyssa, « Le cheval de bataille d'André Harvey », Le Progrès-Dimanche, dimanche 22 septembre 2013, page 16.
  • Giroux, Raymond, « Le député Harvey part en guerre contre Québec», Le Soleil, 28 octobre 2003, page A 8.
  • Gravel, Denis, « Sauver une demi-heure et plusieurs vies », Le Journal de Québec, lundi 30 septembre 2013, page 4.
  • Harvey, Réginald, « La route 175 arrive dans le décor. À la recherche d'infrastructures vertes », Le Devoir, 17-18 avril 2010, page G10.
  • Hémond, Élaine, « La route du parc des Laurentides, tout un défi technique », Québec-Science, octobre 1998, p. 40-45.
  • Labrie, Isabelle, « Réseau routier régional, Québec hausse les dépenses de 57 %. », Le Quotidien, 26 février 2010, page 8.
  • « L'honorable Duplessis à l'inauguration du boulevard Talbot », L'Action Catholique, 1er octobre 1951, p. 3,15.
  • Lévesque, Kathleen, « 100e du ministère des transports. L'émergence d'une politique routière », Le Devoir, samedi 31 mars et dimanche 1er avril 2012, p. A 10.
  • Lévesque, Kathleen, « 100e du ministère des transports. L'âge d'or des grands chantiers », Le Devoir, lundi 2 avril 2012, p. A2.
  • Lévesque, Kathleen, « 100e du ministère des transports. Le réseau routier en crise », Le Devoir, mardi 3 avril 2012, p. A4.
  • Lévesque, Laura, « Un mort sur le route 175 », Le Quotidien, samedi 8 octobre 2011, p. 3.
  • Middlemiss, Robert, Rapport du comité sur l'entretien du réseau routier, Québec, novembre 1986, 45 pages.
  • Ministère de la voirie du Québec, Québec, 1935, Rapport de 1934, 206 pages.
  • Ministère des Transports, Étude d’opportunité d’amélioration du lien routier entre la région du Saguenay-Lac-St-Jean et la région de Québec. Problématique, Le Groupe LCL, décembre 1991, 192 pages.
  • Ministère des Transports, Étude d’opportunité d’amélioration du lien routier entre la région du Saguenay-Lac-St-Jean et la région de Québec. Élaboration et évaluation des solutions, Le Groupe LCL, décembre 1991, 87 pages.
  • Ministère des Transports, Investissements du Ministère des Transports sur le réseau routier. Plan stratégique d'intervention sur les routes 175 et 169 de Stneham à Laterrière et à Héberville, Le transport: un acteur socioéconomique majeur, conférence du Ministre Jacques Brassard, Jonquière, 23 mars 1998, 29 pages.
  • Ministère des Transports, « Les investissements routiers sont-ils rentables », Bulletin économique du transport, juillet 2001, no 26, 10 pages.
  • Ministère des Transports, Problématique des routes 175 et 169 et hypothèse de solution, Québec, mars 1998, 23 pages.
  • Moisan, Mylène, « Landry et Chrétien feront une annonce conjointe », Le Soleil, 17 août 2002, page A 10.
  • Mollé, Philippe, « L'appel du Fjord », Le Devoir, samedi dimanche 20-21 août 2011, p. D5.
  • Morin, Annie, « La route 175 à 100 Km/h », Le Soleil, 14 mai 2011, page 13.
  • Morin, Annie, « Route 175: Des orignaux difficiles à décourager », Le Soleil, 19 mai 2011,
  • Nadeau, Rémi, « Ottawa refuse de partager la facture », Le Journal de Québec, 6 août 2010, page 3.
  • Nadeau, Rémi, « En colère contre le MTQ », Le Journal de Québec, 25 août 2011, p. 3.
  • Nadeau, Rémi, « Encore 98 dossiers à régler », Le Journal de Québec », 25 août 2011, p. 3.
  • Nadeau, Rémi, « Autoroute du Parc des Laurentides. 12 M$ pour les animaux », Le Journal de Québec, lundi 12 septembre 2011, p. 3.
  • Nadiri, M.I., Mamuneas, T.P., Contribution of Highway capital to Output and productivity Growth in the US Economy and Industries, Federal Highway Administration, U.S. Department of Transportation, 1998.
  • Paradis, France, « La manne touristique adopte la 175 au détriment de la 169 », Le Lac-St-Jean, 18 mai 2011.
  • Perrier, Patrice-Hans, « Le projet d'élargissement à quatre voies de la route 175 entre Québec et Saguenay progresse à grands pas. Un véritable cordon ombilical », Constas, juin 2010, p. 37-41.
  • Pettersen, Marc, Dossier statistique Parc des Laurentides. Quelques facteurs structurants, Université du Québec à Chicoutimi, Maîtrise en études régionales, 18 pages.
  • Potvin, Damase, Thomas. Le dernier de nos coureurs de bois. Le Parc des Laurentides, Les Éditions Garneau, Québec, 1945.
  • Presse Canadienne, « La route 175 sera élargie d’ici 2009 », Le Journal de Québec, 8 mai 2004, page 7.
  • Rainville, Patricia, « Une route parsemée de trésors », Progrès-Dimanche, 31 juillet 2011, p. 4-5.
  • Rainville, Patricia, « Prévenir évite l'arrêt des travaux », Progrès-Dimanche, 31 juillet 2011, p. 4-5.
  • Simard, Alain, « Réalisation d'une autoroute à chaussées séparées entre Québec et Saguenay. Ingénieurs et biologistes travaillent de concert pour créer une route verte », La Voix du Vrac, volume 36, no 5, septembre-octobre 2010, page 9-11.
  • St-Gelais, François, « Jalon historique », Le Quotidien, lundi 23 septembre 2013, page 10.
  • « Sur les routes du Québec. Les 100 ans du ministère des transports », Cap-aux-Diamants, no 111, automne 2012, 64 pages.
  • Transport Canada, Transport Québec, Bienvenue dans la caravane 73-175. Information sur les travaux de l'axe routier 73/175, Québec, 2008, 34 pages.
  • Transport Québec, Construction d'une route à chaussées séparées dans la réserve faunique des Laurentides, Rapport 1, étude des besoins, Coentreprise BUC, 1999.
  • Transport Québec, Construction d'une route à chaussées séparées dans la réserve faunique des Laurentides, Rapport 2, Élaboration et évaluation des solutions, Coentreprise BUC, 1999.
  • Transport Québec, Dossier réaménagement de l'axe routier 73/175. Un projet qui tient la route sur 174 kilomètres, mars 2009.
  • Transport Québec, Projet de l'axe routier 73/175. Amélioration de la route 175 à 4 voies et à chaussées séparées du km 84 au km 227, 29 novembre 2004.
  • Tremblay, Bertrand, « L’équipe péquiste a beaucoup de pain sur la planche », Le Quotidien, 30 novembre 1976.
  • Tremblay, Diane, « Route 175. Limite à 100 km/h », Le Journal de Québec, 14 mai 2011, page 4.
  • Tremblay, Éric, Le journal du 50e anniversaire de la Route du Parc des Laurentides, Chicoutimi, 1998, 8 pages.
  • Tremblay, Louis, « Œuvre de démolition », Le Quotidien, 14 octobre 2010, page 2.
  • Tremblay, Louis, « Une mésentente de 150 M$ », Le Quotidien, 14 octobre 2010, page 3.
  • Tremblay, Louis, « Bouchard et Bédard exigent la part d'Ottawa », Le Quotidien, 15 octobre 2010, page 11.
  • Tremblay, Louis, « Il est tout à fait normal d'adopter la prudence », Le Quotidien, 15 octobre 2010, page 11.
  • Tremblay, Louis, « Une dizaine d'organismes s'unissent », Le Quotidien, 14 janvier 2002, page 3.
  • Tremblay, Louis, « La limite passe de 90 à 100 km/h », Le Quotidien, 14 mai 2011, page 8.
  • Tremblay, Victor, « La route Québec-Saguenay », dans Saguenayensia, volume 20, no 6, novembre-décembre 1978, p. 142-147.
  • Ville de Chicoutimi, Mémoire présenté à la Commission Royale sur le transport des voyageurs au Canada, Chicoutimi, octobre 1990, 14 pages.
  • Ville de Jonquière, Mémoire présenté à la Commission Royale sur le transport des voyageurs au Canada, Jonquière, octobre 1990, 18 pages.
  • Ville de Saguenay, Mémoire sur la nécessité d'un lien à quatre voies divisées entre Québec et Saguenay, Service du génie, de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire, Saguenay, 13 mai 2005, 59 pages.
  • Voyer, Patrick, « Le maire Tremblay affiche de grands espoirs », Le Quotidien, 17 juillet 2002, page 11.