Rousset-les-Vignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le vin, voir rousset-les-vignes (AOC).
Rousset-les-Vignes
Vue sur le village.
Vue sur le village.
Blason de Rousset-les-Vignes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Grignan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Grignan
Maire
Mandat
Jacques Gigondan
2014-2020
Code postal 26770
Code commune 26285
Démographie
Population
municipale
279 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 25′ 09″ N 5° 03′ 43″ E / 44.4191666667, 5.0619444444444° 25′ 09″ Nord 5° 03′ 43″ Est / 44.4191666667, 5.06194444444  
Altitude Min. 280 m – Max. 1 305 m
Superficie 15,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Rousset-les-Vignes

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Rousset-les-Vignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rousset-les-Vignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rousset-les-Vignes

Rousset-les-Vignes est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rousset-les-Vignes est situé à 15 km à l'est de Grignan (chef-lieu du canton), à 10 km au nord-ouest de Nyons et à 21 km au sud de Dieulefit.

Les communes les plus proches sont Le Pègue, Saint-Pantaléon-les-Vignes et Valréas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Coupe à vin de type récent (-500 / -450).

La proximité de l'oppidum Saint-Marcel, sur le territoire de la commune du Pègue, où la céramique pseudo-ionienne, provenant d'ateliers en relation avec Massalia, a été importante, permet de supposer sur place une consommation de vin entre le milieu du VIe siècle av. J.-C. et le IVe siècle av. J.-C.. Les productions d'œnochoés et de vases à vin, en pâte claire micacée, portant un décor peint, avec un registre allant de la bande ocre au développement de formes figuratives, furent majoritaires. Il est d'ailleurs à noter que ces récipiants vinaires ont gardé dans leurs formes de fortes influences gauloises (coupes carénées)[1].

Lors de la colonisation romaine, ce territoire fut rattaché à tribu gauloise des Aletani, qui eut pour capitale la cité gallo-romaine d’Aletanum.

Au cours du XIe siècle, les moines bénédictins de Saint-Pantaléon construisirent sur place un monumental prieuré adossé à la montagne de la Lance qu'ils placèrent sous la protection de dom Mayeul de Cluny et commencèrent à implanter le vignoble sur les coteaux gréseux.

Puis, ils firent entourer de remparts leur établissement et l'agglomération qui s'était créée autour.

Un château, construit au XIIe siècle par les comtes de Valentinois[2], somma le village ; ses fortifications furent reprises au XIVe siècle et elles furent totalement restaurées au cours du XVe siècle.

Ce fut lors de la présence des papes à Avignon au début du XIVe siècle que cette commune rejoint les autres villages de l'enclave des papes. En 1451, elle fut assiégée par des bandes pillardes qui ne purent forcer les remparts. La paix revenue le village médiéval pris son aspect Renaissance.

Rousset resta dans le Comtat Venaissin, dépendant donc du pape et d'Avignon, jusqu'au XVIIIe siècle (voir enclave des papes).

Le hameau de Saint-Pantaléon (autrefois Saint-Pantaly) fut détaché de Rousset en 1747[3]

Le prieuré clunisien fut abandonné lors de la Révolution, c'est aujourd'hui une propriété privée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Rousset-les-Vignes.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Claude Mocata    
mars 2008   Jacques Gigondan DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 279 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780 803 830 776 739 763 754 728 760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
772 757 750 729 700 632 622 601 570
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532 512 457 340 313 308 319 254 229
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
237 228 216 257 257 254 283 288 289
2011 - - - - - - - -
279 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les vignerons de la commune sont représentés au sein de la Commanderie des Costes du Rhône, confrérie bachique, qui tient ses assises au château de Suze-la-Rousse, siège de l'Université du vin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Facade du prieuré de Rousset-les-Vignes
  • Château du XVIe siècle à l'angle ouest de l'enceinte du village.
  • Prieuré du XIe siècle au centre du village, à côté de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. C. Lagrand, La céramique pseudo-ionienne dans la moyenne vallée du Rhône, Cahiers Rhodaniens, X, 1963
  2. De cette construction du XIIe siècle, il ne reste que les soubassements. Ce château était désigné comme le castrum de Rosseuf en 1214.
  3. Jean Pagnol, Valréas et "l'enclave des papes" tome 1, Aubenas, LIENHART,‎ 1979, 298 p.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]