Rousserolle turdoïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Acrocephalus arundinaceus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rousserolle turdoïde

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Acrocephalidae
Genre Acrocephalus

Nom binominal

Acrocephalus arundinaceus
(Linnaeus 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) ou Rossignol des rivières, est une espèce de fauvette des marais.

Morphologie[modifier | modifier le code]

C'est un passereau de grande taille de 19 cm de long avec une envergure de 28 cm, pesant entre 25 et 37 g. C'est la plus grande des fauvettes des marais.

Elle ressemble à la rousserolle effarvatte mais en plus gros. Elle a le dos uni brun et le dessous blanc cassé brun. Les flancs et le croupion sont chamois. Elle a un sourcil de couleur crème. Le bec est fin et allongé.

Comportement[modifier | modifier le code]

Elle anime la roselière de son chant rauque et sonore, qui lui a valu de nombreux noms vernaculaires de type onomatopéique. À la période de nidification, elle se fait beaucoup plus discrète.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Elle se nourrit principalement d'insectes mais aussi d'araignées et d'amphibiens.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La femelle pond une couvée par an, de 4 à 6 œufs. Le nid est suspendu, caché dans la végétation aquatique. Il est fait d'éléments végétaux.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Niche de l'Europe occidentale à la Corée et à la Chine. Cet oiseau migre en Afrique subsaharienne pour revenir en avril-mai dans ses territoires de reproduction. Son chemin migratoire s'accomplit plutôt en grandes étapes, interrompues par de longues pauses (de plusieurs semaines) dans un même endroit pour remplir ses réserves de graisse, nécessaires pour la prochaine étape de son long chemin migratoire.

Habitat[modifier | modifier le code]

La rousserolle turdoïde occupe marais et roselières de bonne taille constituées de Phragmites.

Chant de la rousserolle turtoïde

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Acrocephalus arundinaceus a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Turdus arundinaceus[1].

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Turdus arundinaceus Linné, 1758 (Protonyme)

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, il existe deux sous-espèces :

  • Acrocephalus arundinaceus arundinaceus d'Europe, du nord-ouest de l'Afrique du nord, de la Turquie et du Proche-Orient jusqu'au bassin de la Volga,
  • Acrocephalus arundinaceus zarudnyi du nord de l'Irak, de l'Iran, afghanistan, Uzbékistan, Tadjikistan, Mongolie et ouest de la Chine (Sinkiang).

Les anciennes sous-espèces griseldis d'Irak, et orientalis, du Sinkiang et de l'est de la Mongolie au bassin inférieur de l'Amour et au Japon, son maintenant considérées comme des espèces à part entière, Acrocephalus griseldis et Acrocephalus orientalis.

L'oiseau et l'homme[modifier | modifier le code]

Philatélie[modifier | modifier le code]

La rousserolle turdoïde a été représentée sur des timbres poste des pays suivants :

  • Burundi (5 f.)
  • Koweit (10 f.)
  • Mongolie
  • Roumanie (15 l.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Linnaeus, C. 1758: Systema Naturae per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Tomus I. Editio decima, reformata. Holmiæ: impensis direct. Laurentii Salvii. i–ii, 1–824 pp

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :