Rouille (maladie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouille.
Rouille
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « rouille » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Puccinia reconditasur feuille de blé (Triticum aestivum)
Puccinia recondita
sur feuille de blé (Triticum aestivum)
Taxons concernés

Plusieurs phylums sont concernés :

Voir texte

La rouille est un nom vernaculaire donné en français à de nombreuses maladies cryptogamiques des végétaux. Les responsables sont des champignons Basidiomycètes parasites de l'ordre des Pucciniales (anciennement Uredinales) (la plupart des rouilles).

Certaines rouilles sont dues à des Oomycota de l'ordre des Peronosporales (rouille blanche due à Albugo).

Symptômes et biologie[modifier | modifier le code]

Rouille noire du blé : les divers stades

Les rouilles sont provoquées par des champignons produisant en abondance des spores jaune orangé, roux plus ou moins foncé (parfois noire), couleurs caractéristiques à l’origine de la dénomination de ces maladies.

Ces champignons sont des parasites obligatoires, ne pouvant se développer que sur un végétal vivant, et dont les espèces sont hautement spécialisées, au niveau du genre, de l’espèce, ou de la sous-espèce.

Le cycle évolutif de ces champignons est complexe, caractérisé par l’émission successive de plusieurs sortes de spores naissant dans les organes différents.

Quelques espèces appelées «rouille» en français[modifier | modifier le code]

Traitement[modifier | modifier le code]

Les moyens de lutte contre les rouilles furent longtemps cantonnés à la tentative d'éradication des hôtes écidiens.

Traitements naturels[modifier | modifier le code]

Le traitement classique consiste à supprimer puis brûler les feuilles atteintes et à pulvériser préventivement de la bouillie bordelaise ou avec une décoction de prêle, qui est aussi curative et utilisée en potager bio[5],[6],[7].

La méthode de lutte en agriculture biologique consiste à planter des cultivars résistants ou, à défaut, d'augmenter la distance entre les rangées de plants et d'orienter celles-ci pour que l'humidité stagnante soit limitée par une exposition judicieuse aux vents dominants[3].

Traitements phytosanitaires[modifier | modifier le code]

L'arsenal phytopharmaceutique actuel est plus efficace avec les molécules[8]:

Note: Certains de ces produits ne sont plus autorisés à la vente en Europe, et ne peuvent l'être que sur certaines espèces cultivées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rouille noire des Graminées
  2. La rouille grillagée du poirier, une maladie disgracieuse
  3. a et b La production des asperges biologiques
  4. Présentation (Forêt privée) Les rouilles à Melampsora des peupliers ; Santé des forêts 15/05/2006 (ou télécharger, PDF, 175 Ko)
  5. Quels traitements naturels utiliser pour un potager bio ? sur le site Bioaddict, consulté en novembre 2011
  6. Guide Clause, 13° édition, 1952, p. 369
  7. Rustica 18/12/2011
  8. Index phytosanitaire ACTA des années 1977, 1985 & 2006 ; Association de coordination technique agricole, Paris