Rostam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rostam (homonymie).
Statue de Rostam
Rostam et Esfandiyar

Rostam (en persan : رستم, Rostam) est un héros mythique de la Perse antique, fils de Zal et de Rudaba. Par certains aspects, la position de Rostam dans la tradition historique est similaire à celle de Surena, le héros de la Bataille de Carrhes. Son personnage a été affublé de nombreuses caractéristiques de la personnalité historique de Rostam. Ce dernier était toujours présenté comme le plus fort des héros iraniens, et l'atmosphère des épisodes dans lesquels il intervient est une forte réminiscence de la période askhanienne.

Selon la légende, Rostam ne put naître correctement, et son père Zal, fit appel au Simurgh (phénix) grâce à l'une des plumes qu'il lui avait remises des années auparavant pour pouvoir l'invoquer. À son appel, Le simurgh mit au monde Rostam en utilisant la technique de césarienne. Ainsi Rostam a donné son nom à cette technique médicale, et dès lors, la césarienne est appelée "Rostaminé" (à la manière de Rostam) en farsi.

Il a été immortalisé par le poète du Xe siècle Ferdowsi Tusi dans le Shâh Nâmeh ou Livre des Rois, qui contient le folklore et l'histoire pré-islamique.

Dans le Shâh Nâmeh de Ferdowsi, Rostam est le champion de tous les champions et intervient dans de nombreuses histoires, constituant ainsi le plus populaire (et incontestablement le plus abouti) personnage du Shâh Nâmeh. Il possède un cheval fidèle jusqu'à la mort nommé Rakhsh.

L'histoire la plus populaire de Rostam dans le Shâh Nâmeh est celle où il tue son fils Sohrab, alors que les deux personnages ne connaissent pas l'identité de leur opposant jusqu'à ce que Rostam blesse son fils et s'aperçoive, pendant leur dernière conversation, qu'ils sont père et fils. Ce thème est présent dans de nombreuses légendes analogues embrassant une aire géographique très vaste allant de l'Iran à l'Irlande en passant par la Russie, Byzance, le monde germanique (le chant d'Hildebrand). Deux hypothèses existent pour expliquer ces similitudes : la transmission orale de proche en proche depuis l'Antiquité ou le haut Moyen Âge, ou, plus vraisemblablement, une source commune proto-indoeuropéenne.

Un des exploits de Rostam est sa lutte contre le dēw (en Persan moderne div signifiant "démon") nommé Akvan, qui s'était initialement changé en un magnifique zèbre, ravageant les hordes de chevaux de Perse. Quand le roi fut informé de ce problème, il réalisa que ce n'était pas seulement un zèbre et qu'il fallait qu'il soit une ruse ahrimanique afin d'infliger des dommages à Iran-Shahr (Terre aryenne). Après avoir pensé longuement à la personne à qui confier cette tâche, le roi jugea que personne d'autre que Rostam ne pourrait se charger de cela. Plusieurs parties de cet exploit sont sujettes à de très belles illustrations. L'histoire est allégorique.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

L'adaptation en bande dessinée des contes de Rostam (en anglais) a été créée par Hyperwerks Comics et nécessita 5 ans de travaux[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hyperwerks' Rostam Series

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]