Rostaing (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rostaing.

Rostaing (entreprise)

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

ROSTAING SA

Création 1789
Fondateurs Joseph Rostaing
Personnages clés Jean Rostaing, Catherine Rostaing, Jacques Rostaing, Stéphane Rostaing
Forme juridique Société anonyme
Siège social VILLIEU LOYES MOLLON
Drapeau de la France France
Activité EPI
Produits GANTS
Société mère ETS ROSTAING
Site web www.rostaing.com
Chiffre d’affaires 21.5 millions EUR (2013)
4% (2013)

Rostaing est une entreprise familiale française de fabrication de gants de protection créée en 1789.

Historique[modifier | modifier le code]

Joseph Rostaing, un habitant de Villieu, petite commune de l'Ain à 50 km de Lyon, crée en 1789 une tannerie artisanale sur les bords du Toison. Il y fabrique du cuir végétal, dont il fait des chaussures destinées aux facteurs et aux militaires dauphinois. À sa mort en 1830, il lègue la tannerie à son fils François Rostaing. Celui-ci maintient l'activité familiale malgré la crise économique qui suit la révolution et l'insurrection républicaine à Paris en 1848.

Joannès Rostaing, le petit-fils, perpétue la fabrication du cuir en suif. Ce cuir souple et gras est vendu aux bourreliers, pour la fabrication des courroies, guides, colliers et harnais pour les chevaux et les bœufs.

En 1920, Léon Rostaing, l’arrière-petit-fils qui lui a succédé, développe le tannage végétal à l’écorce de chêne destiné aux semelles de chaussures. Les chausseurs de luxe et bottiers de Lyon, Paris et Cannes utilisent les semelles tamponnées « TANNERIE ROSTAING fondée en 1789 ». Cette activité prospère jusqu'en 1950 Pourtant à cette époque, la vétusté de l'outil freine la substitution de l'activité.

Jean Rostaing, élève de l'École de tannerie de Lyon, rejoint l'entreprise familiale et développe en 1959 une nouvelle activité : la fabrication de gants de protection. Il fabrique les premiers gants en cuir de protection pour les métalliers et les chaudronniers dans les années 60. Les cuirs hydrofuges, oléofuges et traités anti-chaleur sont développés par Rostaing. Jean Rostaing crée le 1er groupement de sécurité pour protéger le travailleur des pieds à la tête. La SARL GPS regroupait Paraboot/VTN/Essilor/Rostaing. Ce groupement a fonctionné 50 ans, jusqu'en 2000.

Grâce à l'industrialisation en France, la demande de gants ne cesse de croître entre les années 50 et aujourd'hui.

En 1976, l'entreprise se lance sur le marché de gant de jardinage et bricolage. C'est aussi le moment des premières délocalisations de sa production (Tunisie, Maroc, puis le Vietnam).

En 1995, la branche vietnamienne, Rostaing VN, est créée. C'est une usine de 1 500 m2 construite près de Hô-Chi-Minh-Ville (ex Saigon) pour accompagner un redéploiement industriel. Au Vietnam, l’usine de textile est une industrie de transformation. Les matières premières (fils, tissus, laines, cuirs) sont achetées en France et sont importées au Vietnam où est réalisée l’activité de transformation. Ainsi, des savoir-faire abandonnés en France comme le cousu-main, revoient le jour au Vietnam.

En 2003, la filiale installée au Vietnam compte plus de 350 employés vietnamiens, répartis sur 3 usines. Une unité d'enduction latex est créée, ainsi que le département maroquinerie.

En 2006, Rostaing ouvre une usine de tannerie qui emploie 90 personnes, ce qui lui offre l'opportunité d'aller de la création de la matière première au produit fini. Des gammes de gants en caoutchouc apparaissent. Une quatrième usine de production voit le jour, pour un total de 450 ouvriers.

En 2008, Rostaing ouvre une nouvelle tannerie dans le parc industriel de Long Thanh, un investissement de 500 000 millions de dollars pour une capacité de production mensuelle de 30 000 à 40 000 mètres carrés de cuir[1].

En 2009, Rostaing met au point un gant chauffant pour les travailleurs en chambres froides, en abattoirs ou chez les fabricants de glaces, amienté par un circuit imprimé dans les fibres textiles[2].

En juin 2009, Jacques Rostaing rachète la société Ain Prelyon, une usine d'impression de soie au cadre plat, qui est alors en liquidation judiciaire, pour en faire une unité de production de textile et outdoor avec les machines de l'entreprise, baptisée Canova Rostaing. En mai 2011, suite au rachat de la société Apex, une société spécialisée dans le sac à dos alors en liquidation judiciaire, ses machines sont transférées chez Canova Rostaing, qui se consacre désormais aux sacs à dos.

Une relocalisation de la production est initiée en France à partir de 2012, grâce à la réalisation de produits très techniques (gants sur-mesure, gants chauffants, gants très techniques) au Maroc, bénéficiant ainsi de plus de souplesse dans la production de gants techniques.

Jean Rostaing, quitte son poste de PDG en 2013, poste qu'il occupait depuis 1950 . Son fils, Stéphane, directeur général de l'entreprise depuis 2003, reprend l'entreprise bicentenaire.

Depuis 2003, la réorientation commerciale vers le gant technique a permis à la société de s'ouvrir sur de nouveaux marchés du bâtiment, militaire, pompiers et sport et loisirs. En 10 ans, Rostaing a plus que doublé son chiffre d'affaires, passant à 21.7 millions d'euros en 2013.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le siège des Établissements Rostaing est toujours situé à Villieu-Loyes-Mollon, à une cinquantaine de kilomètres de Lyon. Il abrite les principaux services et le centre de recherche du groupe. En plein cœur du parc environnemental de la plaine de l’Ain se trouve la plate-forme logistique de l’entreprise. Dans cette plate forme sont stockées les produits finis.

Rostaing dispose de 3 unités de production au Maroc. Les unités de production marocaines couvrent 80% de la production globale de l'entreprise. Le Vietnam axe son développement sur le sac à dos, le tannage du cuir et la production de gants pour ROSTAING France. Le volume actuel est de 20% de la production globale du groupe Rostaing.

En 2013, le groupe possède 3 sites de production à capital propre. Il maîtrise plus de 70 % de sa chaîne de production.

L’entreprise achète toute sa matière première en France et la fabrique dans ses filiale[réf. nécessaire].

Le groupe Rostaing vends 6 millions de paires de gants chaque année dans 45 pays.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Trophée d’Or du meilleur fournisseur décerné par la distribution (2011)[3]
  • Trophée d’Or Ecotrophées pour la gamme en cuir végétal et coton équitable Max Havelaar dans la catégorie "Jardin" (2011)[4]
  • Trophée du mécénat décerné par la Chambre de commerce de l'Ain (2011)[5]
  • Trophée de bronze pour Les trophées de l’innovation Batimat dans la catégorie « Matériel et outillage » (2011)
  • Trophée d’Argent Ecotrophée pour le management. (2011)
  • Trophée d’Or du meilleur fournisseur décerné par la distribution. (2013)
  • Trophée de bronze du meilleur fournisseur décerné par la distribution. (2014)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Rostaing Vietnam tannery », sur Leather International,‎ 21 janvier 2008
  2. Adrien Cahuzac, « Protection individuelle: l'électronique au service des équipements du futur », sur Usine Nouvelle,‎ 17 septembre 2009
  3. « Gants Rosier Vert Rostaing », sur LSA-Conso,‎ 13 mai 2013
  4. Jérémi Michaux, « Découvrez les gagnants des Eco Trophées du cadre de vie 2011 », sur Neoplanète,‎ 13 septembre 2011
  5. « Trophées de l’Entreprises 5è Edition Liste des Lauréats 2011 », sur CGPME-RA.org

Lien externe[modifier | modifier le code]