Roses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Rose.

Rosas

Roses
Rosas
Blason de Roses
Héraldique
Drapeau de Roses
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Catalogne
Province Gérone
Comarque Haut-Ampurdan
Maire
Mandat
Carles Paramo (CIU)
2011-2015
Code postal 17480
Démographie
Gentilé Rosinc, rosinca (es)
Population 20 542 hab. (2010)
Densité 447 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 15′ 50″ N 3° 10′ 46″ E / 42.263889, 3.17944442° 15′ 50″ Nord 3° 10′ 46″ Est / 42.263889, 3.179444  
Altitude 5[1] m
Superficie 4 591 ha = 45,91 km2
Localisation
Localisation de Roses

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Roses

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Roses
Liens
Site web www.roses.cat

Roses ou Rosas (RosesPrononciation du titre dans sa version originale Écouter officiellement en catalan, RosasPrononciation du titre dans sa version originale Écouter en castillan) est une commune de la comarque de l'Alt Empordà, province de Gérone, en Catalogne (Espagne). La ville est au centre de la baie à laquelle elle donne le nom - baie de Roses - et à l'extrème nord du golfe de Roses.

C'est une centre touristique avec de nombreuses urbanisations, hôtels et équipements, deux ports (pêche et sport). Elle se trouve dans la zone septentrionale dont les reliefs s'élèvent sur le pied mont pyrénéen.

Le climat est marqué par la tramontane et la proximité de la mer. la façade maritime est bordée d'une grande plage de sable - entre le nouveau port et le grau - et, plus à l'est, de nombreuses calanques, dont les plus connues sont les Canyelles Petites, l'Almadrava (ou les Canyelles Grosses), Murtra, Rustella, Montjoi, Pelosa, et Jóncols. Certains accidents géographique sont notable, comme la pointe Falconera et l'imposant cap Norfeu qui fait partie de la réserve du Parc Naturel du Cap de Creus.

Bien que le tourisme offre la principale source de revenus de Roses, le secteur primaire est également très présent avec l'agriculture (oliviers et vignes) et surtout la pêche, le port de Roses étant le plus important de toute la côte nord de la Catalogne.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le nom dérive de la colonie grecque fondée à au IVe siècle av. J.-C. au nord ouest du village et qui portait le nom de Rhode ou Rhodos (Ῥόδη, Ῥόδος, ou Ῥοδίπολις, et plus certainement Ῥόδη πόλις). Cette colonie primitive occupait la Ciutadella de Roses contemporaine et fut un établissement commercial grec destiné à commercer avec les indigènes ibères habitant l'actuelle Empordà. Son nom fut latinisé en Rhodus lorsque la zone fut conquise par les romains après la seconde guerre punique avant d'être transformé en Rhodes, Rodes (Xe siècle) puis Roses (XIVe siècle). À noter que le toponyme de Rodes est toujours associé à des lieux environnants (montagne de Rodes et monastère de Rodes).

Le nom en espagnol dérive lui-même du terme catalan. Dans leurs graphie contemporaines, les deux formes signifient « roses », fleur récemment ajoutée au blason de la ville. Les termes - « Roses », « Rosas » - sont utilisés dans leurs langues respectives. « Roses » est le toponyme officiel du lieu depuis 1978.

Il n'existe pas d'usage particulièrement défini en français. Les deux formes - Roses, Rosas - sont utilisés, avec une prononciation française.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située sur la Costa Brava, sur les rives de la mer Méditerranée au sud du cap de Creus. Elle donne sur la baie de Roses et le Golfe de Roses. La ville est limitrophe de deux parcs naturels : celui du Cap Creus au Nord et celui de l'Aiguamolls au sud-est. Au nord se trouve le massif des Albères servant de frontière entre la France et l'Espagne.

La ville de Rosas, se situe ainsi à 32 km du col des Balitres (vers Cerbère) et 42 km du passage de la frontière du Perthus.

Son orientation plein sud combinée à un adossement aux dernières collines des Albères lui confère un micro-climat réputé où la tramontane, souvent présente, est quelque peu atténuée par rapport à d'autres sites du Nord de la Costa Brava.

En 2011, la baie de Rosas a été admise dans le club réduit des plus belles baies du monde[réf. nécessaire]. Celle-ci commence à accueillir certains bateaux de croisière de taille moyenne. Durant l'été 2012, Rosas a accueilli une étape du tour de France à la voile.

Histoire et Culture[modifier | modifier le code]

L'espace occupé par Roses était occupée à l'époque néolithique. On y trouve un grande quantité de mégalithes, notamment le dolmen de la Creu d'en Cobertella, l'un des plus grands de Catalogne, daté de 3000 aC.

Cependant, les plus anciennes origines historiques de Roses remontent à la colonie grecque de Rhode, fondée par les marseillais durant le second quart du IVe siècle av. J.-C. et non par les Rhodais au VIIIe siècle av. J.-C. comme le veut la tradition. Conquise par les romains durant la seconde guerre punique, une garnison hispanique au Puig Rom[2],[3], fut installée à l'acropole de Rhode et fut vaincue durant la révolte de 197 avant JC.

À partir du Moyen Âge, et jusqu'à la fin des seigneuries féodales au XIXe siècle la ville faisait partie du comté d'Empúries dont elle servait de port principal. Les comtes firent bâtir le monastère de Roses, au Xe siècle sur les reste de la ville antique et qui accumula des possessions importantes, formant un condominium. Le noyau urbain entourant le monastère dépendait initialement du comté, mais sa santé économique et sa situation géographique privilégiée lui permirent d'obtenir une large indépendance municipale en 1402.

Ce sont les mêmes raisons qui poussèrent à fortifier Roses la même année, pour se protéger des attaques perpétuelles de pirates depuis la mer et des invasions françaises, non moins fréquentes, depuis la terre.

La première de ces attaques françaises fut la croisade contre la Couronne d'Aragon menée en 1285 où l'armée française de Philippe III occupa Roses et utilisa le port comme base arrière pour envahir l'Empordà et assiéger Girone. La défaite française - la première dans cette baie - força la retraite du roi de France devant Roger de Llúria, avant la bataille du col de Panissars. Llúria réoccupa Roses après qu'elle eut été incendiée par les français.

Roses devint une escale importante pour le commerce vers les îles Baléares, l'Italie et l'Afrique du nord. Pierre le Cérémonieux en fit le point de départ de son expédition militaire en Sardaigne en 1354.

Au XVIe siècle, le roi Charles Quint fit construire une forteresse pour défendre la place contre les attaques des pirates sarrasins et français. La ville est occupée à plusieurs reprises par les Français : 1645-1659, 1693-1697, 1794-1795, 1808-1814.

La construction de l'église paroissiale actuelle Santa Maria a débuté en 1792 et s'est poursuivie dans la première moitié du XIXe siècle, dans le style néo-classique.

Trois maisons modernistes du début du siècle sont situées Plaça de Catalunya, à côté de la mairie. Le théâtre municipal a été construit en 2006, dans le style post-moderne (architectes : Joan Tarrus, Jordi Bosch et Manuel Bosch). Le célèbre restaurant El Bulli de Ferran Adrià, classé à plusieurs reprises « meilleur restaurant du monde » dans les années 2000[réf. nécessaire], est à la sortie de Roses, dans la petite crique appelée Calla Montjoi.

Démographie[modifier | modifier le code]

Roses a franchi le seuil des 20 000 habitants en 2009[réf. nécessaire], au sens de résidents permanents, particulièrement important pour les municipalités sur le plan administratif et financier en Espagne. La ville connaît ainsi une croissance régulière notamment depuis les années 70 où elle comptait encore moins de 10 000 habitants. Roses est donc désormais la seconde ville de la comarque de l'Alt Emporda après Figueres et sa plus grande agglomération côtière.

En tant que ville touristique, son infrastructure commerciale dépasse largement celle d'une ville de cette importance. En effet, au cœur de la saison d'été, la population y est multipliée par cinq à six[réf. nécessaire], avoisinant donc les 120 000 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

C'est un lieu réputé pour le tourisme balnéaire dans cette région et on y dénombre beaucoup d'hôtels et immeubles de locations estivales. Ayant atteint le seuil des 20 000 habitants en 2009, Rosas a obtenu de l'État son classement en tant que ciudad, ce qui en fait désormais, avec Figueras, la seconde ville de l'Alt Empordà. La proximité de la frontière française et le cadre de sa baie expliquent sans doute l'importance des résidents européens et notamment français, comme dans le secteur des commerces. La communauté française est ainsi estimée à près de 2 000 résidents[réf. nécessaire]pour l'ensemble des communes de la baie de Rosas. D'autres Européens, Belges, Allemands, Néerlandais ou Britanniques sont soit retraités permanents soit propriétaires de résidences secondaires alors qu'une communauté marocaine importante réside également de manière continue. Roses se caractérise donc par une ambiance cosmopolite sans doute encore un peu plus prononcée que dans d'autres villes du littoral de la Costa Brava. Dans la perspective d'une croissance démographique maîtrisée, avec un objectif de 28 000 habitants d'ici 2030, un nouveau plan d'urbanisme a été validé au début de 2010. Sur le plan urbanistique, la ville se compose notamment d'un centre-ville, du quartier de la marina Santa Margarida vers le Sud-Ouest, du secteur résidentiel Puig Rom-Canyelles-Almadrava au Nord-Est vers le cap de Creus et des quartiers périphériques dits des Mas (Busca,Fumats…).

Sa flotte de pêche traditionnelle est toujours importante aujourd'hui.Le port de Roses partage ainsi avec celui de Blanes la place de premier port de pêche de la Costa Brava. L'arrivée du TGV à Figueras via Perpignan dès la fin 2010 constitue sans doute un atout important à son développement économique et touristique. En 2011, malgré la crise économique, Rosas fut ainsi la seule ville de la province de Gérone où le nombre de transactions immobilière restait en croissance par rapport à l'année précédente. Ainsi, en pleine période de crise, Rosas s'est affirmée en tant que capitale côtière de l'Emporda grâce à son dynamisme économique et à sa position stratégique qui lui préservent son attractivité malgré un environnement difficile.

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Joseph Katz (1907-2001) général français inhumé dans le cimetière communal.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]