Roseline de Villeneuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chasse exposant le corps momifié de la bienheureuse Roseline

Roseline de Villeneuve, née en 1263 et décédée en 1329, est une moniale chartreuse française, considérée comme bienheureuse par l'Église catholique. Liturgiquement elle est (régionalement) commémorée le 17 janvier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le miracle des roses
Roseline et son père Arnaud de Villeneuve,
tableau de l'église Sainte-Roseline de Roquefort-la-Bédoule

Roseline, du latin Rossolina, ou Rossa, Rufa, fille d’Arnaud II de Villeneuve et de Sybille de Burgolle de Sabran des Arcs (ou selon l'observatoire zététique de Giraud II de Villeneuve et d'Aigline)[1], cousine de saint Elzéar de Sabran, est instruite par les clarisses d’ Avignon, c’est à la Chartreuse que cette Provençale, douée du don de lire dans les consciences choisit d’entrer à 25 ans. Elle fit son noviciat à Saint-André-de-Ramières près de Prébayon dans le Vaucluse puis un second noviciat à la Chartreuse Notre-Dame de Bertaud (Sainte-Marie d'Aurouse) dans les Hautes-Alpes avant d'être admise à faire profession religieuse le jour de Noël 1280.

Chapelle sainte-Roseline aux Arcs, XIe siècle

Elle y vivra dans l'austérité et deviendra plus tard prieure de la Chartreuse fondée par son frère Hélion[2] dans le diocèse de Fréjus, à l'abbaye de La Celle-Roubaud occupée précédemment par des Bénédictines[3],[4].

Aux Arcs, la chapelle Sainte-Roseline édifiée au XIe siècle a été classée monument historique en 1980. Elle abrite la dépouille de sainte Roseline qui est exposée dans une châsse en cristal et un reliquaire qui conserve ses yeux, miraculeusement préservés.

Le miracle des roses[modifier | modifier le code]

Roseline est rattachée à ce que l'on appelle « Le miracle des Roses ». La généreuse fille du seigneur du village se cachait pour donner à manger aux pauvres qui la sollicitaient. Un matin, Arnaud, qui se doutait des largesses de sa fille, se cache près du cellier pour la confondre… Il ne tarde pas à la voir arriver, le tablier chargé de victuailles. Lorsqu'il lui demande de montrer le contenu de son tablier, Roseline (prenant, dit-on, Dieu à témoin) ouvre craintivement son tablier duquel dépasse une brassée de roses en lieu et place de la nourriture « subtilisée », miracle également attribué à la vie d'Elisabeth de Hongrie[5]. Aujourd'hui encore on peut voir une arche de pierre qu'on appelle « la porte du Miracle ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sainte Roseline de Villeneuve : une légende fabriquée ? par Géraldine Fabre »
  2. grand maître des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en 1325
  3. « Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France »
  4. « Notice no PA00081525 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « La vie d'Élisabeth de Hongrie »

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La vie de sainte Roseline nous est parvenue par une Vita latina, parfois corrigée (La Femme dans la vie religieuse du Languedoc: XIIIe-XIVe s vol. 23 des Cahiers de Fanjeaux Chapitre Sainte Roseline, P 55-76 et sq. 1988 )
  • Une sainte provençale du XIVe siècle: Roseline de Villeneuve : enquête sur sa "momie ... Par Raymond Boyer, Gilles Grévin, Éditeur De Boccard, 2006 ISBN 2-7018-0212-1, 9782701802121.
  • Histoire de Sainte Roseline de Villeneuve, religieuse chartreuse Hippolyte de Villeneuve-Flayosc (comte) [lire en ligne]
  • Vie édifiante et populaire de Ste. Roseline de Villeneuve Léon Liotard (Abbé.) - 1873