Roselin de Mongolie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bucanetes mongolicus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Roselin de Mongolie

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Fringillidae
Genre Bucanetes

Nom binominal

Bucanetes mongolicus
(Swinhoe, 1870)

Répartition géographique

alt=Description de l'image Bucanetes mongolicus Distribution Map.png.


Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Roselin de Mongolie (Bucanetes mongolicus) est une espèce de passereaux de la famille des Fringillidae.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Erythrospiza incarnata 1872
  • Eremopsaltria mongolica
  • Rhodopechys mongolicus

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau mesure de 14 à 15 cm.

Le mâle a la tête brun clair avec la calotte, légèrement érectile, ponctuée de brun noir, tout comme la gorge, le pourtour du bec et de manière moindre les joues.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cet oiseau vit de l'est de la Turquie, en passant par le Caucase, jusqu'à l'est de l'Asie centrale et l'ouest de la Chine et de la Mongolie et au sud dans le Cachemire.

L'espèce est indigène dans les 15 pays suivants: Afghanistan (nord : Tchitral), Arménie, Azerbaïdjan, Chine, Pakistan, Iran (nord), Kazakhstan, Kirghizistan, Mongolie (sud-ouest), Népal, Russie, Tadjikistan, Turkménistan (sud-est), Turquie et Ouzbékistan[1],[2]. Il est vagabond au Bahreïn[1].

Pamir, nord de l’Inde (Gilgit, Astor, Ladakh), Karakoroum, ouest du Tien-Chan, ouest du Sinkiang, Altaï.

Habitat[modifier | modifier le code]

Son milieu de prédilection se présente comme un ensemble de déserts ou semi-déserts d’altitude, de zones ouvertes et dénudées à maigre couverture buissonnante, de plateaux jusqu’à 4 200 m, de versants rocheux et de pentes rocailleuses, de rochers, de ravins escarpés et d’éboulis.

Les zones montagneuses désertiques pierreuses ou les maquis semi-arides et les pentes rocheuses sont les zones privilégiées pour la reproduction.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les roselins de Mongolie sont très actifs quand ils se nourrissent sur le sol ou dans la végétation basse, n’hésitant pas à se faufiler et à grimper au milieu des petites plantes. Ils saisissent les tiges des plantes herbacées directement avec leur bec pour en exploiter les graines et n’hésitent pas à sauter pour les atteindre quand elles sont hors de portée. Ils consomment des particules d’Hymenocrater bituminosus et des graines d’Allisum sp. et d’Artemisia maritima.

Mœurs[modifier | modifier le code]

En hiver, ils constituent habituellement des groupes de 20 à 30 oiseaux et se répandent dans les buissons et sur le sol tout en gardant un contact acoustique permanent rappelant ainsi beaucoup le comportement de la linotte à bec jaune. Ces volées vont boire régulièrement matin et soir aux points d’eau du désert.

Nidification[modifier | modifier le code]

La saison dure de juin à août et le nid est placé dans de petites cavités en terrain accidenté ou sous des pierres. Le nid est une coupe peu profonde composée de tiges d’herbes et de brindilles de buissons d’Artemisia et de Salvia avec un revêtement intérieur de poils. La ponte compte généralement de trois à cinq œufs bleu turquoise pâle lâchement tachetés au gros pôle. Une photo (in Ottaviani 2008) montrant un mâle à la gorge gonflée et aux plumes hérissées suggère l’existence de poches alimentaires utilisées dans le stockage de la nourriture pour le nourrissage des jeunes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ottaviani, M. (2008) Monographie des Fringilles (fringillinés – carduélinés) – Histoire Naturelle et photographies, Volume 1. Éditions Prin, Ingré, France, 488 p.
  • G.M. Kirwan, et M.S. Gregory (2005) A new genus for the Mongolian Finch Bucanetes mongolicus (Swinhoe, 1870). Bull. Brit. Ornith. Club, vol. 125, p. 68-80.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Birdlife Species factsheet (additional data): Mongolian Finch (Rhodopechys mongolicus) Birdlife International(consulté le 23 mai 2008)
  2. Ottaviani, M. (2008) Monographie des Fringilles (fringillinés – carduélinés) – Histoire Naturelle et photographies, Volume 1. Editions Prin, Ingré, France, 488 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :