Rosamunde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rosamunde, D 797, est une musique de scène en une ouverture et dix parties (dont quatre chantées) composée par Franz Schubert en 1823 pour la pièce Rosamunde, princesse de Chypre de Helmina von Chézy. La pièce est tombée dans l'oubli mais la musique, en particulier celle de l'ouverture et du troisième entracte, reste une des plus populaires du compositeur et est régulièrement présente au répertoire des grands orchestres.

La musique de scène[modifier | modifier le code]

Fichiers audio
Thème de Rosamunde dans l' Impromptu D 935
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?

Deux ouvertures sont associées à Rosamunde. Celle actuellement jouée est celle de Die Zauberharfe (« la Harpe enchantée », D 644), la seconde était initialement destinée par Schubert à son opéra Alfonso und Estrella (D 732).

Le corps de l'œuvre est écrit pour soprano, chœur et orchestre et comporte dix parties :

  1. Entracte n° 1 : Allegro molto moderato en si mineur
  2. Musique de ballet n° 1 : Allegro moderato en si mineur, Andante un poco assai en sol majeur
  3. Entracte n° 2 : Andante en ré majeur
  4. Romance : « Der Vollmond strahlt auf Bergeshöh'n » : Andante con moto en fa mineur
  5. Chœur des esprits : « In der Tiefe wohnt das Licht » : Adagio en ré majeur
  6. Entracte n° 3 : Andantino en si bémol majeur
  7. Mélodies des bergers : Andante, sextuor pour clarinettes, bassons et cors
  8. Chœur des bergers : « Hier auf den Fluren » : Allegretto
  9. Chœur des chasseurs : « Wie lebt sich's so fröhlich im Grünen » : Allegro moderato
  10. Musique de ballet n° 2 : Andantino en sol majeur

L'œuvre fut créée en 1823 au Theater an der Wien.

La pièce de Helmina de Chézy[modifier | modifier le code]

  • Rosamunde, Drama in fünf Akten von Helmina von Chézy. Musik von Franz Schubert. Erstveröffentlichung der überarbeiteten Fassung. Mit einem Nachwort und unbekannten Quellen hrsg. von Till Gerrit Waidelich, Tutzing 1996
  • Ein fragmentarischer autographer Entwurf zur Erstfassung von Chézys Schauspiel „Rosamunde“, in: Schubert durch die Brille. Internationales Franz Schubert Institut, Mitteilungen 18, Tutzing 1997, S. 46-57

La musique de Rosamunde chez Schubert[modifier | modifier le code]

  • Certains pensent que l'entracte n° 1 pourrait être le finale manquant de la Symphonie inachevée (Mackerras enregistra la symphonie en 1990 avec ce finale hypothétique).
  • Le thème du troisième entracte de Rosamunde a été réutilisé par Schubert dans le Quatuor à cordes n° 13 et dans l' Impromptu D 935, où il sert de thème à six variations pour piano

Rosamunde dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]