Rosalía Arteaga Serrano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rosalía Arteaga)
Aller à : navigation, rechercher
Rosalía Arteaga
Illustration.
Fonctions
Présidente de l'Équateur
(par interim)
Prédécesseur Abdalá Bucaram
Successeur Fabián Alarcón
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Cuenca
Nationalité bolivienne
Parti politique FRA
Conjoint Pedro Fernández de Córdova (divorcé)
Enfant(s) 4 enfants
Profession Fonction publique

Rosalía Arteaga Serrano
Présidents de l'Équateur

Rosalía Arteaga Serrano de Fernández de Córdova née le 5 décembre 1956 à Cuenca en Équateur qui fut la première femme présidente équatorienne (pour 2 jours seulement en 1997).

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Rosalía Arteaga naquit à Cuenca, province de Azuay, le 5 décembre 1956. Elle a un doctorat en droit, et elle est également écrivaine. Elle a publié des ouvrages variés depuis son passage à la Présidence, notamment une chronique sur son passé à la vice-présidence et aussi à la présidence de la République. Par ailleurs, elle a écrit un livre sur Geronimo, dédié à son fils malade.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Son premier poste politique fut celui de conseillère de sa ville natale de Cuenca pour le parti social chrétien (PSC) en 1986. Lors de l'élection du conservateur Sixto Durán Ballén comme président de la République en 1992, Rosalía Arteaga fut nommée Ministre de l'Éducation.

Bien qu'ayant reçu une formation catholique, elle abandonna son poste au ministère pour s'opposer à une loi soutenue par le président Durán-Ballén (es), qui proposait la réimplantation de l'enseignement religieux dans les écoles publiques.

Quand elle fut au gouvernement, elle créa un mouvement Indépendant pour créer une république "Authentique" (MIRA), qui lui permit d'augurer une candidature à la Vice-présidence de la République équatorienne en faisant alliance avec le présidentiable Abdalá Bucaram, du Parti Roldosista Ecuatoriano (PRE).

Vice-Présidence[modifier | modifier le code]

Elle devint Vice-Présidente en 1996, dans les jours qui suivirent les élections de Abdalá Bucaram comme Président. Le 6 février 1997, la Présidence Bucaram fut déclarée incapable de gouverner par le Congrès.

Arteaga et le leader du congrès Fabián Alarcón se sont alors affrontés dans une lutte très âpre pour la succession de Bucaram à la présidence, alors que la constitution restait vague sur ce sujet et n'apportait pas de réponse.

En fait, Alarcon prêta serment avec le soutien du Congrès. Le 9 février, malgré tout, Rosalia Arteaga, insista sur le fait qu'en tant que vice-présidente elle avait la légitimité pour devenir présidente. Arteaga prêta serment à son tour comme première femme présidente de l'Équateur. Les deux jours suivants, malgré cela, le 11 février, avec le soutien du congrès et de l'armée, Alarcon prêta serment encore une fois et Arteaga dû démissionner.

Arteaga continua de lutter contre Alarcon puis démissionna également de son poste de vice-présidente en mars 1998. Elle se présenta aux élections présidentielles qui eurent lieu en mai 1998, mais n'obtint que 3 % des votes[réf. nécessaire].

Carrière post-politique[modifier | modifier le code]

Arteaga est désormais secrétaire général de l'organisation du traité de l'Amazonie, et membre du comité de direction éditorial de l'Encyclopædia Britannica.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle est mère de quatre enfants dont le dernier d'entre eux est atteint de complications dérivées du syndrome de Down. Elle est divorcée de Pedro Fernández de Córdova et elle est retirée de la vie politique et vie actuellement au Brésil avec une de ses filles.

Liens internes[modifier | modifier le code]