Roquebrune (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roquebrune.
Roquebrune
La mairie (fév. 2010)
La mairie (fév. 2010)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon
Canton de Monségur
Intercommunalité Communauté de communes du Réolais en Sud Gironde
Maire
Mandat
Jacky Britton
2014-2020
Code postal 33580
Code commune 33359
Démographie
Gentilé Roquebrunais
Population
municipale
253 hab. (2012)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 48″ N 0° 01′ 23″ E / 44.63, 0.023055555555644° 37′ 48″ Nord 0° 01′ 23″ Est / 44.63, 0.0230555555556  
Altitude Min. 14 m – Max. 108 m
Superficie 6,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Roquebrune

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Roquebrune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roquebrune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roquebrune
Liens
Site web www.communederoquebrune.fr/

Roquebrune est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Arrosée par le Dropt qui délimite le territoire communal au nord, la commune se trouve, dans l'est de l'Entre-deux-Mers, à 65 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 28 km à l'est-nord-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 5,5 km au sud-ouest de Monségur, chef-lieu de canton[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Coutures au nord-est, Saint-Sulpice-de-Guilleragues à l'est, Fossès-et-Baleyssac à l'extrême sud-est sur à peine 100 m., Saint-Hilaire-de-la-Noaille au sud, Loubens à l'ouest, Mesterrieux au nord-ouest et Neuffons au nord.

Communes limitrophes de Roquebrune
Mesterrieux Neuffons Coutures
Loubens Roquebrune Saint-Sulpice-de-Guilleragues
Saint-Hilaire-de-la-Noaille        Fossès-et-Baleyssac

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée, en dehors du bourg proprement dit, par la route départementale D668, ancienne route nationale 668, qui relie La Réole au sud-ouest à Monségur au nord-est et au-delà à Duras (Lot-et-Garonne).

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) dont l'accès no 4, dit de La Réole, est distant de 17 km par la route vers le sud.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 37 km vers le sud-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 9 km par la route vers le sud-ouest, de La Réole sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune viendrait de l’ancien nom latin rupes bruna, qui signifie « roche brune »[2].

En gascon, le nom de la commune est Ròcabruna.

Ses habitants sont appelés les Roquebrunais[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Jean de Roquebrune forme la commune de Roquebrune[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Paul Granereau    
mars 2008 mars 2014 Jean Nouvel    
mars 2014 en cours Jacky Britton    
Les données manquantes sont à compléter.

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la communauté de communes du Monségurais ayant été supprimée, la commune de Roquebrune s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Réolais en Sud Gironde siégeant à La Réole.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 253 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
329 308 350 367 352 353 362 326 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
329 339 369 348 335 338 340 345 355
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340 305 302 262 270 273 268 261 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
282 258 237 230 213 217 231 246 253
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Saint-Jean-Baptiste fait partie d'une ensemble de bâtiments ayant formé une commanderie construite entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle ; en partie démolie dans les années 1794-95, elle devient bien communal et fait l’objet d’une restauration en 1809 qui est suivie de deux autres en 1954 et 2000 ; elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 2002[7],[8].
  • La mairie est l'un des bâtiments de cette commanderie[9].
  • Un grand porche, avancée couverte, se trouve devant l'église et sert à la fois d'abri devant son portail et de seul accès carrossable vers la mairie, située derrière l'église.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 52,9 km pour Bordeaux, 23,2 km pour Langon et 5,1 km pour Monségur. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 17 juin 2011.
  2. Roquebrune sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 3 mars 2015.
  3. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 17 juin 2011.
  4. Historique des communes, p. 44, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 8 avril 2013.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012
  7. « Notice MH de l'église Saint-Jean-Baptiste », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 19 août 2010.
  8. Église Saint-Jean-Baptiste à Roquebrune sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 3 mars 2015.
  9. Commanderie de Templiers de Roquebrune sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 3 mars 2015.