Rome Express (train)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Rome-Express, est un train direct allant de Calais puis de Paris à Rome, depuis 1883.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le « Rome-Express » est créé par la Compagnie Internationale des Wagons-lits et des grands express européens[1]. Il porte alors le nom de « Calais-Nice-Rome-Express » et il est mis en service par Georges Nagelmackers le 8 décembre 1883[2].

En 1890, il devient provisoirement le « Calais-Rome-Express » ou le « Paris-Rome-Express » avant de devenir le Rome-Express qui circule sur la relation Paris - Rome, via Turin et Gênes[3].

En 1969, un nouveau train nommé Palatino assure cette liaison à la vitesse maximale de 150 km/h réduisant le temps du voyage entre les 2 capitales, à 15 heures et 13 minutes dans le sens nord-sud[4].

En décembre 2011, ce train est supprimé[5].

Le 9 décembre 2012, le Palatino est recréé par l'entreprise Thello[6].

Culture[modifier | modifier le code]

Le Rome-Express fait partie des trains prestigieux qui ont inspiré les auteurs[7]. :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henry Peyret, Histoire des chemins de fer en France et dans le monde, Societe des editions francaises, 1949, p. 180 extrait (consulté le 24 novembre 2013).
  2. Albert Mühl, Jürgen Klein, 125 ans Compagnie internationale des wagons-lits, EK-Verlag, 1998 (ISBN 9783882556841), p. 40 extrait (consulté le 24 novembre 2013).
  3. Mühl, Klein, 1998, opus cité, p. 76 extrait (consulté le 24 novembre 2013).
  4. Du Rome-Express au Palatino
  5. Suppression du Palatino, train mythique entre Rome et Paris
  6. Thello : départ des premiers trains Paris Rome
  7. a, b et c Michel Chlastacz, Trains du mystère: 150 ans de trains et de polars, éditions L'Harmattan, 2009, pp. 233-234 extrait (consulté le 24 novembre 2013)
  8. Chlastacz,2009, opus cité p.32

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Collins, Rome express, Harper & brothers, 1928, 339 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]