Romanisation de l'EFEO

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Romanisation des langues chinoises
Mandarin
Cantonais
Wu
Minnan
Hakka

Le système de l'École française d'Extrême-Orient (EFEO), conçu par Séraphin Couvreur en 1902, est un système de transcription phonétique du chinois, qui fut la romanisation des langues chinoises la plus utilisée dans l'aire linguistique française jusqu'au milieu du XXe siècle, avant d'être peu à peu remplacée par le hànyǔ pīnyīn.

Ce système de romanisation a été adopté par le ministère des affaires étrangères et l'École française d'Extrême-Orient, avec de légères variantes, d'après le système conçu en 1901 par Arnold Vissière (1858-1930)[1].

Rudiments[modifier | modifier le code]

La transcription du EFEO n'empruntait pas à la phonétique du mandarin standard actuel (pinyin : pǔtōnghuà). Elle reflète plutôt une norme supra-régionale des dialectes mandarins, ainsi qu'un état phonétique plus ancien (comme le Latinxua Sinwenz et l'ancienne version du Wade-Giles). Par exemple, des mots contenant le phonème pǔtōnghuà [ʨ] (aujourd'hui transcrit j en pīnyīn) y ont été transcrits soit ts soit k, comme pour le mot « fleuve » : le fleuve Bleu (chinois simplifié 扬子江) est retranscrit « Yángzǐ Jiāng » pinyin, et « Yang Tsé Kiang » selon EFEO.

Tableaux de correspondances[modifier | modifier le code]

Attaques[modifier | modifier le code]

En phonologie, l'attaque désigne la première partie, optionnelle, d'une syllabe. En chinois, elle est constituée d'une seule consonne.

Tableau de correspondances des attaques en mandarin, dans l'ordre conventionnel, entre quatre systèmes de transcription :

Pinyin API EFEO W-G
b [p] p p
p [] p' p'
m [m] m m
f [f] f f
d [t] t t
t [] t' t'
n [n] n n
l [l] l l
g [k] k k
k [] k' k'
h [x] h h
j [t͡ɕ] ts / k ch
q [t͡ɕʰ] ts' / k' ch'
x [ɕ] s / h hs
zh [t͡ʂ] tch ch
ch [t͡ʂʰ] tch' ch'
sh [ʂ] ch sh
r [ʐ] j j
z [t͡s] ts ts
c [t͡sʰ] ts' ts'
s [s] s s

Finales[modifier | modifier le code]

En phonologie, on désigne par rime la partie principale d'une syllabe qui suit éventuellement une attaque. En chinois, les rimes sont dénommées finales et elles combinent trois composantes optionnelles :

  • une médiane constituée d'une semi-voyelle, /i/, /u/ ou /y/ ;
  • un noyau constitué de la voyelle centrale, /a/ ou /ə/ ;
  • une coda constituée d'une voyelle, /i/, /u/, ou d'une consonne, /n/, /ŋ/.

Tableau de correspondances de quelques finales entre quatre systèmes de transcription :

Pinyin API EFEO W-G
a [ɑ] a a
e [ɤ] ö / é o / ê
en [ən] en ên
eng [ɤŋ] eng êng
i [] eu û
i [ʐ] e ih
ian [iɛn] ien ien
ie [] ie ieh
iong [yʊŋ] ioung iung
iu [iɤʊ] ieou / iou iu
uo / o [uo] ouo uo / o
u [u] ou u
uai [uaɪ] ouai uai
uan [uan] ouan uan
ui [ueɪ] ouei ui
un [uən] ouen un
ü / u 1 [y] u ü
üan / uan [yɛn] iuen üan
üe / ue [] iue üeh
ün / un [yn] iun ün

1 ü s'écrit u après une consonne alvéolo-palatale, j, q, ou x.

Diverses correspondances[modifier | modifier le code]

Tableau de correspondances de divers phonèmes entre quatre systèmes de transcription :

Pinyin API EFEO W-G
er [ɚ] eul êrh
w [w] ou / w w
y [j] i / y y

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Demiéville, Choix d'études sinologiques, Leyde, E. J. Brill, 1973, p. 88 [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]