Romance sentimentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Romance sentimentale

Titre original Romance sentimentale
Réalisation Sergueï Eisenstein
Scénario Sergueï Eisenstein, Grigori Alexandrov
Acteurs principaux

Mara Griy

Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 1929
Durée 20 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Romance sentimentale est un court métrage (20 minutes) de Sergueï Eisenstein réalisé en 1930. Il est souvent considéré comme une œuvre mineure de ce réalisateur, étant uniquement un film « alimentaire » réalisé en France dans le cadre du voyage d'Eisenstein et de son assistant Grigori Alexandrov.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film s'ouvre sur un enchaînement rapide de scènes d'une nature violente : bourrasques de vent, nuages, déferlements de vagues, chutes d'arbres. C'est l'automne. Puis tout se calme et s'apaise. Une douce mélodie se fait entendre, le soleil se couche.

L'action évolue ensuite dans un intérieur raffiné, aristocratique. Une femme en noir médite mélancoliquement à la fenêtre. Elle se met au piano et entonne une vieille romance russe : « Жалобно стонет ветер осенний » (Gémit le vent d'automne).

Une rupture ramène le spectateur au milieu d'une nature vivante et ensoleillée. La femme joue avec entrain en pleine lumière. Le rythme est alerte. Des sculptures montrent les corps harmonieux de couples enlacés.

L'action revient à l'intérieur raffiné du début. La femme est triste. Il pleut. Elle entonne un couplet.

La dernière scène ramène le spectateur en plein air. Le soleil se lève. La nature refleurit. C'est le printemps. La femme, tout en blanc, chante avec énergie. Elle sourit.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Mara Griy : la chanteuse

Témoignage de S. Eisenstein[modifier | modifier le code]

Et puis d'ailleurs, le fim est fait par les mains d'Alexandrov et Tissé. Eux, la police n'y touche pas, et ils se déplacent en France de façon tout à fait inoffensive, tournant des paysages pour le petit film. Ils obtiennent très facilement le droit de faire ces déplacements. Derrière nous tous, bien sûr, il y a une filature. S. Einsenstein, Mémoires, Julliard, 1989.

Lien externe[modifier | modifier le code]