Roman Ivanovitch Bagration

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bagration.
Roman de Bagration
Roman Ivanovitch Bagration (Роман Иванович Багратион)
Portrait du prince Roman Ivanovitch Bragation, œuvre du peintre George Dawe, Musée de la Guerre du Palais d'Hiver, musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg.
Portrait du prince Roman Ivanovitch Bragation, œuvre du peintre George Dawe, Musée de la Guerre du Palais d'Hiver, musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg.

Naissance 1779
Kisliar
Décès 2 mars 1834 (à 56 ans)
Tiflis
Allégeance Russie impériale
Arme Cavalerie
Grade Lieutenant-général
Années de service 17961834
Conflits Expédition russe en Perse de 1796, Guerre russo-turque de 1806-1812, Guerre patriotique de 1812, Guerre de la Sixième coalition, Guerre russo-persane de 1826-1828), Guerre russo-turque de 1828-1829
Faits d'armes Prise de Derbent, bataille de Kobryn, bataille de Brest, bataille de Gorodechno, Bataille de Bautzen, Siège de Drede, Hambourg et Harburg, Prise d'Erevan
Distinctions

Prince Roman Ivanovitch Bagration (en russe : Роман Иванович Багратион), ou Roman (Révaz) Ivanis dzé Bagrationi (en géorgien : რომან (რევაზ) ივანეს ძე ბაგრატიონი), aussi appelé Roman de Bagration né en 1778 à Kiliaz, décédé le 2 mars 1834 à Tiflis est un prince russe d'origine géorgienne, de la famille des Bagrations.

Au cours des Guerres napoléoniennes, il fut l'un des commandants en chef de l'Armée impériale de Russie. Lieutenant-général (1829).

Famille[modifier | modifier le code]

Fils d'Ivan Alexandrovitch Bagration (1730-1795).

Le prince Roman Ivanovitch Bagration était le frère cadet du prince et major-général Piotr Ivanovitch Bagration et le père du prince Piotr Romanovitch Bagration, célèbre ingénieur métallurgiste, célèbre pour ses travaux sur la galvanoplastie et la cyanuration[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la lignée royale des Bagratides, le 16 avril 1790, au grade d'Uryadnik (sergent (sous-officier) dans un régiment de cosaques), Roman Ivanovitch Baagration fut inscrit au régiment de cosaques Tchougouevski (Чугуевский казачий)[2]. Il entra en service actif dans l'Armée impériale de Russie le 16 avril 1796, au grade d'enseigne (lieutenant), il fut transféré au régiment de Cosaques de Kouban, il servit sous les ordres du comte Valerian Alexandrovitch Zoubov. Il reçut son baptême du feu au cours de l'expédition de Perse en 1796 et prit part à la prise de Derbent (1796) (Daghestan). Le 25 avril 1802, au grade poroutchik (lieutenant), le prince fut incorporé au régiment de hussards de la Garde de Sa Majesté. Il participa à la guerre de la Troisième coalition. Entre 1805 et 1807, il s'illustra au cours de la campagne d'Allemagne et de Pologne.

En 1809, Roman Ivanovitch Bagration se porta volontaire dans l'Armée du Danube, le prince participa à la guerre russo-turque de 1806-1812. Le 26 novembre 1810, il fut élevé au grade de colonel et le 20 janvier 1811, il reçut l'Ordre de Saint-Georges (4ème classe).

En 1812, affecté au cinquième régiment de hussards Alexandriski (régiment de Sa Majesté Impériale Alexandra Fiodorovna)[3], il combattit sous les ordres du général Alexandre Petrovitch Tormassov, commandant la 3ème Armée d'observation. Lors de l'invasion de la Russie par les troupes napoléoniennes, il fut engagé dans différentes batailles en Biélorussie : les batailles de bataille de Kobryn (27 juillet 1812, Brest et Gorodetchno (31 juillet 1812). Pendant la guerre de la Sixième coalition, il s'illustra lors de la bataille de Bautzen (20 mai - 21 mai 1813), il démontra un grand courage au cours des combats, en récompense, il fut promu major-général (21 mai 1813). Entre 1813 et 1814, il s'illustra au cours des sièges de Dresde, Hambourg (mai 1813-mai 1814) et de Harburg, le 28 janvier 1814, pour ses hauts faits d'armes au cours du siège de Hambourg, il fut décoré de l'Ordre de Saint-Georges (3e classe).

Mais sa célébrité, le prince Roman Ivanovitch Bagration l'acquit pendant la guerre russo-persane (1826-1828), il joua un rôle prépondérant dans la prise d'Erevan (1827). Puis il fut engagé dans la guerre russo-turque de 1828-1829. Le 25 juin 1829, il fut promu lieutenant général.

Dans sa maison de Tblissi, le prince protégea les arts, il organisa des soirées littéraires et, en 1831, il mit en scène une pièce de théâtre Malheur de Witt d'Alexandre Sergueïevitch Griboïedov (1795-1829), dans laquelle le prince joua le rôle du colonel Skalozub[4].

En 1832, Roman Ivanovitch Bagration fut envoyé en mission en Abkhazie.

Décès et inhumation[modifier | modifier le code]

Le 2 mars 1834, le prince fut terrassé par une fièvre qui l'emporta, il fut inhumé dans l'église de Saint-David à Kisliar[3].

Piotr Romanovitch Bagration[modifier | modifier le code]

Le fils du prince Roman Ivanovitch, le lieutenant-général Piotr Romanovitch Bagration (1818-1876) devint un grand administrateur, il mena la réforme paysanne dans la province de Perm, il fut gouverneur de Tver, gouverneur-général de Courlande, de Livonie. Simultanément, il acquit une grande renommée en qualité d'ingénieur métallurgiste, il écrivit des ouvrages sur la galvanoplastie, et, en 1843, il trouva le moyen d'extraire de l'or du minerai (cyanuration). Cette méthode d'extraction fut utilisée pour la première fois en Afrique du Sud[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

  • 1790-1796 : Régiment de Cosaques Tchougouevski;
  • 1796-1802: Régiment de Cosaques de Kouban;
  • 1802-1812 : Régiment de Hussards de la Garde de Sa Majesté LG Husar.gif
  • 1812-(?) : Régiment de Hussards Alexandriski Husar 5 Alexandriisky Black Hussars.gif

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]