Roman Goul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roman Goul (1896 à Kiev - 1986 à New York) est un écrivain et un journaliste russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a participé à la Première Guerre mondiale, puis s'est engagé dans l'Armée Blanche de Lavr Kornilov. Au sein du régiment d'assaut de Kornilov il participe à la première campagne du Kouban. Blessé il part en automne 1918 à Kiev, où il s'engage dans l'armée du hetman Pavlo Skoropadsky. Fait prisonnier par les nationalistes ukrainiens de Petlioura, il fut évacué, avec beaucoup d'autres, par les troupes allemandes.

Il commença sa carrière littéraire à Berlin en publiant en 1921 un livre de souvenirs sur la guerre civile La Campagne de Glace et en collaborant à divers journaux de langue russe. Interné par les nazis, pendant quelques semaines, au camp de concentration d'Oranienburg, il émigra à Paris en 1933.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se réfugia en Lot-et-Garonne dans le sud-ouest de la France, car recherché par les Allemands pour avoir décrit dans un livre ce qu'il avait vu à Oranienburg pendant son internement.

De retour à Paris en 1945, il émigra à New York en 1950.

Aux États-Unis, il fut rédacteur, puis rédacteur en chef de la revue littéraire en langue russe The New Review, il travailla également pour la Voix de l'Amérique.

Ses ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Général BO (1929)
  • Azef (1930)
  • Toukhatchevski - Maréchal rouge (1933)
  • Les Grands Chefs de l'Armée Soviétique (1934)
  • Les Maîtres de la Tcheka (1938)
  • J'ai emporté la Russie (livre autobiographique), 3 tomes publiés entre 1981 et 1986.

Plusieurs de ces livres ont été traduits en français, anglais, espagnol et polonais.

Le Musée Littéraire de Moscou K.G. Paoustovsky a réuni une documentation sur Roman Goul.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Biographie de R. GOUL, publiée par lui-même dans le n° 164 de The New Review
  • J'ai emporté la Russie (apologie de l'émigration) publié en russe