Rolls-Royce Trent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rolls-Royce Trent 900 sur le prototype de l'A380

Rolls Royce Trent est une famille de moteurs à réaction à haute dilution fabriqué par Rolls Royce plc à Derby (Angleterre) au Royaume-Uni[1], avec des poussées variant de 236 à 423 kN.

Introduction[modifier | modifier le code]

Le Rolls Royce Trent est le développement de la famille de moteurs à trois corps RB211. En 1987, une variante du RB211, le RB211-524L, avait été tellement modifiée qu'elle ressemblait peu à celui d'origine, autrement que par le principe des trois corps. Rolls-Royce décida que le -524L serait la base pour une nouvelle génération.

Le principe sophistiqué du Trent permet un poids moindre et de meilleures performances comparé au RB211 d'origine et ceux des concurrents. Il comporte un compresseur basse pression outre-large et des ailettes monocristallines pour la turbine haute pression.

Son principe est applicable à différentes dimensions pour un niveau de bruit et de pollution moindre.

Variantes[modifier | modifier le code]

Trent série 500[modifier | modifier le code]

La série 500 est destinée aux Airbus A340 allongés (-500 et -600), disponible en trois types de 236, 249 et 267 kN, cette dernière version prenant place dans les -500 et -600 HGW à masse accrue.

Trent série 600[modifier | modifier le code]

La série 600 est destinée aux évolutions à venir du Boeing 747. Néanmoins, Boeing a annoncé son choix, avec le 747-8, de prendre le moteur GEnx du 787. L'avenir du Trent 600 est donc incertain.

Trent série 700[modifier | modifier le code]

La série 700 est pour l'Airbus A330. La soufflante (partie visible du compresseur à basse pression) a un diamètre de 2,47 m. Les poussées varient de 300 à 316 kN. Il est entré en service en mars 1995.

Selon Rolls-Royce, ce matériel le dernier disponible mais le seul conçu spécifiquement pour cet appareil serait passé progressivement de 35 % à 75 % des avions commandés[2].

Trent série 800[modifier | modifier le code]

La série 800 est destinée au Boeing 777 sauf les -200LR et -300ER. Les poussées varient de 334 à 423 kN avec un compresseur basse pression de 2,89 m. Il a 44 % de ce marché. Le 8104 fut conçu pour les versions 777-200LR/-300ER pour une poussée de 463 à 507 kN et testé à 520 kN. Comme il n'a pas été accepté, il sert de démonstration.

Trent série 900[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rolls-Royce Trent 900.

La série 900 est utilisée pour le gigantesque Airbus A380 fournissant de 311 à 338 kN, et ensuite 374 kN avec un compresseur de 2,95 m.

Trent série 1000[modifier | modifier le code]

Le 6 avril 2004 Boeing a annoncé qu'il avait sélectionné deux motoristes pour le Boeing 787, Rolls-Royce et le GEnx de General Electric. Bien qu'un peu moins puissant, ce moteur reprend beaucoup d'éléments du série 900. Il n'a pas de sortie d'air comprimé.

Trent série 1500[modifier | modifier le code]

Ce projet concerne une version améliorée du Trent 500, reprenant la plupart des éléments de ce dernier, mais avec une chambre de combustion plus avancée dérivée de celle du série 1000. Il remplacerait le Trent 500 pour les Airbus A340-500/600

Trent série 1700 (série TRENT XWB)[modifier | modifier le code]

Ce modèle, qui est la sixième génération de la famille Trent, est prévu pour équiper les versions de l'Airbus A350. Il sera décliné en trois versions ayant toutes un diamètre de soufflante de 299 cm[3] :

  • Une version Trent 1700-75 de 330 kN pour l'A350-800 XWB (complété par une version à poussée augmentée Trent XWB-79 pour les appareils "hot and high")
  • Une version Trent 1700-84 de 374 kN pour l'A350-900 XWB
  • Une version Trent 1700-93 de 413 kN pour les A350-900R XWB, A350-900F et A350-1000 XWB

Il doit entrer en service commercial en 2013. General Electric n'a pas confirmé son offre d'une version de son GEnx sur le A350, ce qui fait que le Trent équipe tous les A350 commandés[3].

Le premier test sur bancs du Trent 1700-84 a eu lieu le à Derby. Dérivé de la famille Trent, il est le premier à intégrer des disques aubagés monoblocs ("blisks") dans son compresseur et une turbine IP à deux étages. Il a été testé en vol sur A380 à l'automne 2011 et a reçu sa certification en février 2013. La version Trent 1700-93 devra intégrer des technologies permettant l'augmentation de la vitesse de rotation et du débit d'air sans dégrader la durée de vie des parties chaudes, ce qui nécessitera des aubes de soufflantes plus épaisses et d'épaissir le carter de soufflante[3].

Les dérivés non aéronautiques[modifier | modifier le code]

Le cœur d'un turboréacteur (compresseur, chambre de combustion, turbine) n'est pas très différent de celui d'une turbine à gaz, à part une importante question d'optimisation : dans une turbine à gaz, on maximise l'énergie mécanique récupérée sur l'arbre, et on réduit la vitesse d'éjection des gaz d'échappements. C'est ainsi que le Trent 500 a donné naissance à une turbine destinée à la marine militaire, la MT30 (MT pour Marine Trent), qui reprend ses parties "chaudes". Bien sûr, il y a une importante réduction mécanique en sortie. La puissance mécanique délivrée est de 36 MW, soit 50 000 CV. Du fait de son origine aéronautique, ce moteur a rapport puissance/poids très élevé, et propulsera la maquette présentée par Lockheed Martin pour la compétition Littoral combat ship de l'US Navy : des petits navires d'attaque très rapides.

Sur le même principe, il existe un dérivé destiné à la production d'électricité (généralement à partir de gaz naturel), et pouvant servir en cycle simple, en cogénération (production d'électricité et de vapeur) ou en cycle combiné (couplé avec une turbine à vapeur, ce qui améliore fortement le rendement). Selon les versions, la puissance en cycle simple va de 51 à 58 mégawatts, avec un rendement de 42 % environ. En cycle combiné, la puissance électrique augmente de 25 % sans consommation de carburant supplémentaire (mais bien sur il n'y a plus de vapeur utilisable), et on peut ajouter du carburant dans les gaz d'échappement pour accroître encore la puissance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.monodesign.co.uk/blog/?p=348
  2. (fr) François Julian, « Rolls-Royce dévoile ses nouveaux projets », Air et Cosmos, no 2230,‎ , p. 19, 20 (ISSN 1240-3113)
  3. a, b et c (fr) « Premier essai pour le Trent XWB », Air et Cosmos, no 2227,‎ , p. 36 (ISSN 1240-3113)