Rolf Liebermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liebermann.

Rolf Liebermann

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rolf Liebermann en 1980

Naissance 14 septembre 1910
Zurich
Décès 2 janvier 1999 (à 88 ans).
Paris

Rolf Liebermann est un musicien suisse, né à Zurich le 14 septembre 1910 et mort à Paris le 2 janvier 1999. Il a été compositeur, chef d'orchestre, metteur en scène et producteur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il étudie le droit à l’Université de Zurich et la musique en conservatoire privé avec José Berr (1929-33). Il est à l'occasion saxophoniste dans un orchestre de jazz et chante dans des cabarets. On lui prête aussi à cette époque une liaison avec Lale Andersen, l'interprète allemande de la célèbre chanson Lili Marlene.

Au service de la musique des autres[modifier | modifier le code]

En 1973, Marcel Landowski et Hugues Gall, à la demande de Jacques Duhamel, alors ministre de la Culture, le convainquent de prendre la tête de la Réunion des théâtres lyriques nationaux. Toutefois, sous prétexte que seul un Français peut devenir administrateur général, les statuts de la RTLN sont modifiés et Rolf Liebermann est seulement nommé « administrateur de l'Opéra ». La troupe permanente n'ayant pas été renouvelée, il attire les voix, les chefs et les metteurs en scène internationaux. Le public peut ainsi écouter Teresa Berganza, Plácido Domingo, Ruggero Raimondi, Birgit Nilsson, Luciano Pavarotti,Kiri Te Kanawa, Frederica von Stade, Mirella Freni, Piero Cappuccilli, Jon Vickers, Margaret Price pour les chanteurs et Karl Böhm, Georg Solti, Lorin Maazel, Seiji Ozawa, Claudio Abbado pour les chefs d'orchestre. C'est aussi sous son règne que l'opéra a vu se renouveler la pratique du ballet et a accueilli de grands noms comme Vaslav Nijinski (L'Après-midi d'un faune) ou Marius Petipa (La Belle au bois dormant). Rolf Liebermann a aussi su faire une place à la création contemporaine en ouvrant les portes du Palais Garnier à de prestigieux créateurs comme Roland Petit, Maurice Béjart ou Carolyn Carlson[1].

Rolf Liebermann doit faire face à de nombreuses difficultés, y compris une grève le jour de la visite du Président Valéry Giscard d'Estaing. Il entre en conflit avec Jean Salusse, président du conseil d'administration, qui finit par se suicider en juillet 1977. Il est également mis en cause par un rapport de l'Inspection générale des finances, organisé par François Bloch-Lainé. Le 8 février 1978, la Réunion des théâtres lyriques nationaux est dissoute et Rolf Liebermann reçoit le titre d'administrateur général du Théâtre national de l'Opéra de Paris. Il y reste jusqu'à la fin de 1980.

Durant cette période furent montés au palais Garnier et à la Salle Favart, plus de cinquante spectacles différents, aux mises en scènes souvent novatrices et donc contestées, avec des distributions éblouissantes. Parmi les spectacles les plus marquants:

Compositeur[modifier | modifier le code]

Ses compositions empruntent, dans un langage expérimental, à une grande variété de styles et de techniques, du baroque français au dodécaphonisme viennois. Il a aussi composé chansons et musique légère.

  • 1947: il se lance dans la composition et se fait connaître avec son spectaculaire Furioso pour orchestre.
  • 1952: Léonore 40/45, spectacle lyrique créé à Bâle
  • 1954: Pénélope, , spectacle lyrique créé à Salzbourg
  • 1954: Concerto pour jazz-band et orchestre
  • 1955: l’École des femmes, d’après Molière, spectacle lyrique créé à Louisville; nouvelle production en 1957 à Salzbourg
  • 1964: création de la "Symphonie des échanges" pour l'Expo de 1964 à Lausanne
  • 1987: création de son quatrième opéra La Forêt, commandé par Hugues Gall.
  • 1992: création de sa dernière œuvre, l'opéra Acquittement pour Médée

Écrit[modifier | modifier le code]

  • Rolf Liebermann, "Actes et entractes", Stock, Paris, 1976
  • Rolf Liebermann, En passant par Paris, Gallimard, Paris, 1980.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Marion Point, "Rolf Liebermann, l'éclat permanent", le 29/01/11, à lire sur L'Intermède

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]